Partie d’échec

Classé dans : 365 petits riens | 3

 

La reine a mis les rois en échec. Le cavalier prendra t’il la reine ?

La tour s’enflamme et le monde culbute, le fou le tient dans sa main,  que sera demain ? …. Je ne suis qu’un pion au milieu de la tourmente.

Brumes Dominicales

Classé dans : 365 petits riens | 6

 

 

Doucement cotonneux, les oiseaux s’égosillent, le soleil levant évapore doucement la rosée, au loin les chiens s’interrogent sur cette dingue en pyjama qui parcourt les vignes, un appareil photo à la mains, les oiseaux se racontent leurs rêves de la nuit dans un concert improvisé … il fait doux enfin, paradoxe amusant, Avril vient d’avoir un an. Je vide ma tête des soucis, je nettoie ma mémoire, je fais un reset pour mieux reprendre ensuite, pour mieux recommencer. Je ne veux pas que le monde prenne le dessus sur moi, je me recentre, j’essaye, j’en ai besoin. Aujourd’hui dimanche électoral, je lis la presse du coin de l’oeil, j’écoute les discours d’une oreille distraite,  comment peut on être si sûr de sondage en sondage, qui d’un candidat pourra être au deuxième tour ? Je suis toujours ébahie de leurs sciences inexactes. Nous sommes seuls dans l’isoloir, et personne ne sait d’un humain à l’autre, le choix intime, et le combat qui s’y joue … pour influencer peut être un électorat peu enclin à la réflexion ? Je n’en sais rien et je m’en moque un peu. Demain sera un autre jour, et je ne peux imaginer un peuple sans démocratie.

Belle journée à vous, bon dimanche.

Fantine, Cosette et Gavroche …

Classé dans : 365 petits riens | 3

En ce week end électoral …

« Lorsqu’il s’agit de sonder une plaie, un gouffre ou une société, depuis quand est-ce un tort de descendre trop avant, d’aller au fond ? Nous avions toujours pensé que c’était quelquefois un acte de courage, et tout au moins une action simple et utile, digne de l’attention sympathique que mérite le devoir accepté et accompli. Ne pas tout explorer, ne pas tout étudier, s’arrêter en chemin, pourquoi ? » Victor Hugo

 

Ivoire et Indigo

Classé dans : 365 petits riens | 2

 

Sur mon marché, je suis aux anges, les couleurs que j’affectionne le beige et bleu, les couleurs poudrées vont bon train,  je me trouve très tendance ces temps ci, et puis il y a les indigos d’Henriette que j’aime tant, ce bleu profond et majesteux dont elle couvre ses paniers.  J’ai vagabondé le temps que la faim m’assaille, pour ma pause déjeuner, j’ai repéré les poules et les bébés canards pour le futur poulailler. J’ai regardé les verveines en fleurs, et je me suis doucement glissé dans des rêves aux couleurs Laura Ashley. Je n’ai rien acheté .. juste le plaisir de voler des photos. Et une jeune fille a bien voulu poser pour nous, pour Henriette et moi pour un tuto de pause de turban à la mode africaine. C’est beau le vendredi le jour de marché et malgré ce monde tourmenté, ce monde fou et cauchemardesque, j’ai réussi à trouver un peu de paix.

 

 

 

Tuto pour la pause des turbans d’Henriette.

On pose le turban, le morceau en tissu sur la tête.

On pince de chaque côté

On fait un 8 en croisant le turban.

Et on passe le cercle ainsi formé au dessus de la tête

Et on arrange tout ça pour être très belle, et voilà …..

 

 

 

Pour toi ma soeur

Classé dans : 365 petits riens | 7

Bien peu de gens le savent, mais les petits riens sont rédigés d’abord pour toi … ce matin, je me suis levée, la boule à z, une de mes fantaisies capillaires d’hier, je pense qu’inconsciemment c’est un peu par solidarité avec toi, qui essaye depuis plus de 6 ans à lancer la mode bonze au sein de la Bretagne profonde, tu es le seul médecin, à pouvoir dire à tes patients, mais non voyons, regardez comment on peut être sexy le crane rasé.

