L’école buissonnière ….

Classé dans : 365 petits riens | 17

Hier matin, en regardant un peu de travers mes meilleurs amis (cf petits riens d’hier), et les soustractions additions multiplications et  autres troisième république ….

j’ai décrété l’école buissonnière, une crise de liberté …. une journée entière sur la plage, l’eau est un peu froide, et il y a du vent. Mais qu’importe ….

c’est tôt, trop tôt,  le soleil illumine a peine Lulu Island.


Après l’effort le réconfort, pause déjeuner …

Vous auriez envie vous d’ingurgiter les tables de multiplication ?

Un petit coin de France …. Perrier.

Après déjeuner pas de sieste mais la pause calme

On recommence ?

J’ai quelques visiteurs  tandis que je brode…

Elles ne veulent pas rentrer  …. il est 16h00

Maman on rentre à pied ? Pourquoi pas ?

Petite ballade sur la corniche toute de bleu vêtue …

Des petits endroits pour se reposer …

vous pouvez louer un kart à pédales ou un vélo.

Maman on va acheter du vrai saucisson pour le goûter …

Il y a des bonheurs qu’on peut, il suffit de passer devant le magasin qui vend du cochon …

Alors on y va pour le sandwich saucisson au goûter et c’est cela un petit bonheur.

(ce post est spécialement dédié à ma soeur, qui réclame à corps et à cri de la chaleur … je t’envoie tout ce que je peux)

Et happy Valentine à tous

Vous n’avez pas d’amis vous ?

Classé dans : 365 petits riens | 4

Moi si ….

Mes deux meilleurs amis, et mes compagnons de chaque jour, nous sommes inséparables eux et moi ….

 

Comment pourrais je vivre sans eux ?

Demain sera un autre jour, et sera bien plus intéressant que les tâches bassement matérielles qui nous incombent quotidiennement … ;-)

On s’enfuit vers l’art et l’air… à ce soir peut être ….

« L’art lave notre âme de la poussière du quotidien. »
Pablo Picasso

Il est 7h30, on va sortir le chien ? …. je ne ferais pas ça tous les jours ;-)

Classé dans : 365 petits riens | 12

Pour vous prouvez que c’est bien moi, et oui avec Moïra, ce matin de bonne heure, ballade dans la rue derrière (et encore vous échappez à la courgette géante, et au petit jardin de simples entre deux grattes ciels ;-) (12 photos).

J’habite une rue de marchand de tissus …. au grand désarroi de mon mari (et son porte monnaie) mais je suis raisonnable …. j’y vais quand c’est fermé …

En fouillant bien, on peut trouver du chintz Shabby Chic ….

Des robes indiennes …. (vous avez vu c’est la maman de mes mannequins …)

Prêt à porter …

Les faux crochet, je crois que j’ai craqué, j’en ai acheté en différentes couleurs ;-), pour faire quoi, ça c’est une autre histoire.

Un atelier de tailleur en vitrine, ils ne sont pas encore arrivés, mais bon ils terminent de travailler vers minuit, en règle générale les horaires sont 9h00 13h00 17h00 23h30 voire minuit.

Mon magasin, où j’apprends les termes textiles en pakistanais …

En fouillant bien on trouve des trésors …une broderie d’abaya.

Celui ci est ouvert tout le temps, les messieurs déjeunent à même le sol au milieu des tissus …

ma mercerie … mais vous la connaissez déjà, avec l’atelier de tailleur au dessus …

Et juste à côté …un mini atelier de couture aussi.

Et le réparateur de montre qui est en vacances.

Les cotons indonésiens, je les adore, ils ont tous un peu de doré à l’intérieur….
Un des nombreux « milles merdiers »

L’épicerie … une des épiceries ….

Un magasin pour hommes …

C’est le moment de rentrer …

Le primeur …. pour tonton légumes …

Vous pouvez prendre des photos, no problem, but no dog …. ;-)))), les gens sont tous adorables.

On s’arrête prendre un café ?

Il va faire beau aujourd’hui …C’est vrai ce n’est pas aussi chouette et aussi chic que l’Aiguille en Fête, je ne peux pas y aller cette année, on comprend aisément pourquoi,  mais ça a son charme aussi non ?

