Alors le Sapin Chrétien ou le chêne païen ?

Classé dans : 365 petits riens | 3

Entre 2000 et 1200 avant JC, on parlait déjà d’un arbre, l’épicéa,  l’arbre de l’enfantement, le jour du 24 décembre (on considérait cette date, comme la renaissance du soleil). Les Celtes avait adopté un calendrier basé sur les cycles lunaires. A chaque mois lunaire était associé un arbre, l’épicea fût celui de décembre. Pour le rite païen du solstice d’hiver, un arbre symbole de vie était décoré de fruits, de fleurs et de blé.

 

 

En 354, l’Eglise institue la célébration de la naissance du Christ le 25 décembre, pour rivaliser avec cette fête païenne. On raconte qu’un moine évangilisateur Saint Boniface un allemand, qui   à la fin du VIIème siècle, voulant convaincre les druides germains que le chêne n’était pas un arbre sacré, en fit abattre un énorme, le Chêne de Thor,  qui écrasa tout sur son passage à l’exception d’un jeune sapin.  La légende fit son oeuvre, quand Saint Boniface s’éclara « Nous appelerons cet arbre l’arbre de l’enfant Jésus »

On attribue une première réappropriation chrétienne de la tradition païenne à Saint Colomban, moine irlandais ayant beaucoup voyagé en Gaule. Un soir de Noël, il aurait emmené quelques religieux du monastère de Luxeuil, fondé par lui au pied des Vosges en 590, au sommet d’une montagne. Là se trouvait un très vieux sapin, objet d’un culte païen. Chez les Celtes, l’épicéa était en effet considéré comme «l’arbre de l’enfantement». Colomban et ses compagnons auraient alors accroché leurs lanternes aux branches de l’arbre, de manière à dessiner une croix lumineuse. Mais cette histoire, dont n’atteste aucun document de l’époque, semble légendaire

Cette influence chrétienne se retrouvera au Moyen Age, décoré de pommes, On rajoutera plus tard l’Etoile de Bethlém au XIVème siècle. Le sapin de Noël est mentionné dans un livre de compte pour la première fois en Alsace. on trouve sa trace dès 1521 à Sélestat. Placé dans le choeur des églises. Il représente l’arbre de l’Eden, des pommes rouges y étaient accrochés symbolisant la tentation, plus tard on lui rajoutera des hosties ou des oublies (gâteaux en forme d’hostie) symbolisant la rédemption. On raconte qu’une année, une mauvaise récolte de pommes, donna l’idée à un souffleur de verre d’Alsace de faire des boules en verre pour remplacer les pommes.

Vous connaissez la suite …. que vous trouverez ICI 

 

Bonne nuit de Noël à tous

 

 

 


3 Responses

  1. carole

    Merci pour ton petit rien de Noël <3 j'ai aimé lire l'histoire de ces traditions…. cette tradition de sapin de Noël que je mes dans ma maison à cette belle période, l'histoire de boules, ces boules que j'aime d'Amour…. Merci et je te souhaite un très beau Noël d'Amour <3 bises xxxxx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.