Jardinière d’étoiles chez les Improbables

Classé dans : 365 petits riens | 9

Chez les Improbables, il existe un métier très intéressant, celui de jardinière d’Etoiles, là on parle de vraies étoiles celles qui sont dans le ciel, pas des étoiles qui s’incrustent sur les manches des messieurs très sérieux, pour faire pousser des étoiles sur les manches de leur veste, c’est très facile, il suffit d’être jeune et jolie, muette et souriante, de faire un bon café et surtout de se souvenir si le porteur de la veste prend un ou deux sucres dans son café et lui porter en trottinant sur des talons hauts perchés.

Non, non, le métier dont je vous parle est des plus difficiles, il faut des compétences hors normes, il faut le matin dès l’aube, s’armer de patience. Attendre doucement que le jour se lève et surprendre dans le début de leur sommeil, les étoiles filantes qui se sont accrochées dans les arbres après avoir exaucé les voeux des humains, elles sont tellement fatiguées, qu’elles ont peine à lutter contre la somnolence. Elle risque leur vie à chaque fois. On ne peut les laisser s’éteindre, alors la jardinière d’étoiles, les cueille doucement, les fait entrer dans la maison, et leur propose de se restaurer, les étoiles filantes se nourrissent de peu, de quelques perles ou de paillettes oubliées dans une boite à couture. Ainsi les étoiles reprennent des forces pour repartir à la nuit tombée dans le firmament. Certaines ne repartent plus, elles préfèrent rester au coeur de la maison, et ainsi raconter quand elles ont l’humeur bavarde, quelles sont les plus jolies demandes qu’elles aient entendues.

 

 

DSC_0417 DSC_0422 DSC_0427 DSC_0428 DSC_0430 DSC_0435 DSC_0437 DSC_0444 DSC_0445 DSC_0448 DSC_0451

 

 

Prêts à postuler ?

Ce sera demain sur mon blog sérieux

 

 

 

15 ans déjà

Classé dans : 365 petits riens | 9

 

Tu es née à l’autre bout du monde ….

 tu es née entre le ciel et la mer, entre la terre et le paradis.

« Vis ta vie, n’aie peur de rien.
Ton étoile t’a déjà tracé le chemin
Vis ta vie, ne t’en fais pas
Car la mienne guidera tes pas »

Image numérisée 3 Image numérisée 2

 

 

 

toire

 

 

 

Etoile en devenir

Classé dans : 365 petits riens | 6


DSC_0342

En cours, et surtout retour aux premières amours, perles et sequins …

contraste des matières, les messagères ne pouvaient que devenir une étoile filante …

depuis le temps qu’une petite fille me demande  une poupée étoile.

DSC_0344
DSC_0354 DSC_0358 DSC_0360

Les dessins d’esquisse à effacer, quelques perles à broder, et le dos à terminer …

demain peut être, une étoile filante du Luberon, viendra se poser au creux des rêves d’une jolie demoiselle.

La bulle du jeudi

Classé dans : 365 petits riens | 5

DSC_0282 DSC_0284

La Vérité est ailleurs, l’inspiration est partout …. un Alien semble naître sous mes doigts ….

 

DSC_0287

j’ai un peu perlé …

DSC_0290

les pochettes prennent forme.

DSC_0294

 

pendant que des coeurs se dessinent.DSC_0296 DSC_0297

Première maille ..

DSC_0306

du bleu doux …

DSC_0307

encore du bleu, du bleu du Pacifique, il s’impose …

et des rangs …

DSC_0311

4 rangs

DSC_0314

l’été se brode …

DSC_0281

Et si c’était ça, la gestion de la douleur, la thérapie du bonheur, juste être ensemble ….

Mettre le nez dehors

Classé dans : 365 petits riens | 1

DSC_0246

 

Voir que le jardin est en désolation, mais les succulentes commencent à fleurir …

DSC_0248 DSC_0257

Jouer avec le soleil …

DSC_0260

Se dire qu’il va falloir nettoyer le mini bassin …

DSC_0261 DSC_0263

les poissons et le nénuphar ont survécu à l’hiver .DSC_0264

 

 

Dana voudrait bien courir dans les violettes … elle a grandi la chipie, sa copine de jeux et de sieste  lui manque.

DSC_0258 DSC_0267

 

Se dire que ça pourrait être pire, on ne va pas se laisser embêter par quelques fractures …. une âme charitable a bien voulu me ramasser quelques violettes …

DSC_0271

 

et je fais entrer le printemps dans la maison ….

 

Déjà le quatrième jour sans pouvoir bouger, mais bon, demain est un autre jour … bonne journée, cet après midi c’est broderie …

Cher Lecteur, as tu envie de roses ?

Classé dans : 365 petits riens | 27

Capture d’écran 2016-03-08 à 10.01.03

J’aurai voulu t’écrire hier, que le soleil illuminait la campagne, qu’après les amandiers, les cerisiers commençaient à bourgeonner, mais l’accident ménager idiot, la chute qui aurait pu être évitée, m’en a empêchée, on sous estime trop l’importance des tapis de bain, à force de vouloir gagner 10 secondes, on perd un mois voire plus de son temps, ces chutes complètement absurdes qui vous obligent à rester sanglé dans votre fauteuil, deux côtes fracturées et autres contusions, et heureusement un bras droit valide .. ca faisait longtemps que je n’avais pas jouée les cascadeuses, le médecin qui me récupère aux urgences à chaque fois, m’a dit il vous en reste encore encore 7 côtes à fracturer sur le côté droit, on se revoit quand ?

