La princesse des olives

Classé dans : 365 petits riens | 4

 

On se croirait en pleine nuit alors qu’il est 15h30, sinistre ce mois de novembre, tu te souviens lecteur, je t’ai raconté que samedi à Lourmarin, avec les dames de France Patchwork, j’avais créé ma bobine à la mode de Katherine Roumanoff  et nous nous étions beaucoup amusées à le faire, en partant j’ai oublié mon oeuvre sur le toit de ma voiture, qui s’est envolée  dans les rues de Lourmarin, ma tante et une amie ont bravé la circulation pour les retrouver, parce que bien entendu il y avait aussi celui de ma mère. Tu vois d’ailleurs les traces des gravillons de la route, imprimées par les roues des automobiles sur le carton plume.

 

Donc voici mon « chef d’oeuvre », la princesse des olives, c’est pertubant quand on brode de tailler dans le tas et de coller …. je pense réellement le défaire et le coudre, sans aiguille, je suis perdue …

 

Ne t’étonnes pas Lecteur, si je suis un peu silencieuse en ce moment, j’ai une jolie commande pour Noël, bientôt je t’en parle.

 

Bonne journée à vous.

 

 

Les dernières roses de l’année

Classé dans : 365 petits riens | 6

Elles sont les résistantes d’un été perdu à jamais, l’été 2019 s’en est allé et avec les fleurs, la chaleur, les insectes bourdonnants. L’hiver approche à grand pas, le château se dessine dans le blanc du ciel, encore un jour gris. Les dernières roses éclatent sur les vieux murs, cocardes fières d’un temps révolu. Mais c’est lundi et le lundi ce que j’aime c’est que tout est à construire, j’aime les lundis, même s’ils sont gris et si les commerces fermées donnent un sentiment d’abandon.

Bonne semaine à tous.

 

Rendez nous notre canicule …. (citation de Martine C.)

Classé dans : 365 petits riens | 3

Il va vraiment falloir que je me décide à mettre des chaussettes dans mes Crocs, hier il a neigé sur le Luberon, ce matin, le givre a envahi la campagne. Je suis toujours en résistance et comme dirait un amie, « mais rendez moi ma canicule ;-) ».  La campagne est figée. Deux jours sans nouvelles, sur les petits riens,  c’est normal j’étais conviée à  deux journées de l’amitié de France Patchwork, une dans le Var à La Valette du Var, merci à Nadège et Josse .. l’autre à Lourmarin, merci à Christine et Christiane, à dix minutes de chez moi. Lourmarin le pays d’Albert Camus. Albert Camus qui disait « Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été ». Je cherche mon invicible été.

Lors des deux journées;  l’ouvrage du jour était la customisation d’un sac Bohin, que j’ai commencé, est ce qu’un jour je le finirai ;-) ? Ensuite réaliser son portrait à la manière de Katherine Roumanov, rapide et très ludique.  Cocasse surtout quand j’ai oublié le mien sur le toit de la voiture et qu’il s’est envolé dans les rues de Lourmarin, portrait retrouvé par ma tante sur le bitume.

S’il a survécu à la circulation, je vous le montrerais c’est promis. C’est chouette les journées de l’amitié, c’est chouette de rencontrer des centaines de dames animées du même passion. Le club de patchwork de Pertuis nous a offert de magnifiques lys en tissu, je vous les montrerai également.

J’ai allumé un feu dans l’atelier, le temps est à la broderie, et j’ai des fiches techniques à rédiger, des « Chuttt » pour Noël.  Je vous embrasse et à demain certainement.

 

 

Dans mon atelier, il y a à nouveau les bulles de jardins …

Classé dans : 365 petits riens | 2

J’ai rentré dans l’atelier les bulles de jardins, elles avaient passé leur été à l’ombre du rosier de lady Banks,  j’ai rempoté, taillé, soigné. Pour faire des « bulles » il vous faut des bocaux qui trainent depuis des lustres, des perles anciennes, oiseaux en verre filés, moutons surannés … de la mousse et des bouts de verre usés par les vagues, quelques boutures … je crée régulièrement des jardins secrets ça fait presque 10  ans qu’ils jalonnent mes lieux de vie,  les premier c’était ICI, le 5 décembre 2010, quand je vivais dans un immense gratte ciel et que j’avais besoin de me perdre dans une bulle de sérénité, depuis ils réapparaissent  régulièrement sur les Petits Riens.

Hier alerte Orange, des orages pendant plus de 18 heures, nous avons même annulé l’atelier, tellement les risques d’inondations étaient important, c’est ça la Provence, douce et violente à la fois, un peu comme ses habitants, imprévisibles quelquefois.

