Quelques plantes que l’on dit d’appartement ….

Classé dans : 365 petits riens | 2

Un petit tour dans l’atelier après avoir accompagné les filles, ma rentrée à moi sera pour plus tard. Les boutures s’en donnent à coeur joie, les plantes deviennent exubérantes, un peu folles, un peu délirantes, les euphorbes se font une course pour savoir qui touchera le plafond en premier, il va falloir rempoter. Les vanilles qui s’acclimatent doucement, les fleurs d’orchidées que je ramasse soignement,   il y a du nouveau à chaque instant, ce matin c’est la « gourde du mineur » qui m’a fait l’heureuse suprise d’une urne, j’aime cette plante carnivore une nepenthes, que j’avais découverte dans les forêts de Nouvelle Calédonie, il faut que je la mette dans un pot suspendu . Ce week end j’ai restauré deux « poupées », j’ai refaits les élastiques à un clown de porcelaine qui maintenant sourit aux côtés de l’arlequin, et une poupée ancienne belge des années 30 qui va devoir être habillée pour ne pas attraper froid, elle m’a donné du fil à retordre, il a fallut que je demande de l’aide à mon mari.  Dehors les caféiers, les fougères, les cornes de cerfs, les ficus et d’autres attendent les premiers froids pour retourner à l’intérieur, question existentielle mais où vais je les mettre ? Je suis bien dans mon atelier serre. Quand je me recrée un petit coin de forêt du Pacifique, on les appelle des plantes d’appartement, mais ailleurs sous d’autres cieux, elles poussent libres, je me souviens des ficus qui ressemblaient à des platanes.  J’ai redécouvert deux petits tableaux chinés. J’aime mes week end de travail où on avance petit à petit la construction de la maison, j’ai tellement hâte de sortir tous mes trésors cachés. Et au jardin, un petit instant zen, très zen, auprès du bassin, qui lui aussi se prépare à hiverner. Bon début de semaine à tous.


 


Premières brumes

Classé dans : 365 petits riens | 5

Miss Pillywiggin a pris des airs féériques dans les brumes du matin, elles estompent les couleurs comme dans une aquarelle.  Les chevaux paissent tranquillement, Dana les surveille investie de sa mission de chien de berger, nuit et jour elle ne les lâche pas d’une semelle, les box étant accolés à notre chambre, elle veille sur eux avec ses trois collègues canins et nous aussi. Ses poils recommencent à pousser après le toilettage de folie de cet été, elle ressemblait à une boule de laine emmêlée d’herbes sèches.  J’ai l’impression que l’automne est arrivé d’un seul coup. Toute la végétation s’active pour mieux s’endormir. J’ai récolté des galles de chêne, notre sept ans a très envie de faire de l’encre, il nous a asséné à table « mais sans sulfate de fer, tu n’y arriveras pas », alors j’irai trouver du sulfate de fer pour concocter notre encre ancestrale pour les prochaines vacances de mon citadin qui adore la campagne.  Dimanche est vaporeux comme les clématites sauvages qui s’effilochent, les olives se préparent à la cueillette, une grosse poule grise d’un voisin s’est échappée du poulailler et vit sa vie dans les vignes, impossible de la rattraper. Les vieux murs de pierre, se donnent des airs irlandais. Il fait doux ce matin. Il est 9h00, le soleil commence à poindre le bout de son nez au milieu des floches et c’est encore plus magique. Je vous souhaite un bon dimanche doux et reposant. Si j’allais broder l’automne ?

La nuit de la caravane

Classé dans : 365 petits riens | 4

S’enfuir un instant, se réfugier dans son univers. Oublier les tourments d’une société fatiguée. Juste tout oublier le temps d’une soirée. Eclairer de douces lumières pour se confondre avec les étoiles. Humer les derniers soirs d’été, ouvrir des livres, écouter de la musique, s’emplir de silence. S’endormir dans les bras de la lune.  Juste une nuit. S’isoler du monde. Etre seule pour mieux se retrouver, et aller à l’essentiel.  Plus rien n’existe si ce n’est la conscience que seul compte les siens et leur bonheur. Se reveiller, les lumières se sont doucement éteintes, seule la lune joue un peu les prolongations dans le ciel de l’aube, et c’est beau.