(Il me reste du tissu orange si tu veux, et un bol tibétain, du temps de la période bouddhiste de ta mère … Ooom )

J’ai regardé le ciel, il fait beau. Je me demande quel temps pourrave tu dois avoir dans ton lit d’hôpital rennais. Ma dyscalculie refaisant surface, je ne suis pas arrivée à compter les années. La reine mère,  a fait un couscous pour ce jour particulier, tu sais ou tu ne te souviens pas que le couscous est une histoire de famille, nous ne sommes ni rapatriés, ni d’origine arabe, mais le couscous c’est sacré, à cause des vacances peut être dans l’hôtel restaurant de notre grand tante qui faisait le couscous le meilleur du monde, d’ailleurs je ne sais pas si tu t’en souviens, c’était pour mes 7 ans, je me souviens du gâteau. C’est en te courant après qu’un jour comme Obelix, je suis tombée dans la marmite, non pas de potion magique , non pas la marga, juste dans la graine … dans ces gigantesques marmites plus grandes que nous.

Pourquoi te dis je tout ça ? Oui parce que je voulais partager le jardin et cette journée avec toi. Les lilas sont toujours en fleurs, et l’arbre de Judée se pare de mauve, j’y placerai mon masque maori, on te prépare un poulailler dans la cabane, comme ça tu auras des oeufs frais chaque jour. Il parait que tu arrives bientôt.  Ton bout de chez toi se dessine dans le bleu du Mistral et l’olivier tangue devant. Le cyprès est toujours immense, on a découvert la piscine, il y a du boulot, quelques rainettes ont niché dedans durant l’hiver. Une des dernières lubies de ta mère, un fontaine genre petit Trianon, et puis un bourdon qui m’a fait rire se bourrant la gueule dans le marronnier. Au fait, les fleurs d’acacia sont presque ouvertes, juste à temps pour te faire des beignets.

J’ai servi deux verres de mojito j’en avais envie, il y en a un pour toi.. donc on t’attend tout simplement.

Et sus à la salope, on l’aura, non mais, on ne va pas s’embêter avec les petites mauvaises odeurs.

T’embrasse.

La Frangine, la vieille ….

PS / les kleenex sont à ta droite dans le tiroir de la table de nuit.

 

 

 

Pâques

Classé dans : 365 petits riens | 3

Elles ont mis la table, elles ont ramassé des fleurs, elles ont décoré, elles ont fait un gâteau … juste un moment ensemble, par tradition.

Je suis un pur produit des années 70

Classé dans : 365 petits riens | 6

Il faut le dire, j’ai eu la chance de naître avec un 6 dans ma date de naissance, et j’ai donc vu les années 70 et leurs délires de liberté prendre la place à l’austérité de « pleasant ville » et c’est un bonheur de retrouver, les kitcheries enfantines de mon enfance, et Pâques en est le plus joli exemple.

J’ai préparé les déco de la table avec mes kitcheries préférées.

Et je n’ai pas tout à fait 8 ans, et je cours dans le jardin à la recherche des oeufs, les cloches sont revenues de Rome, et c’est magique. Les dessins qui peuplent ma vie sont ceux des albums roses d’Hachette, ou des aventures de Zouzou, Kiki et Toutou, en anglais Zouzou s’appelait Zaza … terrible de découvrir ça 40 ans après ;-), Saturnin était mon idole … c’était hier. L’âge d’or de la littérature enfantine, j’aime la fraicheur, les illustrations, la douceur des histoires de ces années là, peut être parce que c’est tout simplement mon enfance.

Joyeuses Pâques à tous

et puis j’allais oublier, ma fascination pour les kilts vient peut être de Peter Rabbit qui sait …

 

Shooting improvisé …ou la Madone qui rigole.

Classé dans : 365 petits riens | 8

 

Hier soir elle s’était tressée les cheveux, ce matin, elle ressemblait à une madone raphaélique ou à un pirate des Caraïbes, on ne sait plus très bien. J’étais en train de repasser une chemise ancienne et le délire a démarré.  Elle a pris son petit déjeuner dans le jardin, en ronchonnant que je la laisse se reveiller, et  plus de fou-rires que de bonnes photos, mais c’est bon de s’amuser, demain j’essaye de coincer sa soeur, mais c’est une autre histoire ….

 

1 2 3 4 5 10