On l’appelle la baie des Anges ou l’amour en cage

Classé dans : 365 petits riens | 4

Chez mon amie, elles poussent comme du chiendent, chez moi c’est une autre histoire, j’ai une pousse, et des micro semis qui commencent.  J’aurai pu vous dire qu’elles poussaient dans mon jardin, vous ne seriez pas venus vérifier. Mais j’ai une certaine déontologie sur la façon de tenir un blog. Ce sont les physalis de Johanne, les miens sont à l’état « larvaire » pour cause de froid, je n’ai jamais vu un mois de juillet comme ça, on se gèle  et ceux de l’année dernière qui étaient tous beaux sont morts de froid cet hiver.

J’aime tellement cette plante,  qu’on appelle également l’amour en cage, (pétard, scrogneuneu pourquoi ne poussent elles pas chez moi ?) que je vous ai photographié mes deux ridicules branches sous toutes les coutures, parce qu’elles sont trop photogéniques.

Je vous laisse découvrir les vertus de physalis, vous avez google.

Bon 14 juillet à vous.

 

Courir la montagne pour ramasser les Immortelles

Classé dans : 365 petits riens | 3

 

De bon matin, se dire qu’il faut aller ramasser les immortelles sauvages, le parfum suranné de l’enfance, les pieds nus dans la garrigue, l’odeur sèche des herbes sèches, craquant sous nos pas. Ces bouquets que l’on apportaient à nos mères, fiers de nos escapades à la source, qu’elles posaient délicatement dans une vieille cruche, qu’elles ramenaient après les vacances dans la grande ville, et nous,  qui passant  côté de la table basse, respirant l’odeur de la liberté, de nos deux mois de sauvageons, de notre vie à la campagne que adulte j’ai choisi. C’était hier, c’était il y a un siècle.

Savez vous que les immortelles (les corses) sont cultivées dans le Luberon, pour leurs propriétés pharmaceutiques et cosmétiques, c’est à la Bastide Saint Maurin, où on distille leur huille essentielle, je sens qu’une visite va s’imposer.





Jouer les bonnes sorcières

Classé dans : 365 petits riens | 8

A l’aube ce matin, je suis allée cueillir les herbes pour l’hiver. La marjolaine (vous en foutez du nom latin ? ben moi aussi) pour mes sauces et pizzas, la mélisse pour les tisanes, la menthe orange et le thym, le thym ce n’est pas obligatoire de le ramasser, il est là en toute saison, mais par flemme de sortir dans le froid quand il gèle pour aller chercher un brin de thym au jardin, je me fais toujours un petit pot d’avance, sinon c’est toujours du thym frais. La sauge, la verveine, le fenouil, le pèbre d’aï attendront une récolte plus tard dans la saison. Je n’ai pas ramassé la camomille c’est sa première année, on va lui laisser prendre ses marques. L’Eucalyptus offert par Sylve, mon elfe des bois, se porte bien, il faut que je lui trouve une place au jardin, afin qu’il s’y plaise. Et le semis de menthe coréenne a bonne mine, il va falloir que je la plante en plein terre. Elle est une des 50 plantes fondamentales de la pharmacopée chinoise, le saviez vous ? Moi non plus, c’est Kokopelli qui m’a offert un sachet lors de ma commande (pas de placement de produit, ne vous inquiétez pas, je commande où je trouve ce dont j’ai besoin). Mais commander chez eux, c’est aussi mon petit coté rebelle. J’aimerai vous faire partager l’odeur, c’est enivrant.  J’espère avoir pu vous faire ressentir la douce lumière bleu du lever du jour.

J’ai plus qu’à pendre mes bouquets tête en bas, je trouve ça joli dans la cuisine, d’autres moins … surtout les grands qui se prennent la tête dedans, ben oui faut bien que je puisse les toucher pour voir s’ils sont secs.

Bon dimanche tout le monde, il y a des vides greniers et foire à la brocante partout dans la vallée, mais je me tiens un crise de « je n’ai pas envie de sortir de chez moi » assez phénoménale, c’est impressionnant.

Ici la Bastidane en direct de Beautiful Star à vous les studios, je vous rends l’antenne.

