J’étais à Caromb ce week end

Classé dans : Inspiration | 1

J’étais à Caromb ce week end pour le 3ème salon des créateurs en Vaucluse, c’était une magnifique week end, si vous voulez en savoir plus, beaucoup plus même, je vous invite sur les 365 petits riens, alors vous venez avec moi ?

 

C’est ICI

 

Merci pour toutes celles qui sont venues me voir pour ma première sortie depuis un an, merci de m’encourager, merci d’aimer mon travail.

 

 

EnregistrerEnregistrer

Trésor de vide grenier

Classé dans : Inspiration | 15

 

 

Ouvrir une pochette en piteux état et découvrir ….

Un cahier de couture, enseveli sous une tonne de vieux bouquins, il était là, il m’attendait,

je l’ai emporté comme un trésor inestimable, il est à moi,

et je le feuillette témoin d’un passé révolu, où la couture et la broderie était la principale éducation des filles … souvenir suranné d’un autre temps.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Je suis toujours là

Classé dans : Ouvrages | 7

 

Je suis totalement débordée par le déménagement et les travaux dans mon atelier, mais je suis là,  j’ai ouvert un nouveau profil Instagram, avec uniquement mes créations,

vous y découvrirez les anciennes, mais aussi quelques nouveautés les encours du moment, que je vous présenterais dans quelques temps, j’ai repris mes aiguilles et c’est si bon.

A bientôt ?

C’est par ICI

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Cosplay , Mavis Vermillion s’est rendue à la Japan Expo Sud

Classé dans : Inspiration | 7

 

Quelques bonnes heures (une très grosse journée) de travail pour coudre le cosplay de Mavis Vermillion de Fairy Tail, un tissu lourd un peu extensible, et hops on y a cru, surtout ma fille, avec l’aide de sa grand mère on a réalisé le costume de Mavis … elle est devenue pour la Japan Expo Sud, l’idole des petites filles, encore un peu empruntée devant l’objectif, une belle parenthèse dans mon chantier qui avance petit à petit.

Si vous voulez en savoir plus sur notre journée à la Japan Expo c’est sur les petits riens ICI

 


EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Lucy Maud Montgomery, Scrapbook et Anne avec un E

Classé dans : Inspiration | 6

En relisant le vieux blog Histoires de boites à couture, je me suis à nouveau penchée sur les cahiers de coupure de Lucy Maud Montgomery, l’auteur d’Anne la maison des pignons verts et bien d’autres oeuvres canadiennes marquantes de leur époque …

En recherchant des coupures de journaux,
j’ai découvert ce site
Les « journaux intimes » de Lucy Maud Montgomery,
écrivain canadien du début du 20 ème siècle, mais oui vous la connaissez tous, Anne la maison aux pignons verts ….
Voici un extrait du site (un peu obsolète il est vrai, mon ancien article datant du 17 octobre 2007) , où vous pourrez trouver des vidéos, les pages des cahiers et l’histoire du Canada, au travers de la vie de Lucy Maud Montgomery, et aux travers de son oeuvre. Montgomery, qui est connue davantage pour Anne of Green Gables (Anne … la maison aux pignons verts paru en 1908) et la série Emily, est une personne d’importance historique nationale et une héroïne du vingtième siècle : auteur doué, photographe, correspondante et journaliste, elle tenait aussi son journal intime et créait des cahiers de coupures, une femme libre.
La page trente-six du premier cahier de coupures rouge de l’Ontario comprend trois photographies du trousseau de Montgomery et des échantillons de tissu de ces ensembles. Les diverses coupures de presse révèlent que Montgomery était de plus en plus engagée dans sa nouvelle résidence de Leaskdale et aussi en tant que femme de ministre; le procès-verbal du Canadian Women’s Press Club témoigne de l’importance continue de ses activités connexes à l’écriture. Remarquez l’article au sujet de la nièce du comte d’Eglinton et la carte de visite de madame Sam Sharpe. Le lieutenant-colonel devait bénéficier du premier vote de Montgomery et devenir héros de guerre.

 
Le scrapbooking n’est donc pas né d’aujourd’hui, nous faisions peut être du scrapbooking sans le savoir ?

 

 

Et Lucy Maud Montgomery inspire toujours … et encore.

