Vert comme …

Classé dans : 365 petits riens | 9

 

Vert comme leurs regards  à tous les trois …

 

 

 

Vert comme …

 

mon antique paquet d’aiguilles …

La soie du Ver à Soie

 

 la laine du Ver à soie …

 

Vert comme cette envie incroyable de broder le printemps …

Ils ont grandi et ne se quittent pas … je brode à leur côté.

Dimanche matin, c’est pancakes

Classé dans : 365 petits riens | 11

 

 

Elle n’a rien mangé depuis 4 jours, dormant un peu dans son lit, un peu dans la mien et beaucoup sur le canapé,  la grippe s’est invitée dans notre maison … et ce matin …. enfin …. mais qui peut résister aux pancakes et au vrai miel d’abeille (depuis que Po sait qu’il y a des faux miels, elle me demande à chaque fois si c’est du miel d’abeilles), personne ne résiste aux pancakes, même pas la grippe.

La recette toujours la même …

250 grs de farine

400 ml de lait

2 sachets de sucre vanillée

1 sachet de levure chimique

2 oeufs

On mélange tout, pour faire un pâte à crêpe épaisse,  normalement on laisse poser une heure la pâte, ici on ne dépasse jamais les dix minutes et ensuite dans un galetier ou une poéle anti adhésive un peu graissée, on dépose un demi louche de pâte, et dès qu’à la surface se forment des petits bulles, on retourne son pancake, 30 secondes et c’est cuit.

Pour faire encore plus nourrissant, j’ai rajouté un peu de crème fraiche liquide dans mon lait entier …

Bon dimanche à vous.

« Si dans ton placard, tu as plus de poêle à crêpes, de crêpières et de galetiers que de poêles classiques, c’est que tu as épousé un bretons »

Proverbe du Luberon

 

 

 

 

A l’heure où je publie cet article, nous sommes à 7 d’engloutis …

 

Mon chevreuil de cuisine

Classé dans : 365 petits riens | 1

 

 

Le vendredi soir tu subis une micro tempète de neige, ou de grésil, comme si le Mistral avait poussé toute la neige des Alpes sur ton petit bout de vallée ….

 

 

Et puis le lendemain …

 

c’est un Mistral de folie qui souffle en faire perdre leurs cornes aux taureaux, faisant flamboyer le lever du soleil … bref on s’est gelé toute la journée avec de bonnes rafales à 80 km/h
te faisant dévier ta voiture de sa trajectoire sur la route.

 

Je m’étais dit que ça vous ne passionnerai pas des masses, mes repères météorologiques … alors je voulais vous présenter mon cerf de cuisine …. ou mon chevreuil d’ailleurs. Il fait partie de mes kitcheries préférés.

le Cerf animal mythique, que certains mangent en terrine et d’autres vénèrent, je suis plutôt du genre deuxième catégorie, le cerf qui mène les morts de l’autre côté des rives … ici on n’en a pas, ou du moins je n’en ai jamais vu.  On a des chevreuils qu’il n’est pas rare de croiser sur la route sans fin, qui vous traversent devant sans crier gare.

Avez vous remarqué, qu’enfin (il était temps), les animaux de nos légendes ancestrales, reprennent leur marque dans nos contrées protégées …. et ce n’est pas pour me déplaire.

Je suis toujours émerveillée de voir un sanglier, un écureuil, un renard ou un chevreuil, me regarder rouler sur les chemins.

L’atelier et son immense pagaille

Classé dans : 365 petits riens | 3

 

Les crazy avancent à grand pas …

 

On pioche encore dans le chocolats de Noël, le partage est notre devise.

La tarte des grands mères, la tarte des montagnes …

On scrute nos pagailles mutuelles …

Et je regarde avec tendresse le collier que m’avait cousu et offert Madeleine Parrot, j’ai appris bien tard son départ,

elle est partie en même temps que mon père …

trop occupée à mes soucis, j’ai oublié certainement de prendre de ses nouvelles, Madeleine, dont nous connaissions toutes la chevelure flamboyante,

les bijoux textiles extravagants et magnifiques qu’elle portait en permanence , ses jeans taille basse et ses talons hauts avec lesquels elle courait toutes les expositions …. tu me manques encore Madeleine, je voulais juste que tu le saches et que où que tu sois, je pense souvent à toi.

On s’est mise à créer des colliers … bien tranquillement …

dans la douceur de nos travaux.

et des chocolats patchwork pour parfaire l’harmonie de l’après midi.

