Le jardin se remet de épreuves de l’année

Classé dans : 365 petits riens | 4

Après 6 mois de sécheresse et un hiver assez éprouvant, il se remet tout doucement. pas envie d’écrire, pas envie de parler, juste regarder les plantes se réanimer après un hiver sans fin.  Il y a tant à faire encore …. les rosiers s’épanouissent en liberté, les nénuphars sont presque prêts, les carpes et poissons rouges sont étroitement surveillés par Capou et tous les autres chats quel meilleur abreuvoir que les bassins.  Le jardin protégé dans la vieille cage a fleuri, j’ai « tondu » le gazon dans le bocal, j’ai retrouvé ma brouette kitch en fer forgé … et il fait beau.

EnregistrerEnregistrer

Avant le déluge

Classé dans : 365 petits riens | 3

Ils ont prévu le déluge pour demain, des orages effrayants

 

Alors ce matin,

 

Ranger un peu la cuisine

Mettre à sécher sa première récolte

Sentir les nouvelles fleurs 

Traiter le bassin aux poissons rouges  contre la vase

Surveiller les escargots

Se dire que le héron a besoin d’un coup de peinture peut être … ou peut être pas

 


Oxygéner le bassin aux nénuphars

se perdre dans les yeux de Mistral

Réciter du Ronsard …

Regarder le ciel

Donner une nouvelle vie à la vieille baignoire

Surveiller les fraisiers

Jouer avec lumière

Se dire que les abeilles devraient être heureuses

 

Trouver une place au soleil pour le lustre d’hiver et se dire qu’on aura peut être des citrons ….

 

Je vous ai fait grâce du récurage des box des chevaux …. quand même.

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Après l’orage

Classé dans : 365 petits riens | 2

Sentir l’odeur de fleurs du marronniers et de l’acacia, regarder le seringua, le lilas et les roses anciennes s’épanouir doucement, et se dire que malgré les orages, c’est beau le printemps …

Mon petit coin de préhistoire

Classé dans : 365 petits riens | 6

Petite nous y allions pique-niquer les soirs d’été après les grosses chaleurs, l’eau glacée du Verdon était un bonheur, plus grande c’était les soirées d’ado, un coup de moto, des pèches pas très réglementées, des fossiles retrouvés, nous avions l’impression d’avoir changé d’espace temps,

Aujourd’hui tout est prêt pour le tourisme, la route goudronnée jusqu’à la plage, et des maisons et des buvettes partout, des bateaux et un port … ainsi va les époques, c’était notre coin de paradis, notre piscine, ça nous appartenait, qui pouvait bien aller jusque là, au coeur du Verdon pour se baigner, je vous présente le lac d’Esparon. 

Week end Pascal

Classé dans : 365 petits riens | 4

 

 

Faire une chasse aux oeufs internationale avec la correspondante américaine ….

 

 

Déjeuner de poisson parce que c’est le 1er avril

 

 

Affronter la foule dans le bleu du Mistral, d’une bonne mère étincelante ….

 

Visiter la crypte comme du temps du pensionnat de jeune fille ….

 

 

Sourire avec tendresse devant les ex-voto des marins

 

Poussez la sublime porte la toucher pour la énième fois, comme des millions de personne l’ont fait avant moi ….

S’acheter un minuscule médaille bleue comme un trésor immense …. comme le bleu de la mer intense, bousculée par le Mistral ….

 

 

 

 

Se dire que c’est ici que tout a commencé  ….

Entendre parler toutes les langues, croiser toutes les nationalités et se dire que Marseille sera toujours le symbole de l’union des peuples …

 

Repartir et voir sur la route, avec une grande émotion, sur la façade du Conseil Régional, au pied de la Porte d’Aix,  démarrer au feu, le coeur serré …

 

EnregistrerEnregistrer

Camélia

Classé dans : 365 petits riens | 2

 

Le Camélia blanc a enfin fleuri, je n’y croyais plus après plus de 4 ans dans son pot, il doit se plaire ici, symbole de la maison Chanel,
il est aussi un peu le mien, parce que depuis toujours, j’ai une idole qui s’appelle Coco.

 

Le rose fleurira demain

 

 

 

Les premières puces à la Bastide des Jourdans

Classé dans : 365 petits riens | 3

S’extirper de son chantier, pour aller rêvasser à la Bastide des Jourdans, à quelques kilomètres de chez moi, se dire que l’organisatrice a réellement organisé des puces des couturières, avec des exposants ne présentant que de l’ancien, rien de neuf, pas de revendeurs clandestins de mercerie chinoise et c’est bon pour le moral, merci Irène pour ce merveilleux moment dans le passé, ce merveilleux moment de rêves et de douceur et de papotages. Il n’y a plus qu’à attendre pour moi, que ma situation soit stable pour ressortir mes merveilles des cartons et me remettre à travailler, à broder, à créer.

 

EnregistrerEnregistrer

Le réveil

Classé dans : 365 petits riens | 1

Malgré une méteo peu clémente, tout doucement la maison sort de terre, en même temps que le printemps, et j’aime ça.