Lucy Maud Montgomery, Scrapbook et Anne avec un E

Classé dans : Inspiration | 6

En relisant le vieux blog Histoires de boites à couture, je me suis à nouveau penchée sur les cahiers de coupure de Lucy Maud Montgomery, l’auteur d’Anne la maison des pignons verts et bien d’autres oeuvres canadiennes marquantes de leur époque …

En recherchant des coupures de journaux,
j’ai découvert ce site
Les « journaux intimes » de Lucy Maud Montgomery,
écrivain canadien du début du 20 ème siècle, mais oui vous la connaissez tous, Anne la maison aux pignons verts ….
Voici un extrait du site (un peu obsolète il est vrai, mon ancien article datant du 17 octobre 2007) , où vous pourrez trouver des vidéos, les pages des cahiers et l’histoire du Canada, au travers de la vie de Lucy Maud Montgomery, et aux travers de son oeuvre. Montgomery, qui est connue davantage pour Anne of Green Gables (Anne … la maison aux pignons verts paru en 1908) et la série Emily, est une personne d’importance historique nationale et une héroïne du vingtième siècle : auteur doué, photographe, correspondante et journaliste, elle tenait aussi son journal intime et créait des cahiers de coupures, une femme libre.
La page trente-six du premier cahier de coupures rouge de l’Ontario comprend trois photographies du trousseau de Montgomery et des échantillons de tissu de ces ensembles. Les diverses coupures de presse révèlent que Montgomery était de plus en plus engagée dans sa nouvelle résidence de Leaskdale et aussi en tant que femme de ministre; le procès-verbal du Canadian Women’s Press Club témoigne de l’importance continue de ses activités connexes à l’écriture. Remarquez l’article au sujet de la nièce du comte d’Eglinton et la carte de visite de madame Sam Sharpe. Le lieutenant-colonel devait bénéficier du premier vote de Montgomery et devenir héros de guerre.

 
Le scrapbooking n’est donc pas né d’aujourd’hui, nous faisions peut être du scrapbooking sans le savoir ?

 

 

Et Lucy Maud Montgomery inspire toujours … et encore.

 

 

 

 

Pendant les vacances journée canapé, à regarder Ann avec un E, la nouvelle série de Netflix, un pur bonheur loin de la tourmente du monde. Vite vite la saison 2

Après maintes recherches sur le net, pour fabriquer notre poupée Anne des Pignons Verts, je me suis souvenue qu’il y a des siècles de cela, presque trente ans, j’avais une poupée rousse avec des tâches de rousseur, une Corolle …

Avec Miss Pö on l’a retrouvée, bien cachée. Parce que Anne est éternelle, ces petites filles que l’on empêche de parler, qui ont décidé de prendre leur vie en main, et surtout qui veulent être indépendantes. Anne est éternelle dans ce monde où les libertés des femmes sont toujours précaires. Alors ce livre obligatoire à lire dans les écoles japonaises pour le cours de littérature étrangère, si nous le faisions lire à nos filles ?

Et puis comme un bonheur des trouvailles de grenier, ne vient jamais seul, on a retrouvé un vieux livre de patrons de vêtements de poupée avec le costume d’Anne des Pignons Verts. Parce que malgré tout, on peut changer le monde, tout doucement sans faire de bruit, avec un livre, une poupée et un peu de tissu.

Publié une première fois en 1925 en langue française, puis en 1965 par la Bibliothèque Verte, on ne peut pas dire que la liberté des filles a enchanté les éditeurs français. Il aura fallut attendre 1987 …

 

 

 

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

6 Responses

  1. Annie de Laragne

    C’est très agréable d’avoir tous ces souvenirs ! Merci de nous les faire partager !

  2. Claudine beaurenaud-colmont

    Merci beaucoup – elle est magnifique cette poupée! de plus elle a de bien beaux vêtements. Ma petite-fille joue surtout avec une poupée mannequin (je n’aime pas ces poupées!) avec qu’elle a de vraies poupées… Je ne veux pas habiller cette poupée!!!

  3. mamillon du Luberon

    vivement que l’atelier soir fait, j’ai hâte de faire des vêtements pour les poupées de ma plus petite, petite fille, Manon, mais je pense que MAOSSI , va me le demander …. elle aime tellement les poupées, elle a de qui tenir !!! suivez mon regard (lol)……

  4. Michèle Picard

    Bonjour je suis ravie de cet article. Il m’apporteunéan Pour l’ann. J’ai commencé il y a 20ans une poupée en tissu le corps est prêt elle dort je dois faire les cheveux,la pelote de laine rousse!attend J’aier La terminer sous la houlette de votre atelier. Je ne connaissais pas ce livre je vais essayer de le trouver et rêver. Excellente journée. Mes meilleurs vœux de joies,créativité et santé. Amicalement. Michèle

  5. Noelle

    Mais comme c’est joli, j’aimerais bien trouver des modèles comme ça !
    En plus je viens de découvrir que j’avais lu ça à l’école primaire !!!! ben ça alors !!!! j’ai perdu 50 ans !
    Merci Bastidane…

  6. eglantine

    Mais oui….. je possédais aussi une poupée rousse aux tâches de rousseurs, une Corolle….maman lui avait même confectionné un berceau avec son voile en tulle rose ! Oh lala que de souvenirs! !!