A demain, peut être …si je ne m’égare pas dans la mousse profonde d’une cascade de songes, au coeur d’une bulle de poésie, vous pouvez vous y égarez également, c’est vraiment tout simple à faire, je n’ai pas le monopole des bulles de jardins, et ni de l’idée, mais j’aime  à penser que les miennes ont ce petit quelque chose qui fait qu’elles sont vraiment le reflet de mon monde.

Soyez sages, non soyez fous, soyez innovants, soyez créatifs, sans un brin de folie la vie est bien triste.

Et n’oubliez pas de mettre les plantes carnivores sous une cloche, on ne sait jamais elles pourraient mordre ;-)

 

Je vous souhaite une belle journée sereine, une journée à vous perdre dans les bulles de jardins. Je file, à la rencontre de dames passionnées.

 

(si vous voulez réussir vos bulles de jardin et qu’elles continuent à croitre sans végéter, il faut faire un petit lit de billes d’argiles, un peu de terreau à définir suivant la bouture que vous allez planter (cactées ou plantes vertes) et un peu de mousse, tiens un de ces jours je vous ferai un tuto :-) ).

 

Offrez vous un jardin secret ou de curé, sauvage ou aquatique, de balcon ou bien alpin, toujours d’amour ….




 

 

 

L’embrasement

Classé dans : 365 petits riens | 4

 

Fontjoyeuse s’est embrasé ce matin dans une spectacle digne des plus grands artificiers, il va pleuvoir, l’orage est attendu et pourtant, il a voulu faire son apparition comme un star qui donne sa dernière représentation avant très longtemps. Il fait froid, très froid, les amandiers sont décharnés, que je déteste cette saison, même si c’est le moment où je fais les plus belles collections de ciels, comment ne peut on pas être sensible à la grandeur et la puissance de la nature, nous ne sommes rien contre elle, nous ne sommes que des brin de paille. Il suffit de penser aux personnes qui ont subi le tremblement de terre en Ardèche, ou les inondations à Venise, et à bien d’autres endroits. Comment peut on nous humains, penser réellement pouvoir la dominer ? Je ne sais pas. J’ai allumé un feu, en remerciant les arbres de me donner leur bois (je sais c’est débile, mais j’y tiens) et je file préparer l’atelier pour cet après midi.

Bonne journée à tous, à demain, si vous le souhaitez.

 

Winter is coming, l’hiver est bien là

Classé dans : 365 petits riens | 3

Ca ressemble vraiment à l’hiver, les derniers légumes essayent de murir au jardin, les dernières fleurs aussi. Les poules me suivent, il n’y a plus beaucoup d’insectes à picorer, elles attendent le complément de leur graines qui cuit dans la cuisine.

Elles m’empêchent de faire les photos et c’est amusant de les voir passer et repasser devant mon objectif.

Cet année, il est un peu tard pour les légumes d’hiver, mais je pense que l’année prochaine j’anticiperai, il n’y aura pas d’olives cette année, les tempêtes de vent, de pluie, la sécheresse et la mouche ont eu raison des oliviers, ça me rend triste.

Il ne nous restera plus qu’à faire des bouquets avec les branches.

 

Je file travailler dans l’atelier. Belle après midi à vous.

 

 

Voir au delà ….

Classé dans : 365 petits riens | 6

Voir au delà, regarder au delà des apparences, chercher la beauté où elle n’est plus. Chercher la lumière qui enveloppera la fleur fanée.

 

Trouver l’instant qui lui rendra sa splendeur.

 

 

 

Devoir de mémoire

Classé dans : 365 petits riens | 1

 

 

Devoir de mémoire, c’était difficile ce matin,  ce 11 novembre que  nous commémorons depuis plus de 100 ans, a pris des allures différentes.  Cette année, sera inauguré à Paris,  un monument à la mémoire des militaires français tombés en Opex depuis 1963. Cinq noms ont été cités, les cinq noms des soldats morts en 2019, les noms de ceux morts pour la France qui sont enterrés dans le Vaucluse,  et les noms ceux du 2ème REG de Saint Christol tombés au combat.

Je suis dans cette salle du conseil, comme chaque année, et je regarde l’assemblée, ça n’intéresse donc plus personne, seuls les anciens sont présents et la directrice de l’école qui fera lire des poèmes aux enfants.  Lorsque nous serons morts, il y a aura t’il une relève à ce devoir de mémoire  ?

Ils sembleraient que les nouveaux habitants ne soient pas concernés, ils doivent se croire à la grande ville, nous sommes environ 800 habitants, 500 votants et nous n’étions même pas une trentaine.

C’est bien triste tout ça, les gens qui confondent un jour férié et une journée du souvenir.

Demain sera un autre jour.