Les portes du ciel

Classé dans : 365 petits riens | 5

Je ne m’en lasse les portes du ciel on dit en Suisse, ou les pieds de vent, au Quebec …

Ils disent quelque part vers les Iles de la Madeleine,  « Lorsqu’on voit un pied-de-vent, c’est que le bon Dieu descend sur Terre. »

Je m’arrête à chaque fois, il m’arrive d’être en retard au travail, juste pour regarder les nuages, c’est la majesté du monde qui m’encercle.De ces halos lumineux qui éclairent un petit bout de terre dans la noirceur de l’orage, j’aime imaginer qu’ils représentent l’espoir. Les photos ne rendent jamais l’irréalité du moment.

Les températures sont toujours négatives en Provence, il faisait -6°c à l’abri ce matin à 6h00 …, les hivers ressemblent de plus en plus aux hivers de ma Provence, Mistral et gel ..

Je vais allumer le feu.

Oublier son appareil photo

Classé dans : 365 petits riens | 4

et se servir d’un téléphone … pas le mien, il vient de mourir de sa belle mort ….se retrouver ensemble, pour la première fois de l’année, prendre un bon fou rire, et surtout grignoter une galette des rois et un café très chaud, mais attendre gentiment  la semaine prochaine que nos grippées aillent mieux pour se retrouver enfin toutes.

La salle peu chauffée difficile de bouger nos doigts.

La semaine prochaine un petit projet à faire, je vous écris mesdames, pour vous en parler ….

 

Il y a des belles maisons par chez moi ….

Classé dans : 365 petits riens | 5


Elle se cache derrière les arbres, mais l’hiver on peut la voir, alors je joue la voyeuse, pour l’admirer d’un peu plus près. Je l’admire dans le bleu d’un ciel de Mistral, 60 km/h aujourd’hui … quand même ….

Je prends l’allée jusqu’au portail …

je la discerne … elle est là

un rouge gorge joue sur les barres de fer forgé.

j’aime les vieilles pierres que j’ai envie de toucher, envie d’y poser ma main, juste pour qu’elles me racontent des histoires du temps jadis.

le vue est prodigieuse, il y aura des coquelicots au printemps …

j

Je repars dans le soleil incroyable.

elle est belle de tous côtés 

ses murs blancs qui se détachent dans la pureté 

Il y en a de plus modestes mais elles sont la Provence Eternelle.

de -5°c à 15°c en une matinée ….

Classé dans : 365 petits riens | 1

 

Ca c’est le matin …. le gel, – 5°c et une campagne toute givrée et ensuite à 12h00 quand je reviens … c’est magique …. ils s’éclatent dans les terres labourées à la recherche de nourriture. J’aime les corneilles, j’aime les corbeaux, ils ont un façon bien à eux de s’envoler, ils s’ébattent, ils rouscaillent, ils cherchent et volètent jusqu’au moment où m’approchant trop près, ils fuient à tire d’aile me narguant dans un croassement et un bruissement d’ailes. Enormes et pourtant si gracieux, ils me semblent être des copains qui se jouent de moi.



Dentelles d’hiver

Classé dans : 365 petits riens | 5

 

Il fait beau ce matin sur la Provence, le soleil illumine les brins d’herbes et mon esprit vagabonde …

 

Les Physalis ont pris leur allure d’amour en cage …

J’aime inventer une légende d’une princesse un peu sorcière qui s’emprisonna le coeur dans les fleurs de son jardin,  tant que son promis ne reviendrait pas de ses lointaines aventures à chasser les dragons ….

Et mon imagination s’envole et  je me  surprend à rêver …. devant des cartes postales anciennes ….


Et c’est ainsi que peut être ils naîtront … qui sait quelques Improbables de Physalis coiffés …. 




 

 

Le Château de Malafaire

Classé dans : 365 petits riens | 10

 

La c’est la ferme l’aile ouest ….

La Gloriette qui me fait rêver depuis presque un demi siècle ….

Les grilles majestueuses …

le reste du bassin …

Il n’y a plus d’eau dans le rivière, les sources se sont elles taries ? Ou détournées par la compagnie des eaux ?

je contourne le parc, je n’ose demander la permission d’entrer pour faire des photos …

On le devine parce que c’est l’hiver …

Dans mes souvenirs, il y avait deux gloriettes, une de chaque côté du bassin, où peut être ai je inventé ce souvenir … je ne sais plus … je ne trouve plus le portail non plus.

j’imagine, je rêve … je me raconte des histoires …

Fantomatique et magnifique …

ll est mon château de contes de fées

Dans le bleu du ciel ….

Je l’imagine du temps de sa splendeur …

Je l’imagine tel qu’il était en 1910 …

et je ne sais pas pourquoi, dans ma mémoire, il y a une petite fille qui joue au bord du bassin.

Que ne donnerais je pas pour connaître son histoire ….

Au gui l’an neuf

Classé dans : 365 petits riens | 17

 

Je n’aime pas les rétrospectives, ça fait toujours enterrement ….  mais ça fait cinq longues années que vous m’accompagnez dans les petits riens, cinq années de petits riens quasiment quotidiens à quelques exceptions (de gros soucis, de gros chagrins…) , aujourd’hui nous commençons ensemble la sixième année … Si vous voulez bien restez avec moi, je suis allée ce matin vous cueillir du gui pour vous souhaiter une belle année douce et sereine, malgré le monde tourmenté dans lequel nous vivons.

J’ai décidé d’un commun accord avec moi même que 2017 serait l’année des poètes …. c’est comme ça.

Je vous embrasse bien fort tous et toutes, la famille, les amis, les inconnus qui me laissent un petit mot à chaque fois, parce que les petits riens sont pour moi, un façon de vous remercier, et aussi de faire passer le message suivant,

la vie n’est pas si épouvantable.

Alors l’année 2017 doit être positive, positivons ensemble, et oublions ce qui fait que le monde peut être moche, laissons les coeurs pleins de rancoeur se dessécher, on ne peut aimer tout le monde, ne perdons pas de temps avec eux.

Je vous souhaite

Une belle année 2017 pleine d’espoir, je vous souhaite simplement de réaliser quelqu’uns de vos rêves.

et j’ai une pensée triste pour mes amies turques, je veux juste leur dire,  vous dire,  un jour la liberté vaincra.

 

 

 

 

 

 

 

1 3 4 5 6