Prolonger la Toussaint

Classé dans : 365 petits riens | 2

Avec une Pumpkin Pie digne des USA, continuer avec un gratin pommes de terre/potiron, des courgettes farcies et les poireaux du jardin.

Puis se jeter sur des Haribo parce que sans Haribo la vie n’est rien,  buller et tricoter devant le feu, avec des animaux hyper convaincants, regarder des séries terrifiantes sur Netflix,  allégorie du deuil (c’est la Toussaint et le jour des défunts) et découvrir avec étonnement que le Datura c’est remis à fleurir ce qui est une bonne nouvelle pour les sorcières ;-) et se dire qu’on ira demain porter les chrysanthèmes quand il pleuvra moins.

A l’heure où les grands fauves vont boire (photos by Po)

Classé dans : 365 petits riens | 2

A l’heure où les grands fauves vont boire, pendant que nous essayons de réduire au maximun la savane qui s’est installée pendant 7 mois après les passages incessants des engins de chantiers, en plantant ici et là des arbres et des fleurs …

 

vivement les vacances que je repeigne la cabane,

même si ce n’est pas une priorité elle vraiment moche comme ça.

Pauline photographie son monde, mon monde.

Je vous souhaite une belle journée dans cette ambiance douce d’animaux libres qui sortent de leur cachette après les heures chaudes de la journée, et avec un chaton un peu trop téméraire à mon goût.

 

PS / Je pense que mes filles me poussent un peu à reprendre quotidiennement les petits riens.

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Limitation à 30 km/h et la Bourse aux jouets

Classé dans : 365 petits riens | 0

Ce que j’aime dans mon village, c’est pendant la période de la chasse, les faisans d’élevage qui se promènent, tu les appelles, ils viennent … pas de quoi être de les tuer. Ce que j’aime aussi, c’est qu’ils sont respecteux des limitations de vitesse et du code de la route (eux …).

Donc après un brin de causette avec Monsieur Faisan, qui je le répète est à moins de 150 mètres des habitations, je suis allée à la bourse aux jouets.


 

J’ai négocié avec des petites filles, leurs poupées, j’ai marchandé, au lieu de 1 euro, la poupée,

 j’ai payé 10 euros les trois,

je n’aime pas « estanquer » les gens comme on dit chez nous,

 je suis revenue avec de jolis trésors (tout à fait inestimables) dont je vous parlerais un de ces jours …

(non pas Casimir, ni les Barbapapa …)

Pauline à la ferme

Classé dans : 365 petits riens | 3

Parce que c’est l’arche de Noé et que chaque animal a son prénom, ils sont là pour le bonheur, un peu comme dans un livre d’enfant, un livre d’enfant que l’on vivrait en vrai.

Aucun ne sera mangé, aucun n’est maltraité, tous sont aimé,  j’aime aller chez elle, juste pour ce moment, ce tout petit moment, où l’on redevient petite fille, quand on découvre les bébés qui viennent de naître.

Et ma fille ne voulait plus partir qui la blâmerait.

EnregistrerEnregistrer

Naissance

Classé dans : 365 petits riens | 4

Les escargots vivent allègrement leur vie dans le jardin, c’est un peu leur paradis, et lorsque on passe la tondeuse on les ramasse afin qu’ils ne soient pas tondus en même temps que l’herbe parce qu’un escargot skin head ça ne s’est jamais vu, et en plus nous savons que ce n’est pas du tout à la mode dans le gang du jardin, un grenouille me l’a chuchoté.

En déposant l’escargot dans la coupelle de sauvegarde, il s’est mis à pondre comme ça, devant nous, on a regardé l’accouchement avec beaucoup d’intérêt, c’était bien la première fois que nous voyions un escargot faire des bébés, c’était si joli, comme des perles de nacres, que nous avons déposé délicatement dans un bout du jardin, en leur faisant un joli nid. dans un endroit où la tondeuse ne peut passer.

Voilà, très fiers de savoir que des bébés escargots ont vu le jour. Nous le savions tous que les escargots étaient amoureux, c’est la princesse des petits riens qui nous l’avait raconté, mais le voir de nos propres yeux, ça valait un article dans la gazette des improbables.

Bon début de semaine à tous, je m’en vais tricoter de la layette pour escargots

– Quoi les chaussons ce n’est pas la peine ?

– En êtes vous si sûr ?

 

L’inévitable tradition

Classé dans : 365 petits riens | 5

 

Il y a le moment où on la construit, chaque année différente, chaque année où les pierres du jardin s’auréolent de lumière pour devenir collines de Provence, rivière ou bancaou … chaque année, où les santons prennent leur place, jamais tout à fait la même à chaque fois …

 

 

 

Jamais tout à fait la même place chaque jour … quand Ils la découvrent … les chats la terreur des provencaux …Tout chat normalement constitué se doit de dormir dans la crèche, surtout les bébés et les bébés il y en a trois de nouveaux … et ils ne s’en privent pas,  les rois mages en quelque sorte …

 

Le drôle d’oiseau

Classé dans : 365 petits riens | 10

Un gros drôle d’oiseau, je l’ai croisé sur ma route, imperturbable, il a tourné sa tête vers moi, et s’est envolé. Il ressemblait à une cigogne, mais pas blanche, il ressemblait à un échassier, il ressemblait à un oiseau sorti de ma mémoire, un oiseau de légende, celui des pharaons … l’envergure de ces ailes était impressionnante. Je cherche son nom, si quelqu’un peut me le dire, et ce matin je regarderai s’il est sur mon chemin.

Une étoile guide mes pas, des chats d’atelier la surveillent

Classé dans : 365 petits riens | 5

dsc_0154

 

Un échange de pique épingle avec Quilt en France, Katia m’a envoyé le sien, un petite merveille piécée,  j’essaye de prendre les photos à la lumière du jour, la nuit tombe si vite le soir …   je l’adore, il est déjà dans mon monde.

Une étoile qui va guider mes pas, moi qui ai si souvent envie de jeter mes aiguilles.

dsc_0157 dsc_0159

Je vais vite chercher de la bourre à l’atelier pour le remplir, j’adore les teintes qu’elle a choisi, merci à toi Katia, je ne suis pas seule très longtemps pour faire les photos, Mistral s’inscruste …

dsc_0166 dsc_0170 dsc_0184

 

Suivi de près par Mousse, un mois les sépare tous les deux,  ils ne sont pas frères, mais le deviennent par le hasard des adoptions …

dsc_0186 dsc_0198

 

Mistral sort d’une maladie infantile de chaton, on a eu très peur, mais le voilà sur pieds

dsc_0212 dsc_0215 dsc_0220

Ils deviennent une famille.

dsc_0222

Le grand, appprenant au petit à faire des bétises.

dsc_0224 dsc_0225

dsc_0162

Enfin en entier, l’étoile qui guidera mes pas.

Les jolies boites en carton et en fer : Villa St Ange

Les étoiles en faiences : Rêves d’Argile

Etoile en patchwork : Katia Barcelo.