Le matin du 31 août

Classé dans : 365 petits riens | 11

Ce sont les chiens courants qui m’ont réveillée  au petit matin, en des hurlements de jubilation à la vue du sanglier, c’est dans un demi sommeil que je retrouvais mes souvenirs d’enfance, les images s’entrechoquant dans ma tête.  Les battues sont ouvertes depuis le 15 août pour sauver les récoltes,  ils descendent jusque dans les maisons, ils ont de moins en moins peur de nous.

Dès les lueurs de l’aube, Clara et Clairon, je suis sûre qu’ils portent encore le nom de leurs illustres ancêtres, les oreilles touchant le sol,  ont hurlé leur joie d’être libres et de courir dans la montagne, les chasseurs sont descendus bien bas vers le village, pour mieux faire remonter les hordes  dans les bois.

J’entends au loin, leurs cris et leurs sifflets, ces paroles d’appels aux chiens, presque des incantations, dans une langue qui n’appartient qu’à eux,  pas de coups de feu, ça doit être une mère avec ses petits, que l’on protège.

Et je me souviens du grand père, je me souviens de ces petits matins, où je portais sa biace, il ne pouvait plus marcher très longtemps, ses hanches le faisant souffrir. Il aurait plus de 100 ans aujourd’hui,  on s’asseyait, on attendait, on scrutait, cherchant par les sons et le craquements des herbes et des fourrés, où les animaux se trouvaient, assise sur une souche d’arbre,  en poste, je buvais ses paroles,  il me racontait le temps d’avant, tous les anciens parlaient provençal, je leur répondais en français, et devant un petit déjeuner plus que substantiel, je les écoutais, je vivais dans un autre temps, un autre monde,  j’étais plus libre que l’air, j’avais 16 ans, 17 ans, longue et fine, mes chaussures de marche plombant ma silhouette, alourdissant ma démarche,  mes cheveux flottants à la taille, une chemise de mon père sur le dos,  j’étais une princesse de la terre, et je respirais à pleins poumons l’air de la liberté, l’air de l’insouciance. Les villages semblaient si petits, la civilisation si loin,  là haut sur le plateaux, ils étaient les seigneurs des montagnes se servant bien plus souvent de leur couteau que de leur fusil, je faisais partie des leurs, ils étaient ma famille, ma tribu, j’apprenais le nom des plantes, j’apprenais à découvrir les traces que les animaux avaient laissées, je reconnaissais les oiseaux et les insectes à leur chant, j’apprenais à devenir farouche et rebelle.

Jamais un sanglier de trop ne fût tué, une régulation parfaite de la population. Et c’est dans un rite presque païen, que le partage des bêtes se faisaient.

Les lundis matin au lycée, je gardais dans ma tête ces moments de communion avec la nature, enrageant d’être enchainée sur ma chaise, devant un tableau et des dérivés à fonctions exponentielles qui ne m’ont jamais servies à rien, enrageant de ma captivité scolaire, ne supportant aucun entrave, les mains massacrées par les ronces, les cheveux encore emmêlés par le Mistral de la veille, les griffures au visage,  je ne gardais que pour moi, mon âme vagabonde et sauvage, paradoxe féminin et mouton noir au milieu des pimbêches à la dernière mode de ma classe.

Un simple aboiement des chiens, je retrouve le goût de ma liberté. Ai je vraiment changé ? A la lumière du premier soleil,  je me suis fait un café, j’ai grillé du pain, juste pour continuer à faire travailler ma mémoire olfactive. J’ai regardé mon tricot aux lueurs d’Automne. Le  chat m’a accompagnée, tricotant également la laine.  Peut être suis je devenue bien trop sage maintenant … et j’entends le voisin fendre le bois pour l’hiver. Il ne pleut toujours pas.

et je me souviens de Fifi, le sanglier apprivoisé qui dormait sur le canapé.

 

 

DSC_0751 DSC_0752

 

DSC_0754 DSC_0757 DSC_0762 DSC_0764 DSC_0770 DSC_0773 DSC_0783

Bribes de vie

Classé dans : 365 petits riens | 11

DSC_0697

 

Finalement il n’a pas plu, je rêve de Suède et d’Irlande, la chaleur est accablante … seul l’escargot a des velléités d’aventurier … il rêve de naviguer et surtout de grignoter les jacinthes d’eau.

le bassin est le seul endroit vert du jardin, tout le reste n’est que savane et herbes sèches, restrictions d’eau, il a dit le préfet, mais je ne vais pas faire mourir les poissons rouges.

 

DSC_0701

DSC_0703 DSC_0705 DSC_0714

DSC_0619

Bientôt les récoltes de figues

DSC_0617

 

la lumière est crue presque insupportable, le soleil plombe tout … on vit volets croisés, à l’intérieur, l’épaisseur des murs gardant le peu de fraicheur. Pour le repas,  j’ai fait une tourte à la viande, comme la faisait ma grand mère paternelle, je n’ai pas omis la cheminée de carton, les cartes de visite servent à ça, il n’y a pas de recette … et je pense à elle qui m’a appris à broder, et l’art de la cuisine, j’aime refaire les mêmes gestes qui la font revivre l’espace d’un instant, et elle est à mes côtés, dans mon petit bout de cuisine, même si l’élaboration des repas pour une grande famille, me semble plus une corvée qu’autre chose. Je fais les choses seulement quand j’en ai envie, et pas pour être dans l’air du temps.

DSC_0731

DSC_0734

On vit à l’intérieur, le rescapé des poubelles nous a adopté, aucune peur, aucune crainte, il a seulement confiance. Il prends la pause que les autres chats ont prise avant lui.  Il m’accompagne dans mes moments de détente, je bouquine, je regarde documentaires et films, je m’intéresse à l’Histoire, la grande et la petite, à notre histoire qui a fait de la France, la République qu’elle est aujourd’hui, aucune envie de broder, ni de coudre, juste buller avant la tumulte de la rentrée. Le nombrilisme de la profession m’en éloigne chaque jour un peu plus, je ne souhaite pas être apparentée à des divas de paille, dont la notoriété n’est faite que d’escobarderies . Je veux être ce que je suis, droite, solaire et créative.

Les fournitures scolaires sont prêtes, quelques derniers préparatifs aujourd’hui pour parfaire le début d’un nouveau cycle.

Les Aigu’illes en Luberon sont relancées pour 2017. Tout doucement j’avance ….

DSC_0715 DSC_0717

DSC_0720

et Mousse qui me fait confiance d’une manière absolu … il a bien pris 100 grammes depuis la semaine dernière, il se remplume, il joue et ronronne, oubliant les malheurs de son début de vie.

DSC_0736 DSC_0738 DSC_0746

 

et sereinement la vie continue dans une espace temps qui n’appartient qu’à moi, merci de m’y rendre visite de temps en temps.

 

 

C’est la fin des vacances

Classé dans : 365 petits riens | 9

DSC_0690

 

 

DSC_0692

 

Il fait lourd, il fait orageux, à un point que c’est cette chaleur moite qui rêveille .. on se croirait dans un autre pays.

Le pire c’est qu’il ne pleuvra pas

 

DSC_0633 DSC_0634

 

Ca sent la rentrée, la nostalgie de l’été me guette …

DSC_0635

Le Luberon et la Sainte Victoire se drapent de brumes denses …

DSC_0638 DSC_0640

 

Les citrouilles et potirons annoncent le départ d’une nouvelle saison …

DSC_0642 DSC_0643 DSC_0648

 

La sécheresse est là, nos fontaines se taisent,  les ordres sont tombés depuis le 15 août, afin que les touristes puissent se baigner dans l’étang …

DSC_0649

C’est le moment de ramasser les potimarons

DSC_0651 DSC_0653 DSC_0657 DSC_0658

 

Il fait si chaud que les sangliers sont descendus dans la plaine, il n’est pas rare d’en croiser la nuit, où de les entendre au creux des étoiles. Ils ne savent pas où boire.

DSC_0659 DSC_0660 DSC_0666 DSC_0669

J’écoute dans le lointain, les horloges des villages se répondrent, elles sonnent les huit coups du début de matinée, elles sonnent la fin de la liberté.

 

DSC_0671 DSC_0676 DSC_0683 DSC_0692

Je n’aime pas la rentrée, je n’aime pas les derniers jours du mois d’août, ce moment où petite fille je savais ma liberté perdue pour 9 mois, où il fallait que je mette des chaussures et m’asseoir 8h00 par jour sur un banc de classe à écouter la litanie des cours qui ne m’intéressaient pas … j’aurai préféré m’asseoir sur cette chaise qui se meurt au pied d’un arbre  à écouter le coassement des corbeaux et le jacassement des pies.

DSC_0678

 

en regardant les escargots jouer les équilibristes, je crois que j’ai le cafard.

et puis j’ai réalisé que je n’allais plus en classe, alors je me suis assise dans le fauteuil tout cassé et j’ai écouté les corneilles.

 

DSC_0686

 

DSC_0680

 

 

PS / 9h10, le soleil a percé la brume ….. je vais peindre mes chaises …. c’est quoi cette nature qui joue avec mon moral … Il fait toujours aussi chaud ;-)

DSC_0696

Vide grenier, la vache !!!!

Classé dans : 365 petits riens | 8

DSC_0587

 

Le vide grenier de l’étang de la Bonde, des centaines d’exposants et 40 ° C à l’ombre, je me meurs,

et je fouine, l’homme est récalcitrant à chacun de mes coups de coeur …

« toi et tes goûts de c….. » je frôle le divorce pour un service de table année 60.

 

DSC_0588

 

L’eau manque terriblement, je n’ai jamais vu la Bonde aussi asséchée …. la plage est immense …. les enfants courent après l’eau …

DSC_0599 DSC_0598

Il va vraiment falloir qu’il pleuve ….

DSC_0594

DSC_0589

 

Quelques granny esseulés s’étirent en plein midi ….

DSC_0590

 

Certains touristes qui ne sont pas encore sur la route du retour, posent la question fondamentale de l’été, avec un accent à faire taire les cigales

« Qu’est ce vous appelez réellement des verres à Pastis ? »

 

DSC_0591

Je flâne en plein soleil, il fait tellement chaud, que je n’ai même pas envie d’allumer une cigarette c’est dire ….

DSC_0593

 

 

 

DSC_0597

 

Et par terre entre un bidet, une batterie de voiture et des dames jeanne elle est là …. elle m’attend, elle m’observe ….. je fais un bond de 47 ans en arrière … je la prends dans mes bras, je la serre contre moi …. La vendeuse me dit un prix astronomique …. vous savez c’est très très vieux …. je la regarde …. vieux, vous êtes en train de dire que je suis une antiquité, Madame ? Je marchande, je séduis, je remarchande, j’en tire un prix normal enfin presque …. je la veux. Elle en a fait des kilomètres en voiture, elle a été bercée, dorlotée, habillée même, trimballée dans un couffin de poupée. Un film super 8, craquèle dans ma mémoire, et je vois une petite fille aux anglaises brunes, aux yeux d’un bleu comme personne ne peux l’imaginer, celle qu’on appelait le petit Renoir …  je la vois son couffin dans les bras, le berçant de mille attentions,  c’est ma soeur qui n’a jamais fait un pas sans elle pendant des années ….. ma soeur et sa vache …

Je vous la présente ….

 

DSC_0604 DSC_0610

j’ai 3 ans et demi

Classé dans : 365 petits riens | 17

DSC_0519

 

J’ai 3 ans et demi, je viens d’être opérée des amygdales, je crois, je suis à l’hôpital …

Maman me ramène une petite commode verte, avec à l’intérieur des vêtements pour ma poupée mannequin, c’était la fin des années 60 … ce matin j’ai regardé dans le soleil levant ma commode, usée, fatiguée mais toujours là, depuis d’autres sont venues lui tenir compagnie, au départ boite à couture, elles sont devenues, boite à tout et surtout à petits riens.

DSC_0523 DSC_0527 DSC_0528 DSC_0529 DSC_0533

 

et puis j’ai eu de la visite de mon petit rien de la semaine, c’est l’heure du biberon, la tétine du biberon est encore trop dure pour lui, alors c’est une vieille pipette compte gouttes de médicaments qui fait l’affaire ….

 

DSC_0536 DSC_0538 DSC_0555

 

Il est si petit …. mon sauvé des poubelles ….

DSC_0559 DSC_0566 DSC_0567 DSC_0570

Il est encore tout sale …. mais chaque chose en son temps, d’abord l’adaptation.

DSC_0574

Minuscule vie …. il a repris du poid, ses yeux sont moins exorbités par la déshydratation, d’après ses dents, il n’a pas plus de trois semaines ou tout juste.

DSC_0578 DSC_0582 DSC_0585 DSC_0586

 

Il s’appelle Mousse, un nom qui peut se comprendre de maintes façons,

que se soit dans le domaine du tricot, de la couture, de la cuisine, des jardins et aussi des marins ….

Bonne journée à vous.

L’odeur de la fin des vacances

Classé dans : 365 petits riens | 4

DSC_0218 DSC_0220 DSC_0221

 

Les ronces s’emmêlent et appellent aux gelées …. et au goûter d’hiver ….

 

DSC_0479

Un grillon vert s’essaye au camouflage ….. Jiminy Cricket … en quelque sorte …. nous avons tous besoin d’une conscience n’est ce pas.

 

DSC_0479 DSC_0484

 

Le soleil se couche plus tôt …

DSC_0506 DSC_0509 DSC_0511 DSC_0514

 

Et ma mini récolte, j’ai raté mes photos de noisetier, une bonne raison pour un autre petit rien ……

J’ai reçu ma lettre d’inscription ….

Classé dans : 365 petits riens | 2

pour Poudlard et vous ?

Des années qu’elles m’accompagnent mes petites sorcières, qu’elles surveillent mes faits et gestes sur mon bureau, mais est ce que vous vous souvenez d’elles ? C’était la manif des petites sorcière ICI …et LA

L’automne va arriver bien vite, on a reçu la liste des fournitures scolaires pour l’école des sorciers et Halloween va être vite là  aussi, et ici Halloween ça se fête … belle journée à vous …. on se prépare très longtemps à l’avance.

 

 

 

DSC_0446 DSC_0449 DSC_0450 DSC_0451 DSC_0456 DSC_0461 DSC_0463 DSC_0465 DSC_0470 DSC_0474

Broder autrement, l’Arlésienne 2004

Classé dans : 365 petits riens | 10

DSC_0297

En rangeant mon atelier, je suis tombée sur l’arlésienne rose, brodée sur une toile à matelas …. je ne l’avais plus jamais regardée vraiment depuis ce temps … parce que lorsque j’ai terminé un ouvrage, il finit sa vie dans une belle boite Ikea, jusqu’à qu’il me sorte des yeux ou que je le redécouvre ….

J’avais teint soigneusement les dentelles, les rubans de soie et les fils pour un harmonie quasi parfaite.

Lorsque je vois les broderies qui s’emmêlent les unes les autres, les perles et les boutons,  je me dis que j’étais à l’avant garde vraiment …. bien avant d’autres créatrices, je n’ai qu’un seul regret … ne pas avoir fait cavalier seul dans la blogosphère beaucoup plus tôt. Lorsque j’ai crée le blog collaboratif Histoires de boites à couture en 2005, un des premiers blog créatif de la blogosphère française,  je n’imaginais pas, je n’étais pas prête, je ne pensais pas à autant d’égo de la part de mes semblables et à autant de pillages les unes les autres autant de bassesse et de coups bas, je n’avais même pas imaginé qu’on pouvait monnayer tout ça, en même temps c’était tellement une belle expérience et de nombreux fous rires, surtout le jour où je m’aperçus qu’une créatrice avait affublé son cher et tendre, d’un prénom anglais, alors qu’il porte un prénom bien franchouillard par son baptème, je n’avais pas réalisé que le mien en portait un vraiment, et que ça devait être très chic….  Mais bon on ne refait pas le passé, et j’aime détailler les broderies,  dont chacunes, chaque points, chaque perles  me rappellent les quelques mois couchée sur un canapé, le temps qu’une de mes merveilles viennent au monde.

 

DSC_0376 DSC_0377 DSC_0381 DSC_0382 DSC_0387 DSC_0390 DSC_0393 DSC_0396 DSC_0404

1 2 3 4 15