 

 

 

Jardin poétique

Classé dans : 365 petits riens | 2

J’ai l’âme bucolique ce matin, en allant au jardin, d’un côté j’essaye de vider mes placards, de l’autre j’aime les objets qui y sont, alors je les déplace et c’est ainsi que vase et saladier sont devenus des champignons pour Elfe, j’essaye bien de les vendre, mais j’ai déjà retiré des objets de la vente, prise par les remords. On ne se refait pas. Capou est d’humeur casse pieds, la piscine attend que les ado se reveillent.

Enfin ce matin c’était plutôt pour les escargots, les elfes devaient encore dormir, ou se sont enfuies à mon arrivée. Je regarde, je photographie, j’ai essayé de rendre mon coin de jardin plutôt « fouillis » c’est toujours le fouillis chez moi, dans ma tête et dans mes réflexions, dans mon atelier aussi, poétique.  J’ai rajouté des leds dans mes « champignons » hâte ce soir que ça s’éclaire, Capou est passionné par les poissons rouges, et hésite entre le bassin et le bain des oiseaux pour boire.

J’ai parsemé le jardin d’objets improbables, cages à oiseaux et autre trucs qui ne servent plus à rien, sculpture de ciment, je ne sais pas si ça fait kitch, si c’est joli ou pas, mais je m’y sens bien. Des statues attendent un clôture pour venir s’y installer, bientôt. Des arbres que je croyais morts par le gel, se sont réanimés.  Les agapanthes commencent à fleurir. La vigne vierge plantée l’année dernière s’en donne à coeur joie sur la façade. La baignoire en zinc attend sa restauration. La clématite enfin s’éveille et j’ai donné à manger aux tourterelles.

Les abeilles ont enfin de quoi se nourrir, les fleurs ont mis tant de temps à venir, la bignone est prise d’assaut.

 

 

 

Vide grenier

Classé dans : 365 petits riens | 4

J’aime y flaner, même si je n’y achète jamais grand chose, la moitié des choses que j’y vois sont déjà dans mon grenier, ma maison, celle de ma mère, la soupente (rayez la mention inutile). Mais ces inventaires à la Prévert me font rêver. Feuilleter un vieux livre, imaginer une enfance dans le regard d’une vieille poupée. Se revoir petite fille, autour de cette immense mappemonde, avoir les yeux à la hauteur du monde, ce monde qui m’appartenait.  J’avoue être une peu en overdose de « bordilles* » mais je n’arrive pas à décrocher. Même si mon atelier ressemble à l’annexe d’un brocanteur.

Demain peut être, il en aura-t-il un autre ?

PS : je ne vous parlerais plus de mes achats, ni ne les prendrais en photo, beaucoup d’entre vous savent pourquoi. Bonne fin de soirée.

 

*bordilles : En Provence, bordille est une insulte générique, désignant de la saleté, des ordures, quelqu’un qui est une pourriture voire une raclûre. Par extension, désigne un objet ayant une faible valeur, d’une qualité médiocre.

 

Il n’y a pas que de la Lavande en Provence

Classé dans : 365 petits riens | 3

J’ai accompagné ma fille à Cereste ce matin, pour aller à Cereste qui est de l’autre côté du Luberon (la montagne) il n’y a que 20 km, mais il faut ¾ d’heure, d’abord la route, un virage tous les 20 mètres, en montée, puis en descente,  vous arrivez à vous donner le mal de mer rien qu’en conduisant, une route sans fin comme je les aime, ce genre de route qui n’a pas eu besoin d’ingénieurs pour être construite, immémoriaux chemins pris par les ânes et les chevaux.

Mais non, en fait non, une route impitoyable ou des centaines de vélo se ruent dès les beaux jours. C’est une étape du tour de France mais dans les deux sens. Mais bon, quand faut y aller, faut y aller, été ou pas, et il faut s’adapter « Ohhhh, il y en a qui travaille ici, ils nous croient tous en vacances » allez je vous le refais in english dans the texte « Ohhhh, there are some who work here, they think we are all on holiday » en allemand peut être ? « Ohhhh, es gibt einige, die hier arbeiten, die denken, wir sind alle im Urlaub », je ne vous le traduis pas en Nordiste (habitants pour les autochtones, à partir du Pontet) trève de plaisanterie, la Canebière aux heures de pointe, je vous dis.

