Violettes et Muscaris

Classé dans : 365 petits riens | 4

Le premier muscari a pointé son bout de nez bleuté à quelques mètres des violettes.  Hier c’était la rencontre des brodeuses de l’atelier, juste oublié de prendre des photos tellement nous étions bien à papoter ensemble.

Mais est ce bien grave de ne pas prendre de photo ? Quelquefois les souvenirs sont plus puissants quand on n’a pas d’image.

La vie s’écoule et le beau temps éteint nos angoisses de l’hiver. Mon bout de terre est en désolation, il va falloir s’y mettre. Je vis hors du temps et hors du monde, je ne sais pas comment je peux appeler ça, j’observe tout simplement, et peut être que je pourrais reprendre mes crayons un peu plus tard, quand j’aurais le temps, comme avant en 2014

Et je me demande quand la tortue va se réveiller de son hibernation, et j’attends l’explosion du bank

 

 

Et si ….

Classé dans : 365 petits riens | 4

 

 

Je continue à aimer les matins, comme si une page entièrement blanche s’offrait à moi, chaque jour différent, chaque lueur qui s’allume toujours différente.  Le printemps s’installe dans un fouillis parfait. Je fais le « point fixe »  comme un avion qui se prépare à décoller, me préparant à affronter la journée.

J’ai bien souvent l’impression de vivre protégée de tout, le cocon que mon père a tissé de ses mains  dans ce petit hameau pour que nous puissions nous y reposer, est là pour que je puisse m’y réfugier, pour que nous ses enfants puissions nous y réfugier.

Je lis l’avalanche d’informations qui vient à moi …. je fais le tri, j’enrage, je hurle et je souris, pourquoi s’insurger sur un monde qui vacille, peut être suis je devenue sage.

Je me pose la question, et si …. j’habitais ailleurs ? Trouverais je autant de repos lorsque mon regard se pose sur l’horizon ?

J’ai ramassé des narcisses et des violettes, j’ai bu mon café, sans même essayer de répondre.

Belle journée à vous.

 

 

Il n’est pas encore 7h00

Classé dans : 365 petits riens | 3

Je me perds dans le bleu d’un ciel balbutiant, un bleu étrange, presque Klein, un bleu qui change de seconde en seconde, le soleil commence à éclairer doucement la campagne, le car scolaire n’est pas en retard et je regarde Belle Etoile se dresser au pied du Luberon, qui lui aussi se réveille dans le chant incessant des oiseaux. Prendre une autre route pour accompagner la deuxième, et prendre enfin une troisième route pour partir travailler.

Les volets sont encore clos, clos de ceux qui ne sont pas encore réveillés, clos de ceux qui sont déjà parti travailler dans les embouteillages de la grande métropole de la monstropole, clos de ceux qui ne viennent que pour les vacances.

Je respire et regarde la nature reprendre ses droits, et me dit que nous sommes bien peu de choses devant l’herbe folle qui envahie mon bout de terre.

Bonne journée à vous.

« C’est elle qui dans l’hiver du monde, préparera le fruit » Albert Camus

Classé dans : 365 petits riens | 2

 

 

C’est du fruit de l’amandier, qu’elles naissent les cornes de gazelle. J’imagine les mains de femmes orientales ou méditerranéennes qui les confectionnent. De Marseille, à Abu Dhabi, elles sont ancrées dans ma mémoire comme la Madeleine de Monsieur Proust. Celles que ma tante confectionnait pour les fêtes, celles que la maman de mon amie d’enfance cuisinait et celles que je choisissais scrupuleusement dans un souk de 5ème district.

Elles font rêver les cornes de gazelles, de Tataouine à Alger, de Rabat à Al Ain … et moi je les mange en fermant les yeux,  je voyage immobile dans mon salon et je pense aux douceurs de l’Orient et à ce texte de Camus sur les amandiers.

