Je suis un pur produit des années 70

Classé dans : 365 petits riens | 6

Il faut le dire, j’ai eu la chance de naître avec un 6 dans ma date de naissance, et j’ai donc vu les années 70 et leurs délires de liberté prendre la place à l’austérité de « pleasant ville » et c’est un bonheur de retrouver, les kitcheries enfantines de mon enfance, et Pâques en est le plus joli exemple.

J’ai préparé les déco de la table avec mes kitcheries préférées.

Et je n’ai pas tout à fait 8 ans, et je cours dans le jardin à la recherche des oeufs, les cloches sont revenues de Rome, et c’est magique. Les dessins qui peuplent ma vie sont ceux des albums roses d’Hachette, ou des aventures de Zouzou, Kiki et Toutou, en anglais Zouzou s’appelait Zaza … terrible de découvrir ça 40 ans après ;-), Saturnin était mon idole … c’était hier. L’âge d’or de la littérature enfantine, j’aime la fraicheur, les illustrations, la douceur des histoires de ces années là, peut être parce que c’est tout simplement mon enfance.

Joyeuses Pâques à tous

et puis j’allais oublier, ma fascination pour les kilts vient peut être de Peter Rabbit qui sait …

 

Vous avais-je dit que mon grand père était jardinier ?

Classé dans : 365 petits riens | 16

 

Toi lecteur, tu dois te dire, elle nous gonfle avec les fleurs de son jardin, de sa campagne, on a les même chez nous. Que nenni mon ami, ce lilas là est spécial, ce lilas là c’est … mon enfance, parce que ce lilas c’est mon grand père qui l’a planté. Tu vois tu ne peux pas dire la même chose, et je vois mon papé partir à son potager, de sa silhouette si pesante. Il porte des pantalons en bleu de chauffe, bleu de chine, délavés par le temps, je sais que sous le tissu, un énorme cicatrice   se propage le long de sa jambe, un accident de moto, il me raconte, les vis, les écrous et les plaques de fer, il porte de grosses chaussures de sécurité, il a un belle chemise écossaise dans des tons de gris et bleu, son tricot de peau blanc, il porte un grand tablier d’indigo, où il glisse ses graines et ses sécateurs, il a un grand panier d’osier au bout du bras, et sur ses cheveux mousseux et blancs, un grand chapeau de paille, il arrive de chez lui sur son solex … et me raconte des blagues qui me font sourire presque 40 après, des blagues pour enfants « le comble du jardinier, c’est de se mettre tout nu devant ses tomates pour les faire rougir », les blagues de l’almanach Vermot et j’aime ça, je tuteure les tournesols parce qu’un de mes cousins tout petit et balbutiant a voulu faire un bouquet à sa mère, alors on redresse leur tête à expliquant à bébé Michel, que les tournesols ont mal quand on les coupe, deux morceaux de cannes et un bout de tissu plus tard, le tournesol est soigné avec une attelle digne des plus grands chirurgiens urgentistes. Je cueille des haricots et la rangée me semble faire des kilomètres en retournant sur les lieux, je m’aperçois qu’elle n’était pas plus grande de quelques pas,  je regarde émerveillée les fleurs de courgettes si fragiles, qui deviendront des courgettes géantes. Et Pépé Jean, me raconte des histoires de fleurs, de plantes et de graines et de l’importance de la lune sur le jardin, un Rustica posé sur son fauteuil de camping, là où il s’assoit  et le feuillette quand le petit chemin qu’il a biné le long des rangées de plantations, se remplit d’eau, l’arrosage c’est le mardi, le mardi et ce droit inaliénable qu’on nous a aliéné, pour toujours nous faire payer plus, et j’ai gardé la plaque de fer qui permettait de détourner le ruisseau. On n’entend plus le ruisseau murmurer le long de la route, il est emprisonné dans de grands tuyaux. Et puis j’écoute à nouveau Papé ronchonner après les chats qui prennent le jardin pour leur litière préférée, je le vois regarder les fleurs violettes des artichauts, il les laisse monter parce que c’est beau.  Et mon grand père repart sur son solex, son panier attaché par quelque sandows pardon des standauves comme il dit, débordant de légumes et d’un bouquet de lilas qu’il a ramassé pour ma grand mère.

Voilà, vous voyez bien que mon lilas, n’est pas commun du tout, c’est mon lilas celui de mon jardin. Pas tout le monde n’a eu la chance d’avoir un grand père jardinier, plombier et brodeur, on ne nait pas tous égaux devant les souvenirs d’enfance, et c’est peut être pour cela que l’on devient une « Kratrice Rurale ».

Belle journée à vous.