En arrivant sur Cereste, des champs mauves, entièrement mauve, mes photos ne rendent pas l’étendue de cet océan de fleurs, et non ce ne sont pas des lavandes.

Je vous laisse deviner. Le parfum est si entêtant que j’ai encore mal à la tête (à moins que ça ne soit les virages), de la sauge, de la sauge de la Salvia Sclarea L.

Avouez que c’est beau.

 

PS : la sauge a toujours été reconnue comme une plante salvatrice, au moyen-âge, elle était considérée comme une panacée, son nom latin de salvia vient d’ailleurs du mot salvare qui veut dire sauver. Elle est l’un des ingrédients du « vinaigre des quatre voleurs » utilisé pendant les épidémies de peste pour éviter la contagion. L’école de Salerne écrivait à son sujet « Homme pourquoi meurs-tu, lorsqu’en ton jardin pousse la sauge ? ». A ce niveau là, c’est l’immortalité d’un village entier ;-)

Désherber à la fraiche

Classé dans : 365 petits riens | 1

Le matin vers 6h00 c’est le moment de désherber, il fait frais, le soleil n’est pas de plomb, j’ai découvert ma seule et unique fleur de lavande, il est vrai qu’elles sont toutes petites, je les ai plantées cet hiver, mais j’en suis trop fière (je sais, il ne me faut pas grand chose).

La lune joue les prolongations dans le ciel bleu Mistral, il y a du vent. J’ai passé des heures et des heures pour supprimer les herbes folles (elles sont tellement folles, qu’elles étaient presque psychopathes à vouloir tout envahir.) On dirait que je n’ai rien fait. C’est un peu déprimant.

J’ai rempli de graines les mangeoires des oiseaux du ciel. Les poules me tenaient compagnie (elles voulaient surtout leur mixture du matin).

Demain je viderai ma caisse à vendange qui a rendu l’âme, et il est temps de ramasser la marjolaine et la mélisse et les faire sécher pour l’hiver.

Aujourd’hui peu de  place à la broderie et à la flânerie, rangement de l’atelier et repassage.

Et vous ?

Potager et Agapanthes

Classé dans : 365 petits riens | 2

Au potager, j’ai laissé fleurir les artichauts, souvenir de mon enfance où mon grand père en laissait toujours fleurir, je ne sais pas pourquoi ? Peut être pour qu’ils se ressèment ou simplement pour attirer les abeilles, car sans abeille, pas de potager, aucune fleur de courgettes ne sera pollinisée. Elles sont si belles.

Les courgettes arrivent petit à petit, les tomates sont bien lentes, les aubergines sont en fleur, le froid a souvent eu raison de leur vaillance.

Les fraisiers s’étoffent lentement

Si tout va bien, on aura de quoi faire la fameuse  Chichoumeille de ma grand mère Fernande. je vous donnerai la recette en temps voulu.

J’ai découvert avec bonheur que malgré le gel du mois de mai, nous aurons des grenades.

Les haricots géants prennent d’assaut les vieilles échelles, j’ai hâte de les voir en fleur. Ils sont là à titre décoratif mais tout à fait comestibles.

Un simple tour au jardin où tout n’est que calme et simplicité et c’est ce qui me va, le calme, la simplicité. Qui puis je envier ? Quand j’ai tout ceci est à la portée de mes mains et chaque jour de l’année. Je comprends les touristes, oui je finis par les comprendre, comprendre leur besoin de nature, de chaleur et de lumière, leur besoin de s’identifier à nous les provencaux, méditerranéens, (c’est pareil pour les bretons)  ce besoin de vivre nos vies le temps d’un été. J’ai enfin compris, et au delà de cette compréhension qui est toute nouvelle chez moi, une totale révélation. Il arrive un sentiment encore plus nouveau à leur égard, la compassion.

Peuchère … je n’aimerai pas être à leur place, un peu comme s’ils étaient tombés de la roulotte  sans aucune racine. Ce n’est pas une vie, de ne pas avoir de racine, ni de culture régionale propre et de s’accrocher comme des arapèdes à celles des autres, mais je les comprends.

PS / Sinon c’est une année à Agapanthes, elles ont toutes fait des boutons, j’ai vraiment hâte qu’elles soient toutes en fleurs.