• Inspiration

    Êtes vous Miss Marple ou Mary Poppins ?

    L’irrésistible Carpet Bag ou le sac du pauvre, Un peu d’histoire, voulez vous bien ? Avec, l’expansion rapide des chemins de fer dans les années 1840, les voyageurs de toutes classes sociales furent nombreux, il y avait donc une urgence à créer des sacs de voyages bon marché, loin des malles cabines des passagers de l’Orient Express (d’accord l’Orient Express c’est en 1883, mais je ne trouve plus les noms des paquebots). Des milliers de Carpet bags ont été ainsi fabriqués avec de vieux tapis d’Orient de récupération, un peu de travail de sellerie pour les anses, ils existaient dans toutes les tailles, peu onéreux, ils étaient vendus entre 1…

  • Inspiration

    HARI KUYÔ 針供養

    Rendons Hommage à nos aiguilles. Je tiens à remercier Cécile Balladino pour ce partage qui m’a permis de découvrir ce rituel, l’article est issu de Vivre le Japon « ….. CERTES, DANS TOUS LES PAYS DU MONDE, LES ARTISANS SONT ATTACHÉS À LEURS INSTRUMENTS DE TRAVAIL MAIS EXISTE-T-IL UN AUTRE PAYS QUE LE JAPON OÙ L’ON OFFRE DES CÉRÉMONIES RELIGIEUSES À SES INSTRUMENTS USÉS ? Pinceaux des dessinateurs et des calligraphes, ustensiles à thé des professeurs de chadô (la cérémonie du thé), couteaux des cuisiniers et autres ustensiles usagés se voient dire une messe et passent en général à travers les flammes du feu rédempteur lors d’une cérémonie appelée kuyô. Les aiguilles, elles, ont un autre sort.…

  • Inspiration

    Zwirnknöpfe, les boutons tressés allemands

    Découvert sur Facebook, grâce à Mon Oeil et le Tien, mon allemand datant du lycée, j’ai eu un mal fou à tout traduire, mais j’ai adoré, avec une furieuse envie de tester. (vous avez tous les liens en fin d’article) Les textes sont issus du site de Sandra Müller qui a ressuscité cette technique ancestrale oublié, et de Johannes Geyer, photographe (liens en fin d’articles). Le mot « passementerie » vient du français « passement » et désigne les passementeries textiles. Outre des glands, des franges et des bordures, cela comprend également les boutons de passementerie, également appelés boutons enroulés ou tressés. Ils étaient particulièrement populaires au XVIIIe siècle, mais ont également été utilisés…

  • Inspiration

    Mela Koehler, les demoiselles de Noël

    Melanie Leopoldina Koehler est née 18 novembre 1885 à Vienne, elle décède le 15 décembre 1960 à Stockholm. Elle était peintre , graphiste , illustrateur , costumière, aquarelliste et collaboratrice du collectif d’artistes Wiener Werkstätte . Mela Köhler a fréquenté l’école de peinture Hohenberger pendant deux ans et a été formée à l’École des arts appliqués de Vienne en tant qu’étudiante de Koloman Moser et de Bertold Löffler . Ensuite, elle fût artiste indépendante. Déjà au cours de ses études, elle avait publié des ouvrages, par exemple dans The Studio . Elle a conçu des cartes postales pour Wiener Werkstätte et pour les éditeurs Kohn et Munk, principalement des dessins de mode. Elle a également collaboré au magazine Wiener Mode et a travaillé pour les livres de contes illustrés de Konegen Verlag. . Vers 1934, elle émigre en Suède,…

  • Inspiration

    Catherinettes, que la fête commence dans vos ateliers

    Pour tout savoir sur les Catherinettes et la Sainte Catherine, c’est à découvrir ICI, Je ne vais pas vous recopier Wikipédia, la Sainte Catherine est toujours fêtée dans les ateliers de couture parisiens et de province. Même si l’émancipation des femmes a fait tomber cette coutume en désuétude, fêter Sainte Catherine c’est avoir plus de 25 ans et être célibataire. Et puis c’est surtout l’occasion de s’amuser de créer un très beau chapeau et de perpétuer des traditions. (Ce sont ces jours là où on a le droit de faire fi de la laïcité ;-) ) LA VALSE DES BONNETS A mon amie, gente Catherinette, etA toutes les Catherinettes. Il…

  • Inspiration

    Crise de 1929 et sacs alimentaires, quilt et récup.

    Je ne vous raconterais pas la crise de 29, ni la terrible dépression qui s’ensuivit aux USA comme en Europe, ce fût une période effrayante et douloureuse. Les fabricants de farine et sucre, d’aliments pour bétail, emballaient leur marchandise dans des sacs de tissus, les plus pauvres confectionnaient leurs vêtements avec, c’était la marque la plus terrible de pauvreté, s’habiller avec ces sacs de coton. Déjà en 1933, un livre donnait des conseils pour effacer le nom et/ou la marque des moulins sur les sacs.  Dans mes recherches il est fait mention d’un livret intitulé Sewing with Cotton Bags (Coudre avec des sacs en coton), publié par la Textile Bag…