Amusez vous bien les copines à Paris, et prenez moi des photos …. d’accord ?

PS  : avez vous remarqué comment sont « cadenassés » les magasins ? Quand ils le sont …. ce ce qui va me manquer le plus « la sécurité ».

Les Artisanes

Classé dans : 365 petits riens | 7

Elles tissent des tentures …

Pour sauvegarder un patrimoine féminin ancestral, elles créent du nouveau avec des techniques anciennes

Elles veulent sauver leur identité bédouine

Elles tressent la palme

Elles y incorporent le cuir de chameau tanné sur place

Elles ont de l’or au bout des doigts, de la couleur dans leur regard.

Elles sont les artisanes du futur,  les gardiennes du passé, elles partagent leur savoir,
le transmettent et enseignent leur histoire.

Ce sont les femmes émiriennes qui combattent à leur manière pour préserver leur savoir faire en nous offrant leur patrimoine arc en ciel, car au centre des grandes villes commerciales, elles ne se retrouvent plus.

Elles sont les gardiennes du passé, les artisanes de l’avenir,  elles sauvegardent leur patrimoine tout comme nous, chaque jour de l’autre côté de la planète, nous regardons toutes dans la même direction.

Tandis que je brode …. Elles brodent aussi ….

Classé dans : 365 petits riens | 11

Elles ont décidé de broder ….

Maossi (7 ans) a dessiné son papillon …

La Toire (bientôt 11 ans) a décalqué son chat (comme Mamy ;-) et seule en scotchant son tissu sur les vitres ….

Maossi a fait le point de tige surjeté ….

Maman, je sais mieux faire le point de tige que Toire, parce moi c’est Chantal qui m’a appris, et Chantal c’est une brodeuse et c’est mon professeur , mon professeur de broderie (et Maman c’est une Maman, vous n’avez rien compris vous ….;-), Chantal tu as un fan club, au cas où tu ne t’en étais pas aperçue)

Elles ont choisi le coton et les dentelles, très consciencieusement elles ont fouillé dans les boites en plastique et elles ont sorti leur boite à couture, parce qu’elles ont une boite à couture qui dort sous les playmobil ….et les lalaloopsy (elles voulaient sortir leur machine à coudre, puis ont changé d’avis)

La Toire a appris le point de tige hier, et a fait des points tout petits, petits, parce que « c’est Mamy qui me l’a dit » …..) et je trouve son travail très régulier.

Et moi, je suis toute fière et toute ébahie, parce qu’elle ont géré ça tout seule, sans faire de noeud dans leur fil, sans  poser de question toutes les 2 minutes, et hier soir devant la télé …. Mamannnn tu ne brodes pas avec nous, sort ta broderie ……

Et leurs champignons pique épingles ont pris un air espiègle …. et j’aime ça .

 

 

Dans ma rue

Classé dans : 365 petits riens | 18

Il y a les messieurs de la caisse du petit supermarché et d’autres des épiceries avoisinantes

qui vous transportent votre caddie jusqu’à votre voiture, ou jusque chez vous

Ils entrent dans votre immeuble

prennent l’ascenseur avec vous, c’est l’occasion de papoter avec eux, et d’apprendre sur leur vie

Et portent sur leur tee shirt d’uniforme

Je suis là pour vous aider,

ils travaillent en binôme avec la caissière et emballent vos courses dans les sacs et les mettent dans le caddie.

Surprenant n’est ce pas à nos regards d’européens .. lorsque que je leur ai dit qu’en France ça n’existait pas, ils étaient presque horrifiés, on ne peux pas laisser quelqu’un faire tout ça sans l’aider … surtout une femme, une mère de famille.

Je me demande vraiment si on voulait créer quelque chose de similaire en France est ce que ça fonctionnerait … il y a tant de paramètres qu’on ne maîtrisent plus, violence, agressivité, respect d’autrui, économie ….

