le 12ème jour d’après – Bleu

Classé dans : 365 petits riens | 5

Tout le jardin se prépare à exploser de bleu et de mauve, la nature sentirait elle que le blues m’a gagné.

Je ne sais même pas si c’est le blues, c’est juste une saussade qui me fais avoir la nostalgie d’un temps qui n’existera plus, plus jamais. Il s’en est allé.

C’est dimanche, je me surprends à me dire qu’il faudrait que j’aille à la messe, tu imagines moi, aller à la messe, alors que ça fait pratiquement 40 ans que je n’y mets les pieds que pour les cérémonies.

Peut être ai-je besoin de ce moment de recueillement, interdit par le monde étrange dans lequel nous vivons,  hier,  j’ai appris la mort de notre berger Gabriel Roux, on l’appelait Gaby, il est mort comme on dit de vieillesse, je n’aime pas cette expression, je ne l’aimerai jamais.  Il me manque déjà, jamais au grand jamais je ne ratais une occasion de m’arrêter pour discuter avec lui. Ses chèvres du Rove, ses brebis et ces chiens faisaient partie de mon quotidien, de ma vie.  Il m’apprenait le monde, il m’apprenait les plantes, il savait tout sur tout, sa sagesse était immense, sa lucidité sur le monde et les humains aussi. Il venait nous chercher quand nous étions enfants, pour voir une brebis mettre bas, c’était un miracle et nous apprenions ainsi les mystères de la vie. Il était la mémoire de nos terres, notre mémoire.

Il me manque, il me manquera toujours, j’aimais le rencontrer en grande discussion avec mon père et tous les autres sur le marché, j’aimais savoir qu’ils étaient tous là, immuables éternels, immortels, je voulais y croire.

Que la terre te soit légère, Gaby, mais elle est bien seule maintenant.

Le bleu et le violet sont la couleur du demi-deuil, peut être que le champ s’est paré pour moi de ces couleurs douces, qui tout doucement expriment ma peine.

J’ai retrouvé un vieux cahier où j’avais dessiné des muscaris. Je vais certainement en broder une toile, qui sait, une toile bleu, ou une toile beige comme les terres qui m’entourent qui sont bien vides maintenant.

 

 


5 Responses

  1. Lolau Rouge & Lin

    Il n’y a pas de honte à prier tu sais…. pas obligé d’aller à l’Eglise pour ça… La terre lance un message à qui voudra bien l’entendre… et là haut, il avait besoin de Gaby pour qu’il puisse veiller sur toi… merci pour ce beau partage du 12ème jour d’après….

  2. Mamillon du Luberon

    Mais ne t’inquiètes pas , ils ont quitté cette terre, qui n’en pouvait plus, certains humains se sont pris pour des Dieux, surtout les politiques, les industriels, les prétentieux, les orgueilleux, ceux à qui tout leur est dû, et sans volonté, ceux qui veulent prendre le pouvoir et tout détruire, la flore , la faune, nos océans. Ces grands hommes , eux, seront toujours là, ils nous protègent, depuis ce pays que nous ne connaissons pas et où toutes les bonne âmes se sont réfugiées. Le LUBERON se vide de ceux qui l’ont protégé depuis si longtemps, comme Rosette 97 ans, qui vient de nous quitter, comme Gaby, eux ils étaient les gardiens de la Terre, ils auront bien vécu, et resteront dans notre souvenir.

  3. REGINE

    la croyance n’est pas le dogme ….Pour moi ….C’est aussi le respect d’une vie et donc de la mort qui fait UN….La prière du fond du cœur vient de l’âme ,elle est universelle qu’elle soit dite dans une église ou devant une merveille de la nature!!!!

  4. Mamillon du Luberon

    Je suis entièrement d’accord avec le commentaire ci dessus.ne t’inquiètes pas, Pere Christophe te dis toujours , j’aimerai que tous mes paroissiens soient des mécréants comme toi. Tu éclates de rire à chaque fois, mais c’est vrai pourtant. Au fait , ce sont bien NOS fleurs sauvages ou non, que tu photographies , put est VRAI avec toi, comme tu es d’ailleurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.