 Heureusement que tendre époux n’est pas à la maison quand ça m’arrive, sinon, d’aucun pourraient croire que je suis une femme battue, que nenni mon ami, je cours toute la journée, et quelquefois je merde mes atterrissages en beauté, surtout après des vols planés dont la trajectoire n’est pas tracée. Donc pendant un mois, cher lecteur, tu risques de te taper de la broderie et rien d’autres, ma mobilité étant de plus réduite, les chats s’il m’en reste un après les courses automobiles que font les voisins sur le chemin de la Montagne, et accessoirement un ou deux cafés à moins que des fleurs ne s’ouvrent sur la terrasse.

Donc hier à ma sortie des urgences, dans une brume cérébrale des plus opaques (médicament oblige) j’ai testé les rubans de tulle et les rubans de coton, finalement, j’aime, même si les rubans n’ont pas la finesse et la souplesse de la soie, le rendu est superbe… je vais faire le montage et je vous tiens au courant, peut être qu’un petit kit  à naitre au creux de ma boutique.  Qui sait ? Qu’en penses tu lecteur ?

Il faut quand même que je te dise, j’ai adoré aller à ta  rencontre aux Arcs, c’était un très joli moment, et je suis déçue de ne pas participer au Salon que j’avais prévue dans le Gard le week end prochain.

Je vais te laisser lecteur, la position sur le clavier est pénible, mais saches que je pense bien à toi.

Et je te souhaite une très belle journée de presque printemps.

PS / Cherche bon marabout, pour me faire désenvouter ;-)

PPS /faut que j’aille chercher mes perles.

 

 

 

DSC_0215

 

DSC_0226 DSC_0231 DSC_0232 DSC_0240 DSC_0242

4ème rencontre d’arts créatifs aux Arcs sur Argens

Classé dans : 365 petits riens | 3

05-DSC_0147

C’est encore aujourd’hui, la rencontre des arts créatifs et c’est dans salle des fêtes des Arcs, merci de vos visites, c’était génial de vous voir en vrai, des petits ateliers presque sur chaque stand.

C’est encore ouvert aujourd’hui de 10H00 à 19H00, une merveilleuse ambiance, des organisateurs trop gentils et des copines en soutien logistique, que demander de plus.

Bon vous venez aujourd’hui ?

A tout à l’heure alors.

06-DSC_0148 07-DSC_0151 08-DSC_0154 09-DSC_0157 10-DSC_0158 11-DSC_0164 12-DSC_0165 13-DSC_0166 14-DSC_0167 15-DSC_0168 16-DSC_0171 17-DSC_0172 18-DSC_0173 19-DSC_0174 20-DSC_0175 21-DSC_0177 22-DSC_0178 23-DSC_0179 24-DSC_0182 25-DSC_0186 26-DSC_0187 27-DSC_0188 28-DSC_0189 29-DSC_0193 30-DSC_0195 31-DSC_0197 32-DSC_0198 33-DSC_0199 34-DSC_0200 35-DSC_0201 36-DSC_0202 37-DSC_0203 38-DSC_0205 39-DSC_0206 40-DSC_0207 41-DSC_0208 42-DSC_0209 43-DSC_0210 44-DSC_0213

Je ne regarderai plus les pâquerettes comme avant

Classé dans : 365 petits riens | 1

 

Un ciel en colère hier soir … une grosse colère qui est aussi la mienne,

je ne regarderai plus jamais les pâquerettes comme avant …

 

Elle s’est endormie là, écrasée par un chauffard, un chauffard qui roule comme un dingue

sur cette petite route de campagne limitée à 50 km/h.

S’il était le seul ce serait une moindre peine,

mais ils sont si nombreux dans leur incivilité.

Ce n’est qu’un chat me direz vous, un jeune chat de quelques mois,

ce n’est pas une grande perte, il y en a tellement dans le coin.

Vous avez raison, ce n’est qu’un chat,  le mien, de cette espèce qui prolifère et envahie de leurs crottes vos jardins si  proprets (bordéliques en fait) .

Mais quand ce sera au tour d’un enfant de se faire écraser par un automobiliste inconscient, me direz vous la même chose ?

Je suis en colère de l’avoir trouvée morte dans un fossé, au milieu des pâquerettes.

Un chauffard qui ne prend même pas le temps de s’arrêter et de chercher le propriétaire ,

ou s’il s’arrête c’est pour jeter le chat dans un coin… j’ai cherché durant des jours.

Mes incantations les plus viles vont vers cet individu.

C’est une épidémie en ce moment, à moins que ça ne soit un jeu de poursuivre les chats en voiture.

Tuer un chat porte malheur, le savent ils ces êtres sans repentir ?

C’est vrai, je ne regarderai plus jamais les pâquerettes comme avant.

Je les regarderai comme le symbole de la connerie de l’homme,

le plus grand destructeur de la planète,

le seul être malfaisant et arrogant qui existe sur celle ci.

L’homme le seul animal avec soi disant une intelligence,

prédateur nuisible et dangereux, pourri jusqu’à la moelle par son ego, exterminateur de lui même.

 

et j’ai fait un bouquet …

juste pour oublier un instant la peine de mes enfants qui ont perdu leur animal.

Elle repose avec mes autres chats, les chats qui ont fait parti de ma vie, sous les pâquerettes.

Le paradis n’existe pas, si je ne dois y être accueillie par mes chats.

 

 

L’incivilité n’est pas un vice de l’âme, elle est l’effet de plusieurs vices, de la sotte vanité, de l’ignorance de ses devoirs, de la paresse, de la distraction, du mépris des autres, de la jalousie.

(Jean de LA BRUYÈRE, XI)

1 2 3 4 5 6 7 18