Les bestioles

Classé dans : 365 petits riens | 1

Elles sont terriblement silencieuses et pourtant elles sont là, on ne les voit pas tout de suite, et puis on scrute, on se penche et tout à coup,  elles virevoltent, s’affairent, travaillent, se préparent à l’hiver, elles s’aiment, elles cohabitent, elles partagent le même repas. Elles se reposent, font leur toilette, elles sont là, les infiniment petites de mon jardin. Quelquefois, je prends le temps de les observer et c’est magique.

 


Douceur de l’instant et odeur de confiture

Classé dans : 365 petits riens | 3

Revenir d’un ballade dans les champs et le bois un panier rempli de mûres, les mains griffées par les ronces, mais les joues rouges du soleil et de vent,  les préparer et sentir l’odeur du sucre chaud, retrouver l’entonnoir à confiture et préparer quelques petits pots de douces confitures. Jouer avec les ombres, s’amuser des plantes qui grandissent et des mini rosiers tardifs, respirer les pommes. Bientôt septembre….

Ca sent la fin de l’été ….

Classé dans : 365 petits riens | 1

 

La pluie ne dure jamais très longtemps chez nous, le Luberon s’est réveillée mal coiffé, le nez dans les nuages, une vaporeuse brume se dégageant des terres.  Une fraicheur inhabituelle m’a engloutie, j’ai enfilé un pull , ca faisait bien quatre mois que je n’avais pas ressenti cette sensation de froid, mes sens avaient oublié. La nature se transforme, elle se prépare au grand sommeil de la saison froide. L’odeur particulière de la terre mouillée, des raisins murs, des chênes arrivent jusqu’à moi. Je suis seule, je croise juste un promeneur, on se salue, au loin les chiens sentent ma présence et aboient. Un dimanche matin de douceur dans ce monde de tourments. Mes chiennes ont essayé de me suivre, j’ai grondé pour la forme, elles aussi ont quelquefois besoin de liberté.

Une envie de confiture, de pommes douces et de feu de cheminée me prend.  Mais ne pressons pas le temps. L’été indien nous attend, on  va encore profiter de se baigner et de belles soirées sous la treille. La chaleur va bientôt revenir, l’été en Provence aime jouer les prolongations.

Enfin la pluie, enfin ….

Classé dans : 365 petits riens | 4

Il pleut, il pleut comme une renaissance, il pleut doucement, tout tranquillement, un pluie fine, presque bretonne, on n’a pas trop l’habitude par ici, chez nous ce sont des gros orages qui se déchainent crevant le ciel d’éclairs et de tonnerre. Non aujourd’hui, Il pleut, averses et bruine fine.

J’ai longtemps espéré ce moment depuis plus de trois mois. Les fleurs n’ont pas quitté le jardin malgré la sécheresse et c’est miraculeux, je fais rarement des bouquets. Il faut juste que je me souvienne que les bouquets de fleurs ne sont pas que pour les morts.

On dirait que tout revient à la vie.

On a envie de fredonner le joli refrain de Fabre d’Eglantine, en attendant Vendémiaire, et oui c’est lui aussi les noms si poétiques du calendrier révolutionnaire … alors bonne après midi à vous.

Il pleut, il pleut bergère …

fin

Les simples du jardin

Classé dans : 365 petits riens | 2

C’est bien joli d’avoir une merveilleuse caravane qui sert de refuge à une mini sorcière, qui aime les plantes et concocte des tisanes de rêves,

aussi faut il avoir les herbes qui vont avec … j’ai fait le tour du jardin, tout se passe bien, il y a de quoi se soigner, se faire belle et cuisiner.

 

l’estragonla citronnelle l’absinthe ou la fée verte qui a rendu fous des millions de personnes

le thym

la sauge 

la sariette, chez nous on dit le Pèbre d’Aï

la marjolaine que j’ai déjà ramassée quand elle était en fleurs

la verveine

 

le romarin
la menthela menthe orange le bouillon blanc le millepertuis (il faut que pense à filtrer mes huiles de millepertuis et d’arnica) le basilic

 

la myrtheet à mon grand bohneur, gueule de loup, marguerites et gaura qui se remettent à fleurir …

 

et je crois que j’ai enfin réussi à capter la lumière des ipomées, merci Cécile de me l’avoir appris, moi qui croyait que je ratais mes photos,  c’est magique.

 

 

Mademoiselle pourra se passionner pour les plantes et les simples tout est prêt.