Samedi, je suis allée chez Ikéa sur Yas Island,  pour prendre des boites en plastique pour commencer à ranger ma pagaille, et pendant que mon mari était à la caisse avec les filles, comme en France, je suis allée à l’épicerie suédoise pour prendre des gâteaux aux épices vous savez les sablés super bons … et à la caisse de l’épicerie, la dame me dit :

« Comment allez vous, ça fait longtemps que vous n’êtes venue (plus de 2 mois, c’est quand même pas à côté Ikéa), comment allez vous, je me souviens bien de vous, vous aviez déjeuné au restaurant avec vos filles et votre mari   je suis heureuse de vous revoir, vous êtes toujours bienvenue chez nous. »

Oups, la dernière fois que je suis allée chez Ikea Vitrolles, l’été dernier, je me suis fait pourrir comme une malpropre et je ne sais plus pourquoi … ;-)

Voilà une petite tranche de vie, toute simple, mais qui me fait beaucoup réfléchir.

A demain peut être.

Redwork, Bluework et gros câlins

Classé dans : 365 petits riens | 22

C’est en aidant mes filles à faire leur lit ce matin et ranger leur chambre, que ce petit rien est né, Maman elles sont belles les couvertures que mamy a brodé pour nous, c’est comme si Mamy était toujours avec nous, quand j’ai besoin de ma Mamy je me couvre avec, c’est comme si elle me faisait un câlin …. voilà tout était dit … que rajouter de plus, que personne ne peut se rendre compte de l’impact qu’un objet fait main peut avoir sur des enfants, qu’on peut leur acheter toutes les merveilles du monde, les plus chères, les plus rares, la seule chose qui est un trésor à leurs yeux est un nounours tricoté ou un doudou de velours mités, usés, poussiéreux mais cousus, tricotés pour eux. Ca remet tout de suite, les idées en place, mes filles collectionnent le fait main, comme d’autres les tableaux de grands maîtres, mais le fait main fait par maman ou mamy ou des gens qu’elles aiment. Combien de fois ai je restauré chirurgicalement, un tiroudou aveugle, une poupée unijambiste, ou une queue de souris mangée par le chien … sans aucun espoir de jeter, juste raccommoder, raccommoder sans arrêt jusqu’à ce que l’objet d’amour ne soit qu’une reprise. Les couvertures ont été lavées et relavées, les couleurs passent, les points craquent mais …quand Mamy vient … Mamy met un peu de ton parfum sur mon quilt, Mamy, s’il te plait.

 Les petits souris sont des modèles de Marie Claire Idées, un ancien ressorti pour la naissance de Pauline. Les Sun Bonnet un échange redwork sur un forum internet, et oui Mamy est une Cybermamy, et les enfants bleus de Victoire, viennent d’un livre américain  qui vient d’être réédité, il était jusqu’à présent épuisé Childhood Memories Embroidered  de Brenna Hopkins et Nori Koenig et c’est une super bonne nouvelle, ils sont totalement craquants.

Bon on va se prendre un café, et surtout je vais essayer de me souvenir comme on se sert d’un tricotin, j’ai eu la mauvaise idée de le sortir pour la photo. Mais après, après tout ce que j’ai à faire aujourd’hui.

 

 

Lorsque le bon dieu ferme une porte, il ouvre toujours quelque part une fenêtre (proverbe arabe)

Classé dans : 365 petits riens | 23

Ce proverbe, je le porte depuis des années en moi, c’est un de mes oncles complètement païen, iconoclaste et anticlérical qui me l’avait dit, un jour où tout allait mal, et depuis je sais que dans la vie si une porte se ferme, il y a toujours quelque part une fenêtre ouverte, et ça me réconforte et me fait voir la vie différemment, autrement  ….

Ces quelques mots tournaient dans ma tête  en me promenant dans le central market où des dizaines de portes, de fenêtres, de boiseries sans mur attendent leur maison, des portes fermées mais sur rien, des portes fermées sur les rêves, sur un monde perdu, sur des jardins secrets.

et des coffres à secrets …

pour y ranger des poèmes

des livres précieux

des livres rares

son journal

sa boite à couture de fée, ses couleurs et ses pastels

une lampe cafetière géante , s’asseoir paisiblement, dans le calme prendre un café à la lumière du soleil qui perce et s’amuse au travers des moucharabieh du plafond et apprécier la sérénité du moment, seul pendant le prayer time, et priant à sa manière.

fumer élégamment

et s’emmitoufler lorsque la fatigue se fait sentir

sous l’oeil bienveillant d’une gazelle ..