Le Château des Aigles

Classé dans : 365 petits riens | 1

Au détour d’un rond point, on tombe sur cette étrange construction, qui n’est ni vieille, ni jeune, juste un délire du propriétaire qui parait-il construit envers et contre tous, des extensions quand il en a envie. Après y être passé trois fois devant, je m’y suis arrêtée, je ne pouvais m’en empêcher. J’ai demandé aux passants de quand date cette maison ? On m’a répondu, ce n’est pas si vieux. Qui l’a construit ? Le mari de la propriétaire … j’ai même en cherchant sur internet trouvé des appartements à louer. Je suis tombée en amour pour cette maison totalement atypique, improbable en cet endroit, et certainement intemporelle, imaginée par un Facteur Cheval de notre temps. Pour moi c’est de l’art, même si certain on tendance à mépriser les Aigles qui toisent les passant. Comment pourrait on ne pas être émue, par cette construction hors normes qui fait doit faire se hérisser d’angoisse n’importe quel architecte conseil. Moi j’y vois, le travail d’une vie effectué par un bâtisseur hors du commun, un homme libre qui plante des orangers.

Il y a des gens qui au milieu de la tourmente poursuivent leurs rêves.

 

Vent d’Est

Classé dans : 365 petits riens | 2

 

Marin un jour, marin pour toujours, il suffit de peu pour que mon âme redevienne bleue, ou grise ou verte selon les humeurs des flots. J’ai glané sur la plage des trésors infimes,  mon esprit s’envole, mes rêves s’entrechoquent, je rêve d’histoires d’amours, de capitaine aux longs cours, de départs, de retours, d’îles lointaines ou si proches, du goût du sel sur mes lèvres, je rêve en marchant dans la tempête, une téméraire se baigne, des enfants courent ou se balancent en regardant l’horizon, j’évite les vagues et respire les embruns, j’y suis heureuse. Dans mes jeux imaginaires,  je tresse des colliers de posidonie, je crée des parures de coquillages pour des reines aux pieds nus, je tricote des pelotes d’algues,  j’invente le destin funeste des bois flottés, usés et taraudés par les  remous. Fait il froid ? Je ne sais pas, le vent d’Est souffle en un tourbillon incessant, le début d’un cyclone ou la queue d’une tornade, on ne sait plus très bien, d’énorme esquifs mouillent au large, il ne prendront pas la mer, pour l’orient ou le pétrole coule à flot, pour le pays des mille songes. Mille étoiles brillent dans le sable, perles de quartz et de micas, oraison funèbre pour les poissons et coquilles mourants,  J’entre dans le café qui domine la grève, le maître des vents nous y accueille, il souffle doucement sur ces doigts, on s’y restaure, on s’y réchauffe, mais je m’enfuis laissant à table les frileux, je retourne à la grève, irrépréhensible besoin d’y courir, je suis la coureuse des grèves, je suis libre, je suis la glaneuse de rivages, je cultive les algues, je prends soin des poissons, j’affronte la houle, car  je suis avant d’être un marin, aquacultrice. Amiral, la mer me manque, mais vous le saviez déjà.

Et puis le bruit des vagues couvrent tous les bruits sans que nous en soyons conscients, il éteint tous les sons, comme il peut effacer tous chagrins.

L’entendez vous.

 

J’aime la musique des vagues,  la musique du vent, qui jouant dans les filins des bateaux compose une symphonie irréelle, j’aime le chant des mats.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Vent d’Est

Une publication partagée par La Bastidane, l’Authentique (@labastidane) le


 

 

Rouge comme le soleil couchant

Classé dans : 365 petits riens | 1

A Sainte Marie les Mines, j’ai eu envie de rouge, en visitant l’exposition de Rhinetex, envie de rouge et blanc, comme avant. Pas si facile à travailler, quand on passe sa vie dans le beige et le nacré, mais bon, je ne désespère pas qu’un jour, je ferai un magnifique patch classique, rouge et blanc, même si j’ai une tonne de blocs en Redwork à monter, et vous quels sont vos blocs traditionnels préférés ?

 

Rouge
Comme un soleil couchant
De Méditerranée,
Rouge
Comme le vin de Bordeaux
Dans ma tête étoilée,
Rouge
Comme le sang de Rimbaud
Coulant sur un cahier,
Rouge
Comme la mer qui recouvre
Le désert de Judée.

