Après les orages

Classé dans : 365 petits riens | 4

Collectionner les ciels, dans une collection poétique, regarder autour de soi, prendre le chemin des écoliers pour rentrer à la maison, contrainte par les incessants travaux d’avant les élections municipales, prendre le chemin de traverse « monter à Mirail » pour voir si elle n’a pas pris elle aussi le chemin des écoliers, elle a certainement passé le pont hier, elle était sur la route, des traces de son passage sont encore visibles,  elle gronde, elle est puissante, elle, source et ruisseau si calme et paisible en temps normal, elle a l’air en colère, énervée d’avoir été canalisée. C’est comme tout, vous pourrez bétonner, nous faire des trottoirs et des parkings en pleine campagne, nous obliger à couper l’herbe folle aux abords de nos champs,  vous pourrez avoir des idées grandioses et vouloir laisser une trace dans l’histoire, vous croire dans une ville, vous prendre pour une banlieue, la nature reprendra ses droits, c’est inconditionnel, c’est obligatoire, vous n’êtes qu’un fétu de paille dans le temps,  vous n’êtes rien, je ne suis rien, Elle, Elle reprendra sa place, Elle nous laisse dans sa grandiose bonté l’habiter, mais pour combien de temps ?

J’aime ce coin du Luberon, habitée par les rêves, les pierres moussues, les vieux chênes, autant d’abri pour les esprits qui l’habitent. Bonne journée à tous, la terre panse ses blessures. Il va faire beau, le soleil transperce les brumes.

PS / une citation que je viens de lire et qui résume tout :

“La ville a une figure, la campagne a une âme. »
Jacques de Lacretelle

 

 

 

Mirail est en colère.

4 Responses

  1. Lolau Rouge & Lin

    Ton coin de paradis ressemble beaucoup à mon coin de paradis… lors de mes grandes ballades 2019 (et pas que) j ‘ai fait des photos très ressemblantes.. j’aime aussi cette nature, forte et douce à la fois… elle est pour moi un bon moyen de me ressourcer… (bon avec ma cheville en compote depuis 15 jours je ne peux plus m’engouffrer dans la profondeur de sa beauté…) merci pour cette balade depuis mon canapé… elle m’a fait du bien.. j’ai ouvert la fenêtre afin d’en prendre plein les poumons après en avoir pris plein les yeux ;)

  2. mamillon du luberon

    notre coin , celui où nous avons tant fait de gouters, de promenades, quand vous étiez enfants, des après midi ou le petit vallon et la source , résonnaient des rires et cris, les jours de Mistral nous étions à l’abri de ce coin du Lubéron, il va falloir que j’y retourne plus souvent, et en profiter au maximum , en espérant qu’il ne soit pas envahi comme il y a quelques années où les « envahisseurs « s’installaient , avec tout leur barda, et jouaient aux boules, en hurlant avec des cris vulgaires, alors, nous repartions aussi vite, les enfants étaient tristes, mais nous allions revenir quand « les vandales » seraient à nouveau repartis….je pense que depuis quelques temps c’est à nouveau calme, pourquoi ne pas re investir notre coin du Luberon.je vais y penser promis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.