« Notre tâche d’homme est de trouver les quelques formules qui apaiseront l’angoisse infinie des âmes libres. Nous avons à recoudre ce qui est déchiré, à rendre la justice imaginable dans un monde si évidemment injuste, le bonheur significatif pour des peuples empoisonnés par le malheur du siècle. Naturel­lement, c’est une tâche surhumaine. Mais on appelle surhumaines les tâches que les hommes mettent longtemps à accomplir, voilà tout.
Sachons donc ce que nous voulons, restons fermes sur l’esprit, même si la force prend pour nous séduire le visage d’une idée ou du confort. La première chose est de ne pas désespérer […] Quand j’habitais Alger, je patientais toujours dans l’hiver parce que je savais qu’en une nuit, une seule nuit froide et pure de février, les amandiers de la vallée des Consuls se couvri­raient de fleurs blanches. Je m’émerveillais de voir ensuite cette neige fragile résister à toutes les pluies et au vent de la mer. Chaque année, pourtant, elle persistait, juste ce qu’il fallait pour préparer le fruit.
Ce n’est pas là un symbole. Nous ne gagne­rons pas notre bonheur avec des symboles. Il y faut plus de sérieux. Je veux dire seulement que parfois, quand le poids de la vie devient trop lourd dans cette Europe encore toute pleine de son malheur, je me retourne vers ces pays écla­tants où tant de forces sont encore intactes. Je les connais trop pour ne pas savoir qu’ils sont la terre d’élection où la contemplation et le cou­rage peuvent s’équilibrer. La méditation de leur exemple m’enseigne alors que si l’on veut sau­ver l’esprit, il faut ignorer ses vertus gémissantes et exalter sa force et ses prestiges. Ce monde est empoisonné de malheurs et semble s’y com­plaire. Il est tout entier livré à ce mal que Nietzsche appelait l’esprit de lourdeur. N’y prê­tons pas la main. Il est vain de pleurer sur l’es­prit, il suffit de travailler pour lui.
Mais où sont les vertus conquérantes de l’es­prit ?
Nietzsche les a énumérées comme les ennemis mortels de l’esprit de lour­deur. Pour lui, ce sont la force de caractère, le goût, le «monde », le bonheur classique, la dure fierté, la froide frugalité du sage. Ces vertus, plus que jamais, sont nécessaires et chacun peut choi­sir celle qui lui convient.

Devant l’énormité de la partie engagée, qu’on n’oublie pas en tout cas la force de caractère. Je ne parle pas de celle qui s’accompagne sur les estrades électorales de froncements de sourcils et de menaces. Mais de celle qui résiste à tous les vents de la mer par la vertu de la blancheur et de la sève.
C’est elle qui, dans l’hiver du monde, préparera le fruit. »

Albert Camus  – « L’été » (1940)

 

Tendances Créatives à Marseille

Classé dans : 365 petits riens | 3

 

 

Marseille sera toujours Marseille, installer le soir de l’OM Monaco, c’est du délire … mais entendre les gradins trembler pendant que nous sommes dans notre stand, ben c’est magique … 2h30 pour faire 60 km, Marseille ne faillit pas à son trophée ;-).

Finalement le matin, même combat … mais le bonheur de voir la mer et la bonne mère, n’a pas de prix …

 

 

et puis le palais de l’Europe… le Parc Chanot de mon enfance …. celui de la Foire de Marseille, où je rêvais chaque fois que je découvrais un nouveau pays.

 

 

 

 

 

 

Et mon stand enfin installé … et ensuite plus le temps de ne rien faire, recevoir les gens, préparer les ateliers, et faire des rencontres inoubliables …

Retrouver son amie d’enfance, celle de ses 13 ans, celle avec qui ont a fait les années collège et se sauter dans les bras comme si le temps écoulé, les quarante années passées n’avaient pas existé et reprendre le fil de nos vies juste au moment où nous nous étions quittées, et trouver tant de similitudes dans nos vies que ça ne peut être des coïncidences.

 

 

Les petits fées ont envahi le parc Chanot, merci à Sylvie du 13 et Isabelle C pour leurs photos, tellement prise dans le feu de l’action, oublier d’en faire …

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci à tout ceux qui ont acheté la Princesse des petits riens, l’accueil est toujours formidable, et vous m’avez conforté dans l’idée de faire la suite,  comme aux premiers jours l’émerveillement était au rendez vous, merci à ceux qui m’ont écouté patiemment, expliquer l’esprit et l’utilité d’Aiguilles en Luberon, merci à ceux qui viendront, merci à tous.

