Etrange week end

Classé dans : 365 petits riens | 4

Etrange week end, que ce week end d’octobre, j’ai repris le travail, j’ai fait un retour vers le futur pour me retrouver dans un élément où j’ai toujours baigné, c’est étrange et rassurant à la fois. Déjà en week end, l’avantage de commencer un jeudi, les animaux m’ont manqué, mon jardin m’a manqué tout au long de mes deux journées, heureuse de les retrouver. Le temps était maussade mais pas au point d’imaginer le cauchemar subi par les habitants de la vallée de Tinée et celles de la Vésubie, je me disais souvent que j’aimerai y vivre juste pour dormir dans les montagnes, dans le Mercantour,  auprès des loups, une de mes lubies.

La tempête a tout emporté, les vivants et les morts, imaginer juste ces deux personnes âgées appeler à l’aide dans leur maison, juste avant qu’elles ne disparaissent sous les eaux est insupportable. Imaginer les cimetières n’être plus qu’un tas de boue, non pour les morts mais pour les problèmes sanitaires que ça engendre.  Penser également à certains touristes (entendu lors d’un reportage) qui disent que la Provence n’est qu’inondation, et qui dédaigneusement assurent ne pouvoir y vivre, alors qu’ils en crèvent d’envie,  j’ai envie de leur répondre, surtout ne vous gênez pas, restez bien à Paris, il y a un rivière qui y coule au milieu, et  personne n’est à l’abri, vraiment personne.

J’ai mal à ma Provence, j’ai mal à mon être tout entier.

A la maison, tout est calme, comme si rien n’était, Gersende et Adélaïde continue à pondre et à vivre leur vie de poules libres. Elles accourent à leur nom. Hortense la cane a repris du poil de la bête (des plumes du volatile)  nous avons eu six beaux oeufs cette semaine, le temps va être à la pâtisserie. Petite Eugénie grandit à vue d’oeil. Les chats cherchent des petits coins de soleil.

L’épicière nous prépare chaque vendredi un panier de légume, les champignons ont fini farcis et c’est très bon. J’ai trouvé un joli coffret, il s’est installé dans l’atelier. J’essayerai de tenir la cadence de deux ou trois petits riens par semaine, ne m’en voulez pas trop.

Peu à peu le jardin revêt ses atours d’automne. Les chats commencent à rentrer le soir. Les chiens s’installent devant la cheminée. On  a commencé à rentrer les plantes vertes. Demain sera un autre jour, la nature et les hommes vont panser leurs plaies.

 




0,

4 Responses

  1. Annie de Laragne

    Nauséeuse à la pensée des gens de la Tinée et de la Vésubie , tes photos nous aident à avoir le moral un peu moins en berne ! Bonne fin de week-end !!!

  2. Lolau Rouge & Lin

    Ohhh mais ouiiiii ! nous sommes en octobre et tu as repris le travail !! j’ai zappé !!! Oh lala !!! quel changement !! Bon courage pour cette reprise…
    et tout comme toi je n’arrive pas a m’enlever ces images d’apocalypse diffusées sur les médias…. de tout coeur avec toutes ces familles touchées…

  3. Ella

    même une seule fois par semaine un message c’est important ! Même s’il est triste et nostalgique : j’ai randonné-il y a bien longtemps- dans le Mercantour :magnifique et difficile
    Merci
    J’abuse : les oeufs d’oie je n’en ai jamais goûté…c’est comment ?
    et j’aime la typo de vos messages c’est laquelle ? MERCI

  4. Mamillon du Luberon

    Un peu de bauMe au cœur avec tes photos, et malheureusement ne pas pouvoir effacer de mon esprit , tout ce qui a eu lieu dans les alpes maritimes, aussi bien là nature peut être belle, mais elle est là plus forte contre les humains quand elle se met en rage, on ne peut plus rien faire contre l’eau, le vent et le feu….. on ne peut pas lutter contre elle quand elle a décidé de nous faire comprendre qu’elle est présente, Je suis très triste pour ces personnes qui ont tout perdu, et la disparition de certains .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.