 

Ciels d’octobre

Classé dans : Al Ain | 11

Presque une année que le ciel s’est abattu sur nos têtes, presque an, et puis déjà 9 mois de travaux et aussi un appareil photo qui faisait des siennes, un ordinateur bien mal à point, un téléphone vacillant et puis la volonté et la motivation, elle aussi guère brillante. Et enfin cette semaine, ma fille, piquant mon téléphone chaque matin pour faire des photos, pendant que la conduisais au collège, s’émerveillant du lever du jour me disant « maman il faut en profiter avant le changement d’heure ». Alors je me suis dit que c’était peut être le moment de reprendre les petits riens quotidiennement,  de collectionner chaque instant merveilleux qui s’offrent à moi, don de ce ciel où quelques étoiles de plus brillent, et puis peut être aussi le moment de reprendre mes aiguilles même si l’atelier n’est pas tout à fait fini, parce que c’est là que naîtront les improbables, ces improbables qui tambourinent fort pour venir au monde. Voulez vous bien que je revienne ?

C’est la rentrée aussi pour l’atelier

Classé dans : 365 petits riens | 3

Un tout mini stand pour représenter l’atelier de Saint Martin de la Brasque, quelques heures à échanger avec les gens, dimanche prochain j’y retourne.

Reprise de l’atelier le jeudi 20 septembre 2018 à 14h00, vous y serez ?

 

Bonne rentrée à tous les élèves et  tous les professeurs, surtout à ceux de ma famille.

Une ville à la campagne

Classé dans : 365 petits riens | 2


3029

Regarder en allant déjeuner, les magasins, et s’attarder sur le jardin de la crèche …  la campagne dans la ville, s’attarder parce que c’est joli, tout simplement, les tomates qui enlacent les grilles, et les tournesols qui essayent de s’évader.

Jusqu’au 2 septembre 2018, exposition « mémoire provençale » à Grambois

Classé dans : 365 petits riens | 3


C’est dans l’ancienne forge de Monsieur Chanus, ce lieu exceptionnel empreint de tant d’histoire, que se réunit l’atelier d’art gramboisien.  Sa fille Nicole Borras qui accueille les membres de l’atelier, a eu la merveilleuse idée de présenter sa collection personnelle et familiale de vêtements anciens, un vrai ravissement,  on apprend qu’un jupon transmis de génération en génération a servi pour quelques mariages, on écoute amusé l’histoire de la naissance de jumeaux, pour lesquels il a fallut dupliquer la traditionnelle robe de baptême,  on chemine dans la vie,  des noces, à la lune de miel, on s’attarde pour une soirée au théatre et à l’opéra, on s’extasie devant le trousseau des nistons emmaillotés, on apprends qu’un jupon piqué fut transformé durant la 2ème guerre mondiale en robe de chambre, la conservation du patrimoine n’ayant aucun poids contre le froid et la pénurie, on découvre les imprimés des jupons de travail, et les indiennes des châles de cachemire.

C’est dans ce jardin extraordinaire que l’on touche doucement les points de piqure d’un jupon ou les broderies fines d’une brassière ou d’une robe d’enfant.

 

je vous laisse découvrir cette exposition, mot dont les lettres de fer découpées se jouent de la lumière pour s’étirer sur une ombrelle d’une belle dame d’antan,  clin d’oeil certain de l’ancien maître des lieux, le maître de la Forge. Dans la mi ombre, les couleurs explosent pour se retrouver, étonnées et heureuse sur la palette des artistes peintres … demain j’y retournais peut être et vous ?

 

C’est à Grambois et c’est jusqu’au 2 septembre tous les après midi, vous y rencontrerez les adhérentes s’adonner à leurs passions, peintures, aquarelles, dentelles à l’ombre du grand tilleul. Vous y découvrirez de douces faïences et de stupéfiantes sculptures, dans le calme apaisant de la Forge.

 

En savoir un peu plus ICI

 

Lundi joli

Classé dans : 365 petits riens | 3

Ce n’est plus vraiment les vacances, mais c’est encore l’été, ils s’en vont tous les uns après les autres, laissant nos routes, nos villages, nos lacs libérés, le bleu et la lumière se jouent de notre regard… dans le jardin toujours asséché, les hibiscus des marais essayent de survivre, les limaçons font des pyramides, et les rosiers s’imaginent encore au printemps, je regarde la vue de ma cabane, je commence à bien aimer, surtout lorsque ma machine à coudre se prend pour une jardinière.. Et le chantier qui petit petit prend forme, mon mari construit mon domaine.