Lucy Maud Montgomery, Scrapbook et Anne avec un E

Classé dans : Inspiration | 6

En relisant le vieux blog Histoires de boites à couture, je me suis à nouveau penchée sur les cahiers de coupure de Lucy Maud Montgomery, l’auteur d’Anne la maison des pignons verts et bien d’autres oeuvres canadiennes marquantes de leur époque …

En recherchant des coupures de journaux,
j’ai découvert ce site
Les « journaux intimes » de Lucy Maud Montgomery,
écrivain canadien du début du 20 ème siècle, mais oui vous la connaissez tous, Anne la maison aux pignons verts ….
Voici un extrait du site (un peu obsolète il est vrai, mon ancien article datant du 17 octobre 2007) , où vous pourrez trouver des vidéos, les pages des cahiers et l’histoire du Canada, au travers de la vie de Lucy Maud Montgomery, et aux travers de son oeuvre. Montgomery, qui est connue davantage pour Anne of Green Gables (Anne … la maison aux pignons verts paru en 1908) et la série Emily, est une personne d’importance historique nationale et une héroïne du vingtième siècle : auteur doué, photographe, correspondante et journaliste, elle tenait aussi son journal intime et créait des cahiers de coupures, une femme libre.
La page trente-six du premier cahier de coupures rouge de l’Ontario comprend trois photographies du trousseau de Montgomery et des échantillons de tissu de ces ensembles. Les diverses coupures de presse révèlent que Montgomery était de plus en plus engagée dans sa nouvelle résidence de Leaskdale et aussi en tant que femme de ministre; le procès-verbal du Canadian Women’s Press Club témoigne de l’importance continue de ses activités connexes à l’écriture. Remarquez l’article au sujet de la nièce du comte d’Eglinton et la carte de visite de madame Sam Sharpe. Le lieutenant-colonel devait bénéficier du premier vote de Montgomery et devenir héros de guerre.

 
Le scrapbooking n’est donc pas né d’aujourd’hui, nous faisions peut être du scrapbooking sans le savoir ?

 

 

Et Lucy Maud Montgomery inspire toujours … et encore.

 

 

 

 

Pendant les vacances journée canapé, à regarder Ann avec un E, la nouvelle série de Netflix, un pur bonheur loin de la tourmente du monde. Vite vite la saison 2

Après maintes recherches sur le net, pour fabriquer notre poupée Anne des Pignons Verts, je me suis souvenue qu’il y a des siècles de cela, presque trente ans, j’avais une poupée rousse avec des tâches de rousseur, une Corolle …

Avec Miss Pö on l’a retrouvée, bien cachée. Parce que Anne est éternelle, ces petites filles que l’on empêche de parler, qui ont décidé de prendre leur vie en main, et surtout qui veulent être indépendantes. Anne est éternelle dans ce monde où les libertés des femmes sont toujours précaires. Alors ce livre obligatoire à lire dans les écoles japonaises pour le cours de littérature étrangère, si nous le faisions lire à nos filles ?

Et puis comme un bonheur des trouvailles de grenier, ne vient jamais seul, on a retrouvé un vieux livre de patrons de vêtements de poupée avec le costume d’Anne des Pignons Verts. Parce que malgré tout, on peut changer le monde, tout doucement sans faire de bruit, avec un livre, une poupée et un peu de tissu.

Publié une première fois en 1925 en langue française, puis en 1965 par la Bibliothèque Verte, on ne peut pas dire que la liberté des filles a enchanté les éditeurs français. Il aura fallut attendre 1987 …

 

 

 

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Bonjour janvier

Classé dans : Inspiration | 17

Je vous souhaite à tous une belle et douce année 2018, prenez le temps, prenez votre temps, celui de vivre, de rêver et de réaliser vos rêves.

C’est parti pour de nouvelles aventures sur la Bastidane, ici et sur les Petits Riens, parce que sans « petits riens », la vie ne vaut pas le coup.

Merci également de votre fidélité que ce soit sur Instagram,  sur Facebook, merci d’être là dans les bons et les mauvais moments, merci à vous tous.

 

2017 a été pleine de joie, avec l’immense réussite d’Aigu’illes en Luberon et d’autres succès personnels,  elle a été remplie d’immense tristesse et d’impuissance devant la maladie avec la perte d’un être cher.

Alors profitez de ceux que vous aimez, c’est la seule chose que je veux vous souhaiter.

Je vous dis à bientôt, il est grand temps de reprendre les aiguilles.

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Broderie et cartonnage n° 25

Classé dans : Inspiration | 6


Un bel article de 6 pages, dans la revue de ce mois ci, Broderie et Cartonnage, je remercie Laurence Reverseau pour son interview,  six pages, qui me donnent envie de reprendre mes aiguilles après quelques mois où ça m’était impossible. Deux revues bien agréables remplies de créativités pour les fêtes de fin d’année, je vous les laisse découvrir, avec en prime un spécial broderie.

Je profite de vous écrire pour m’excuser des lapins que je vous ai posés, le cours de broderie à la Bigourello (qui sera reporté), le Salon de la Broderie de La Valette du Var, et la participation du concours « Jaune Provence » au Salon Tendances Création de Bordeaux, il y a quelquefois dans la vie des moments où …

Merci à tous de votre fidélité, et promis, des nouveautés bientôt ….

 

 

et puis j’en profite pour célébrer la venue de Novembre, et sa incroyable faculté de nous coller une nostalgie qui nous prends aux tripes et surtout une inspiration sublime.

Bonne journée à vous tous. A très bientôt.

