Un inventaire à la Prévert

Classé dans : 365 petits riens | 5

Qui est cette Mathilde ? Personne ne le sait, des tapisseries aux petits points, surveillées par les nymphes d’un imposant buffet Henri II, des soupières italiennes kitchissimes et princières à souhait, des couvre chefs qui gardent encore la superbe d’officiers d’un vieille guerre, chaque objet raconte son histoire à qui veut bien l’écouter, à qui sait l’écouter.  Sauvés du rebut, ils sont là et attendent un nouveau propriétaire, quelqu’un qui peut être les aimera, leur donnera une autre vie. Les anciens sont décédés ou bien s’en sont lassés. De cette solitude imposée ressort une grande dignité, une majesté même, blessés de cet abandon, ils en gardent une fierté palpable, ne laissant transparaitre leur peine,  je voudrais tous les sauver, comme on essaye de soigner les chagrins d’amour de ceux qui nous entourent.

Finalement, objets de brocante, de vide grenier, des Emmaüs ou même des poubelles, vous n’êtes pas mieux lotis que les humains, dans ce monde de surconsommation où l’histoire des petits gens n’a plus de place et les souvenirs non plus. La machine à coudre murmure, j’ai connu deux grandes guerres, j’ai cousu des vêtements à des générations d’enfants, que vont il faire de moi ?

 

La chaise au dragon soupire de tristesse, pendant que les verres dépareillés recherchent leurs congénères, un berger appelle ses moutons. Je suis là à les entendre, je ne peux vous prendre tous.

 

J’y vais trop souvent, j’en reviens les bras chargés dans un vain espoir d’être une gardienne du passé, une sentinelle des temps anciens.

5 Responses

  1. Lolau Rouge & Lin

    Quelle poésie même avec ces chineries !! Alors Tu as craqué pour quoi ??? Fais nous voir ?? BOnne fin de journée

  2. mamillon du luberon

    Parfois je préfère rester dans la voiture et t’attendre, si je rentre dans la boutique, je trouverai encore quelque chose à sauver (lol), j’y ai trouvé des collections entières de livres reliés neufs, à chaque fois 25 livres ou plus, tellement lourds, que l’employé me porte la caisse dans le coffre de la voiture, ou un lustre en cristal, une banquette restauration refaite à neuf et dernièrement une armoire languedocienne, ancienne, où  » nous » entassons toutes nos découvertes sauvées …que vont-elles nous raconter, quand nous endosserons le rôle de décoratrices au sein de la maison, quand les travaux seront finis.. Les projets sont très importants dans cette vie un peu chaotique, que l’on nous fait subir depuis quelques temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.