Hommage à Daniel Algranate

Classé dans : Tristesse | 2

Tu es parti trop tôt,  tu dois tisser les nuages et dessiner les costumes des anges.

Daniel dans le monde de l’art textile, tu nous manques déjà, comme tu dois tant manquer aux tiens.

Né à Paris en 1944, Algranate connaît très jeune la vie des ateliers du faubourg Saint-Antoine où ses grands-parents sont artisans, tous maîtres dans leur art : tapissiers, ébénistes, horlogers, orfèvres, joailliers, émailleurs … C’est à l’Ecole Boulle qu’il forge les prémices de sa philosophie : observer sans contraindre, relier les âmes et les espaces, les différentes matières, les paysages, le temps. En 1970, Algranate quitte Paris pour vivre à Flavigny-sur-Ozerain, en Auxois. Le designer international devient tisserand. Ses créations seront nombreuses en tous domaines et lui apporteront en retour l’estime de maisons telles que Nobilis, Lorenzo Rubelli, Villeroy & Boch, Burlington, Sangetsu ou Schumacher, ainsi qu’une notoriété solide tant en Amérique qu’au Japon. Il exposera à la Nikko Gallery (Oslo-1980), présentera ses collections au Surtex (New York-1987/1988) et concevra l’espace « Léon l’Africain » au Grand Palais (Paris-1990). En 2000, il crée la Maison des Matières & du Design Textile à Flavigny, à laquelle, en 2002, il associe un Jardin botanique textile. En 2008, le musée devient la Maison des Arts Textiles & du Design (M.A.T.).

En savoir plus sur la passion de Daniel un interview de 2011

J’aurais tant voulu te connaître plus encore. Tu avais tant à nous apprendre.

2 Responses

  1. Joris-Bovy Jenny

    Nathalie, tu es formidable ! merci ! je connaissais Daniel par FB, par une émission que j’ai vue dernièrement à la télévision. J’ai moi-même à une certaine époque teint , filé et tissé la laine et j’ai toujours été sensible aux plantes tinctoriales et de ce fait Daniel était quelqu’un de proche par l’esprit , par les idées…