Merci à Samira, d’évènement oriental, qui le dernier jour m’a abreuvé de son fabuleux thé à la menthe et de cornes de gazelle pour soigner mon corps qui me lâchait, merci à elle de m’avoir dit « Continue comme tu le fais à chaque instant à t’ouvrir comme un soleil sur le monde » ça m’a beaucoup touchée. Merci à la dame, qui m’a noyée de compliment, me disant que j’étais une star sur internet. Merci à toutes celles qui m’ont demandé de leur donner des cours, et merci surtout à toutes celles qui veulent me faire venir dans leur associations pour sortir les personnes âgées de leur solitude et pour donner un peu de mon temps dans les collèges et lycées réputés « pas si faciles » … je serai au rendez vous si vous me contactez

Merci à Diverti, au bohneur des Dames, à France Patchwork, à Tricoté Sud, à Anny Boutique et à tous ceux qui ont pris des flyers et des affiches, inconnus, amis, et famille,  pour les distribuer dans leur villes, de Gap à Nice, merci à vous tous.

Je vous invite pour une petite ballade rapide .. sur les stands, mais vraiment rapide, le temps m’a manqué.

Et merci encore aux organisatrices du Salon de m’avoir invitée.

 

Le mercredi des Cendres

Classé dans : 365 petits riens | 2

 

 

 

 

Traditionnellement l’Aïoli chez Jean Charles Andrieux, à la Bastide des Fontaines, avec tous les meneurs, les Charretiers du Sud Luberon, une bien belle journée, de belles tablées et de belles discussions, un moment magique surtout pour les enfants, c’est Miss Po qui a pris les photos des animaux.

 

 

Tricotine, tricotons

Classé dans : 365 petits riens | 1

DSC_0016 DSC_0024 DSC_0027 DSC_0028

 

Elles se sont toutes mises à tricoter, c’est à cause du mauvais temps …. toutes ? Non ! Quelques irréductibles …. une oeuvre d’art en cours de naissance, et d’autres merveilles à suivre ….

 

DSC_0030 DSC_0032 DSC_0034 DSC_0035 DSC_0018
DSC_0040

 

et bien entendu, le moment des petits plaisirs ….

DSC_0038

La vieille ville aux remparts un peu gris ….

Classé dans : 365 petits riens | 4




DSC_0007

 

Cher lecteur, ce matin, j’aurais pu t’envoyer une carte postale d’Avignon, mais je n’ai pas eu le temps, d’ailleurs le temps était parfait pour ma collection de nuages, gris et lourds comme mon moral …

Mais bon, il suffisait que je regarde juste les remparts pour me souvenir en fredonnant quelques vers d’une chanson oubliée, ces vers qui m’ont tant aidés quand j’étais loin de ma Provence, c’est bien la première chose que je voyais en descendant de la gare, les remparts.

…  le centre du monde,
C’est un pont démoli
….
…  c’est une vieille ville
Aux remparts un peu gris
Et où chaque fontaine
Sèche un chagrin depuis.

C’est beau Avignon, je n’ai pas eu le temps de m’y attarder comme d’habitude.

Mais le peu que j’y suis restée, j’en retiendrai au moins une chose … c’est que plus jamais, je ne ferai autre chose que ce que j’ai envie, plus jamais.

Sinon j’ai attendu dans un lieu sublime, de cet hôtel particulier qui ouvre une page à mon imagination où des gens charmants m’ont reçue, avec compétence et gentillesse, et ça n’a pas de prix.

Bon les pigeons sont amoureux et roucoulent aux dernières nouvelles …et moi je crois que je sais où je vais … c’est une matinée que je ne pourrai oublier,  une matinée de colère constructive et puis j’ai croisé tant de fontaines …..

 

DSC_0010

 

DSC_0011

 

 

IMAG5266

 

IMAG5265
IMAG5262