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Salon Lire en Luberon, j’y serai avec Broderie Poétique

Classé dans : Inspiration | 1

 

Très heureuse d’être invitée avec la Princesse des Petits Riens,  dans mon village à participer au salon « Lire en Luberon » qui se tiendra le 13 août de 9h00 à 13h00 sur le marché de Saint Martin de la Brasque

Je suis heureuse d’y retrouver, Calouan et le Commissaire Mira, deux auteurs fantastiques

L’invitée d’honneur sera Isabelle Nohain-Raimu, la petite fille de Monsieur Raimu,  ce très grand monsieur de la Provence, cet immense acteur qui encore aujourd’hui nous émerveille.

 

Commissaire Mira

 

 

et Calouan

 

 

Je profite de ce petit article pour vous dire, qu’il n’y a aucun cours qui ne peut être fait en mon nom, Nathalie Locquen, ni au nom de la Bastidane, aucun cours payant ne peut être donné  issu d’un des modèles de mon livre « Broderie Poétique » ni des modèles gratuits issus de ce site et encore moins issus des photos et explication de mes modèles parues dans diverses revues.

Je suis la seule à donner des cours et des ateliers, et je n’ai donné autorisation et mandat à personne pour mes modèles et créations.

Que seuls mes kits sont exclusivement vendus dans la boutique la Bastidane et sur le site du Ver à soie par le biais de l’atelier 196 et Once upon une fois. Il est nécessaire de le rappeler pour certaines qui se font payer pour expliquer des créations qui ne sont pas les leurs, et vendre des kits avec des modèles que je n’ai jamais vendus en kit.

Quelques indélicatesses ont été faites, peut être sans malveillance pour les contrevenantes, mais je souhaite y remédier,

 et  il faut que ce soit dit.

Alors méfiez vous des contrefaçons, ici, c’est la Bastidane, l’authentique.

 

J’en profite pour vous dire que je donnerai un atelier à Martigues au mois d’octobre , je vous en donnerai les modalités d’ici quelques semaines.. et si vous êtes dans mon coin du Luberon, dimanche, venez me rendre visite sur notre petit salon du livre, qui a tout d’un grand

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

le quilt de passage de Rosy Arzalier

Classé dans : Inspiration | 21

 

Les Quilts de passage sont des ouvrages que l’on confectionne pour faire un deuil, on utilise souvent les vêtements des personnes disparues, on met un temps fou quelquefois à les réaliser et on le fait quand on en ressent le besoin.

Lorsqu’on coud un quilt de passage, c’est une espèce de résurrection qui s’opère, c’est un difficile moment qui quelquefois ne se fait jamais, et quand il se fait apporte le repos à celui qui le confectionne et peut être aussi au disparu.

Rosy a fait son quilt de passage sous la forme d’un kimono avec les « jeans » de mon père. Elle a découpé délicatement,  a assemblé pour faire revivre le tissu en un vêtement différent, mais pourtant toujours le même.

Ses deux petites filles ont essayé le Kimono, elles se sont doucement glissées à l’intérieur, portant en elles, l’esprit de leur grand père et de leur grand mère en même temps, portant l’histoire de leurs ancêtres. C’était un moment magique, le moment de l’essayage. Le kimono a été exposé pour Aigu’illes en Luberon, dans la salle de notre petite association « Histoires de boites à couture », je ne sais pas si les gens qui l’ont regardé, admiré quelquefois ont ressenti, cet immense amour que je sens lorsque je le touche.

Chaque ouvrage a une histoire et c’est pour cela que mon premier blog s’appelait « Histoires de boites à couture » et que c’est devenu le nom de l’association qui organise Aigu’illes en Luberon. Parce que bien au delà des vanités, des egos, bien au delà de l’art en tant que tel, broder, quilter, assembler c’est coudre avec son âme et son amour et se servir de fil pour écrire des moments de vie.

 

 

 

Les Aigu’illes en Luberon ont refermé leurs portes

Classé dans : Inspiration | 15

Quatre jours de bonheur, quatre jours de fatigue intense, quatre jours hors du temps, merci à tous, exposants, visiteurs, partenaires, bénévoles, grâce à vous,  le monde entier est venu jusqu’au Luberon, sur la route de la création textile.

Un minuscule aperçu des expo, mes photos, un problème personnel ne m’a pas permis de tout photographier.

bientôt sur le site « Aigui’lles en Luberon », vos photos, merci à tous ceux qui me les envoient.

En attendant je vous invite sur la page Facebook de la manifestation, ICI

 

de la Broderie à la Piqûre de Marseille, le taureau blanc

Classé dans : Inspiration | 5

 

Vous souvenez vous de la légende du taureau blanc ?

Une légende raconte qu’on peut l’apercevoir dans le delta du Rhône, au coeur des roseaux…. il sort de la mer, ses cornes ruissellent de sel, et ses yeux sont comme les grains blancs et nacrés des rizières.

On peut voir si on a de la chance une couronne de lys des mers autour de ses cornes.

Je ne sais pas si la légende existe vraiment, peut être l’ai je  inventée, mais  j’aime y croire, dans ces marais entre le ciel et eaux, où les chevaux naissent de la mer et où les taureaux sont le symbole de la liberté.

J’ai rencontré Annie Claude et Roger Pantel sur un salon, Annie Claude est la présidente de France Boutis, nous discutions de ce Gard si cher à mon coeur dont mon père est originaire, des taureaux et de la Camargue, Roger m’a dit que mon taureau serait superbe sur une chemise et surtout en boutis. Je lui ai offert mon kit pour sa chemise et … dans la Revue de France Boutis de ce mois ci, Le Fil Blanc, j’ai eu une surprise, vous découvrirez comme on peut passer de la broderie à la piqûre de Marseille.

Vous pourrez retrouver toute l’équipe de France Boutis, Lei Roucas du Bari, Kumiko à la Motte d’Aigues durant Aigu’illes en Luberon, est ce que vous viendrez ?