L’arbre aux tourterelles ….

Classé dans : 365 petits riens | 4

 

Dans la fin d’après midi, elles s’en donnent à coeur joie, au point de s’ébattre dans les buissons. J’ai toujours aimé les tourterelles et les colombes. Je suis à fond dans les oiseaux cette semaine.

Curieuses et peureuses elles s’envolent au moindre bruit …

 

Le soleil est couché, la lumière est étrange, il a fait doux aujourd’hui.

Le ciel s’est mis à moutonner comme un troupeau infini … juste pour que je rajoute une photo à ma collection de nuages.

Le soleil à disparu ne laissant que le gris d’une nuit annoncée.

Les oiseaux noirs de ma mémoire

Classé dans : 365 petits riens | 2

Je suis enfin re-connectée, enfin, trois jours sans internet, c’est comme si j’étais coupée du monde, de la société, sans tv, sans ordinateur, sans portable, et j’ai enfin un téléphone qui fonctionne.

Ils sont là, je les regarde de ma fenêtre, de mon bureau, ils piaillent sur les antennes, ils se détachent dans le gris du ciel comme des notes de musique sur une portée, cette mélodie lancinante qui s’ancre dans ma mémoire, on oublie et …un jour elles reviennent à vous ces harpies nauséabondes qui de leur comportement histrionique et de leur mythomanie chronique pensent manipuler la populace, c’est étrange de les regarder évoluer, j’aime regarder les gens, j’aime les scruter et de là discerner leur personnalité, toujours la même rengaine.  J’aime les gens tout simplement, les mauvais comme les bons, parce qu’il en est ainsi, depuis la nuit des temps, elles existent ces étranges créatures égocentriques et inachevées qui terrifient les gosses à la tombée de la nuit dans les contes de fées, mais elles ne terrifient plus les grands, il faudrait qu’elles s’en aperçoivent, elles ne nous ont pas vu grandir, et nous pensent aussi immatures qu’elles, c’est dommage et même très amusant.

  Il a fait si froid cette nuit, la campagne en était entièrement noire et blanche, les routes verglacées et la nature figée. Je ne peux m’empêcher de penser au gens qui n’ont pas de toit et subissent ce froid immense, sans pouvoir se réchauffer, sans pouvoir se restaurer et j’avoue que ça me fait oublier les effarantes et ridicules rencontres que l’on peut faire à chaque époque de sa vie, et qui assurent quelque part votre immuabilité.

Ils sont beaux mes oiseaux noirs, je ne sais ce qu’ils sont étourneaux peut être ou merles ou choucas,  je ne sais pas,  ils sont si graphiques que j’ai envie de les peindre, de les dessiner, de les imprimer sur un tissu. ils semblent deux amoureux qui ont trouvé le sens de leur vie.

Peut être les broderais je un jour qui sait … en hommage aux gens formidables que j’ai pu rencontrer et qui eux  sont ancrés à jamais dans ma mémoire, contrairement aux autres que j’oublie si rapidement.

 

 

Il va falloir que je les rentre dans la maison

Classé dans : 365 petits riens | 3

 

 

Chaque matin je rajoute de l’eau chaude dans mon mini bassin, j’avoue que je suis inquiète, la météo a prévu – 8°c la semaine prochaine, je pense que je vais devoir les rentrer dans la maison, dès que le soleil réchauffe l’eau, ils remontent à la surface, c’est bon de les voir vivants, c’est très impressionnant de les voir emprisonnés sous un couche de glace.

 

 

Mes boutures s’étiolent dans la verrerie et sous la terrasse, tout est vraiment moche en hiver …. je n’aime pas l’hiver.

Un dimanche rouge et blanc (Art textile)

Classé dans : 365 petits riens | 9

 

 

 

Pendant que le ciel s’en donnait à coeur joie, en un lever de soleil flamboyant, j’ai travaillé sur du blanc, ce mois ci c’était le plissé plié …. j’ai voulu faire, sans apprêt ni fil qui une fois repassés vous font ratatiner le tissu, mais je m’en suis un peu vu quand même … parce que l’organdi ne voulait pas plisser comme je le voulais et mon piqué libre ne se positionnait pas où je le lui avait demandé ….

 

Ils ne vont pas trop mal ensemble avec celui du mois dernier … Inscrustation … était le thème, la prochaine fois ce sera « Troué, brulé, déchiré » enfin je crois.

Belle journée à vous.

 

1 2 3 4 273