Pour ne pas oublier l’histoire

Classé dans : Inspiration, Tristesse | 10

Il y a 69 ans, les troupes soviétiques libéraient le camp de concentration, le camp de la mort d’Auschwitz, il y a trop de gens en ce moment qui banalisent ce qui s’est passé, qui sont même à le nier quelquefois, moi je ne veux pas oublier. Il y a encore des témoins qui avaient une dizaine d’années à l’époque, eux s’en souviennent mais après ? Qui s’en souviendra, qui en parleras à nos enfants ? C’est un triste anniversaire, mais je ne veux pas le passer sous silence. Parce qu’il y a trop de « cons » sur cette terre qui pense le contraire.

coeur1 coeur2 coeur3

En faisant des recherches sur le net, j’ai découvert le coeur d’Auschwitz, ce minuscule livre coeur de papier crée d’un pliage savant,  il est le symbole de la résistance spirituelle de la part de femmes juives détenues au camp de la mort d’Auschwitz. Ces femmes ont réussi, au risque de leur vie, à créer de leur mains, une carte de souhaits, malgré les interdictions imposées par les nazis, qui cherchaient par tous les moyens possibles à nier leur humanité. Elles l’ont créé pour souhaiter les 20 ans de Fania, 20 femmes ont écrit des messages d’espoir dans leur langue. Et c’est je crois la plus belle leçon d’espoir que l’on peut recevoir.

« la seule chose qu’ils ne nous ont pas interdit, c’est de penser ». Zlatka Pitluk

Je vous laisse regarder ceci



In memoriam

Personnellement, je ne sais pas si j’aurais le courage de le regarder.

Hommage à Daniel Algranate

Classé dans : Tristesse | 2

Tu es parti trop tôt,  tu dois tisser les nuages et dessiner les costumes des anges.

Daniel dans le monde de l’art textile, tu nous manques déjà, comme tu dois tant manquer aux tiens.

Né à Paris en 1944, Algranate connaît très jeune la vie des ateliers du faubourg Saint-Antoine où ses grands-parents sont artisans, tous maîtres dans leur art : tapissiers, ébénistes, horlogers, orfèvres, joailliers, émailleurs … C’est à l’Ecole Boulle qu’il forge les prémices de sa philosophie : observer sans contraindre, relier les âmes et les espaces, les différentes matières, les paysages, le temps. En 1970, Algranate quitte Paris pour vivre à Flavigny-sur-Ozerain, en Auxois. Le designer international devient tisserand. Ses créations seront nombreuses en tous domaines et lui apporteront en retour l’estime de maisons telles que Nobilis, Lorenzo Rubelli, Villeroy & Boch, Burlington, Sangetsu ou Schumacher, ainsi qu’une notoriété solide tant en Amérique qu’au Japon. Il exposera à la Nikko Gallery (Oslo-1980), présentera ses collections au Surtex (New York-1987/1988) et concevra l’espace « Léon l’Africain » au Grand Palais (Paris-1990). En 2000, il crée la Maison des Matières & du Design Textile à Flavigny, à laquelle, en 2002, il associe un Jardin botanique textile. En 2008, le musée devient la Maison des Arts Textiles & du Design (M.A.T.).

En savoir plus sur la passion de Daniel un interview de 2011

J’aurais tant voulu te connaître plus encore. Tu avais tant à nous apprendre.