 

 

 

 

Pendant les vacances journée canapé, à regarder Ann avec un E, la nouvelle série de Netflix, un pur bonheur loin de la tourmente du monde. Vite vite la saison 2

Après maintes recherches sur le net, pour fabriquer notre poupée Anne des Pignons Verts, je me suis souvenue qu’il y a des siècles de cela, presque trente ans, j’avais une poupée rousse avec des tâches de rousseur, une Corolle …

Avec Miss Pö on l’a retrouvée, bien cachée. Parce que Anne est éternelle, ces petites filles que l’on empêche de parler, qui ont décidé de prendre leur vie en main, et surtout qui veulent être indépendantes. Anne est éternelle dans ce monde où les libertés des femmes sont toujours précaires. Alors ce livre obligatoire à lire dans les écoles japonaises pour le cours de littérature étrangère, si nous le faisions lire à nos filles ?

Et puis comme un bonheur des trouvailles de grenier, ne vient jamais seul, on a retrouvé un vieux livre de patrons de vêtements de poupée avec le costume d’Anne des Pignons Verts. Parce que malgré tout, on peut changer le monde, tout doucement sans faire de bruit, avec un livre, une poupée et un peu de tissu.

Publié une première fois en 1925 en langue française, puis en 1965 par la Bibliothèque Verte, on ne peut pas dire que la liberté des filles a enchanté les éditeurs français. Il aura fallut attendre 1987 …

 

 

 

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Les oeufs comme les pierres dorment quelquefois

Classé dans : 365 petits riens | 5

 

 

 

Des oeufs de carton, un peu de peinture acrylique blanche, un crayon de papier et une touche d’or avec un Posca doré…. quelques improbables ont vu le jour, hier soir,  …. ils sont tombés dans le jardin.

Il ne faut pas faire de bruit pour les cueillir, sinon ils se réveillent, et quand ils se réveillent, ils posent un regard immense sur ce monde, de ces regards impénétrables, interrogateurs, qui vous font vous sentir tout petit.

Ces regards qui vous font réfléchir à tout, et surtout à la vie.

Ils vous questionnent et là vous ne savez que répondre … comment auriez vous les réponses d’ailleurs, seul sous la pluie dans votre jardin …

Personne n’a la réponse. Alors dans un immense silence, ils vous font comprendre, qu’ils ne sont pas tombés par hasard,

ils sont le symbole de la vie.

Ils sont la naissance du monde.

Ils sont l’origine du tout.

Ils sont l’emblème de l’immortalité

mais comment pouvions nous le savoir, dans notre société où la culture s’étiole un peu plus chaque jour.

Et vous les accueillez dans votre vie, car vous les attendiez depuis toujours.

 

DSC_0876

DSC_0880

L’un d’eux est encore endormi, il était si long ce voyage depuis la nuit des temps… Je n’ai pas cousu, je n’ai pas brodé, superstitions de la semaine Sainte, mais rien ne pouvait m’empêcher de prendre un crayon.

Je les aime bien, ils sont énormes … c’était ma façon à moi, de vous souhaiter un bon dimanche de Pâques.

Le ciel est gris, il fait froid, la lumière impossible pour immortaliser le grand saut des oeufs dans le jardin, il est fort possible ….que  la chasse à l’oeuf, se transforme en course à l’escargot.

A découvrir ici , la symbolique de l’oeuf

 

DSC_0889

 

DSC_0897

 

DSC_0900

 

DSC_0901

 

 

Tous les morceaux se transformèrent en choses bonnes et utiles :
le bas de la coque de l’oeuf forma le firmament sublime,
le dessus de la partie jaune devint le soleil rayonnant,
le dessus de la partie blanche fut au ciel la lune luisante :
tout débris taché de la coque fut une étoile au firmament,
tout morceau foncé de la coque
devint un nuage de l’air le temps avança désormais…

(mythologie finlandaise)

EnregistrerEnregistrer

Ce sont les petites couturières qui raccommoderont le monde

Classé dans : Aigu'illes en Luberon | 11

 Alors quand j’ai créé cet ouvrage en 2006, je n’imaginais pas qu’il deviendrait la bannière de mon association. Il s’appelait l’intemporel … Et je crois qu’il l’est devenu, ma mère avec son quilt de passage, ma redonné envie de travailler le « Jean », le bleu, la douceur d’un paradis perdu … l’indigo.

Le monde s’effiloche, il faut le raccommoder et très vite, qui d’autres que des femmes qui se tendent la main, pourront le faire. C’est dans l’esprit du patchwork que nous serons celles qui changeront les temps, belle journée à vous et n’oubliez pas, le slogan de la Bastidane

 

« moins de pognon, plus d’émotion, moins de contrefaçon, plus de créations »

Belle semaine à vous.

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer