Roullet Decamps au Festival Européen de la Poupée

Classé dans : 365 petits riens | 0

Tu reste bouche bée devant les automates de Roullet Decamps et tu ne vois plus rien d’autres, je n’ai fait que ces quatre photo, trop subjuguée par les merveilles présentées, vous pouvez y aller encore aujourd’hui. Mais que c’est beau beau beau …. un jour je fabriquerai des automates, un jour …

 

Clic sur la video dessous là pour l’émerveillement …

 

 

Espace Charles Trenet
boulevard Aristide-Briand
13300, Salon-De-Provence
FRANCE

Les douces violettes

Classé dans : 365 petits riens | 6

 

Discrètes, elles préparent tranquillement l’arrivée du printemps, les violettes d’hiver, qui affrontent le froid, malgré leur fragilité. On n’ose pas les déranger.  j’ai fait mon minuscule bouquet de petite fille ou de poupée. Je me dis qu’elles sont désuètes et surannées mais surtout intemporelles.


 

On quitte tout doucement l’hiver

Classé dans : 365 petits riens | 3

 

 

Dans  le  matin  qui  pointe  tout  doucement  son  nez,  le  soleil  illumine  lentement  et  avec  douceur  le  Luberon. Les  floches  de  brumes  s’étiolent  peu  à  peu. Je  reprends possession de mon territoire, comme si le fait de ne faire qu’un avec cette terre m’aidait à avancer. Je suis un arbre, je suis une forêt, je suis une montagne … je suis ma terre.

 

Et ces quelques vers de Pablo Neruda me reviennent en mémoire :

Etre arbre. Un arbre ailé. Dénuder ses racines
Dans la terre puissante et les livrer au sol
Et quand, autour de nous, tout sera bien plus vaste,
Ouvrir en grand nos ailes et nous mettre à voler.

Ser un árbol con alas.
En la tierra potente desnudar las raíces y entregarlas al suelo
y cuando sea mucho más amplio nuestro ambiente
con las alas abiertas entregarnos al vuelo!

Je suis un amandier … je vous souhaite une belle journée.

 

Les écorces d’orange

Classé dans : 365 petits riens | 3

 

 

Acheter des oranges non traitées ou les ramasser chez sa copine dans le Var, parce que les orangers aiment le Var. Peler son orange en un large ruban, garder le zeste, manger l’orange.

Prendre un emporte-piece pour les sablés. Poser le zeste et l’emporte pièce en forme d’étoile ou de coeur ou de fantôme ;-)  sur une planche de bois. Pousser fortement et détacher doucement l’étoile.

Faire le plein d’étoiles, piquer dans l’atelier un bout de fil de fer, enfiler les étoiles comme on enfile des perles, fermer en un fermoir primaire le fil de fer, et accrocher les étoiles au cieux de la cuisine. Et voilà les étoiles vont sêcher doucement, rajouter des étoiles à chaque fois qu’on mange une orange et une fois sèches on les rangera dans une jolie boite de fer blanc, en infusion, dans la sauce des pieds paquets, dans la cuisson des poissons et il parait que l’écorce soigne tout.

Au fait avez vous vu ma nouvelle collection de moule à gâteaux en fer blanc, j’ai un poisson qui traîne quelque part, il faut juste que je le retrouve ?

Elles reviennent

Classé dans : 365 petits riens | 3

Elles sont passées dans l’autre sens, il y a trois mois, là elles reviennent et c’est toujours un spectacle fascinant et émouvant, dans une cacophonie incroyable elles crient sur nos têtes et c’est magique, criailleries, cacardements, elles s’engueulent, cherchent qui sera le chef de groupe, un ballet aérien fantastique, elles n’arrêtent pas une seconde, c’est bon de les voir, dans ce monde où le respect de la nature est un combat permanent.

Il parait que bientôt mon appareil photo sera réparé, j’espère qu’elles repasseront encore pour faire de meilleures photos.

Le brunch du dimanche

Classé dans : 365 petits riens | 2

Le dimanche midi on se retrouve de temps en temps seules, la moitié de la famille, courant les épreuves sportives … alors on teste les recettes facebook, j’aime facebook pour ça les partages de belles choses …. les oeufs cocote. Ce qu’il y a de chouette avec le brunch, une habitude prise lorsqu’on vivait à Abu Dhabi, c’est que le dimanche après midi semble super long et on ne perds pas de temps inutile en déjeuner interminable, et on peut faire des tas de choses sans se dire que les heures passent trop vite, on rallonge l’après midi de plus d’une heure. Donc on a testé pour vous les oeufs cocotte dans des bocaux.

 

 

des bocaux, des oeufs, de la crème fraiche, des lardons (la prochaine fois on prendra des dés de jambons, ce sera meilleurs ou du saumon fumé) de l’emmenthal, du poivre. La simplicité assurée.

Penser à faire cuire un peu plus longtemps la prochaine fois, 7 ou 8 minutes seront parfaites. Le bonheur de trempouiller les frites dedans c’est trop chouette, et le tout sans huile (frites et oeufs). Penser à ressortir les cuillères à mazagran que plus personnes n’utilisent …

Il ne reste plus qu’à regarder une super série sur Netflix, oui,oui Umbrella Academy pour ne pas la citer, les dimanches c’est aussi fait pour ça.

 

 

Reprendre le cours de sa vie

Classé dans : 365 petits riens | 6

Reprendre tout doucement le cours de sa vie, oublier enfin les difficultés professionnelles, la misère du monde, se reconstruire petit à petit, se dire qu’aujourd’hui par la force du destin,  la liberté n’a pas de prix, retourner à l’atelier du jeudi, voir avec ravissement, les ouvrages des dames, les écouter rire, pleurer, aimer, feuilleter des revues et peut être tout doucement reprendre mon ouvrage où je l’avais laissé en septembre 2016.

Envoyer mon appareil photo en réparation, et penser qu’il est temps de redécouvrir le monde, de regarder les petits riens, de réapprendre à les regarder, à les chasser pour mieux les capturer.

J’avais un peu oublié que le monde était beau malgré toute la pesanteur d’un monde qui vacille.  Comment avais pu oublier tout ça ?  Je me sens différente tout à coup, comme si par la magie de l’instant, j’étais redevenue moi.

Ce soir sera un dimanche soir sans stress, demain, je n’irai pas travailler … pas comme on l’entends, j’ai tant de choses à faire, à créer, à redécouvrir.

 

Ketty Michèle  Clo

I’am back avec un petit rien

Classé dans : 365 petits riens | 7

 

Je vous avais un peu abandonné  et j’en suis désolée, les fidèles auront vu que j’avais préparé la bannière 2019 des petits riens, depuis le 1er janvier, mais sans rien depuis.  Je reviens, je reviens pour vous souhaiter une bonne année, je la souhaite quand je veux et ce n’est pas le mois de février qui va me contredire, et puis dans quelques jours c’est la fête du Têt, alors c’est un début d’année.  Je vous avais abandonné parce que j’ai un peu détruit mon appareil photo (mauvaise excuse elle a son téléphone) parce que j’avais énormément de travail (oui il y a Aiguilles en Luberon qui arrive à grand pas) et parce que je ne trouvais plus à cause de mon travail, de la beauté dans le quotidien, je voyais un peu trop la vie en morose, alors moi la princesse des petits riens, il fallait que je réagisse, … je reviens, la vie est belle et pleine de douceurs, et de petits riens qui ne coûtent rien ou presque.

Hier j’ai trouvé un canevas fini, vous me direz qu’un canevas fini tout le monde en trouve … oui c’est vrai, mais celui là m’a fait traverser le temps, je me suis retrouvé dans le salon de mes grands parents tous deux décédés en 1981. Bientôt 40 ans qu’ils sont partis, ce canevas est important, parce que devant la cheminée, mon grand père brodait le même, je le vois choisir ses fils, je le vois enrouler sa toile sur le métier qu’il avait construit, et je le vois faire point par point, les chevaux de Camargue qu’il affectionnait tant, je le vois me parler de son enfance à Bellegarde, pas très loin de Arles . Mon grand père brodait et ce n’était pas un homme raffiné, il était plombier et jardinier, il bricolait dans sa remise, mais le soir au coin du feu, il sortait son ouvrage. C’est un image qui me reste, sa silhouette imposante, sa chevelure de neige, ces lunettes noires et carrées, il brodait sagement, sans dire un mot, ou si peu.

Je suis heureuse d’avoir trouvé ce canevas, au hasard d’une recyclerie. Les petits riens d’enfance sont les plus doux, et je vois mon Papé, mon Papé Jean et son canevas.