12° Rencontres autour du Boutis par lei roucas dou Bàrri à Pierrefeu

Classé dans : 365 petits riens | 7

 

Vous avez raté les rencontres autour du boutis de Pierrefeu, que c’est dommage, je vous emmène avec moi à la découverte de l’association Lei roucas dou Bàrri  (ok il faut un accent sur O de dou, mais je ne sais pas le faire). Elles nous y accueillent en costumes provençaux vêtues, le bonheur de regarder sous leur jupon et découvrir des rêves de boutis.  Les sous vêtements d’antan ainsi à la vue de tous, feraient rougir nos grands mères. Le boutis est pour moi un miracle, jamais je n’ai pu en faire, j’ai essayé il y a 20 ans environ .. et j’ai laissé tomber, tant de rigueur, tant de régularité me fascinent. Non, il ne faut pas que j’abandonne,  il faut vraiment que je m’y mette j’ai un jupon de Bastidane à coudre …. J’y ai croisé Dominique Fave, et ses boutis contemporains, et Kumiko notre plus provençale des japonaises, qui met un mois pour piquer un jupon de ses petits points minuscules et minutieux, alors que toi tu as l’impression que tu mettras 10 ans à le faire. Je me suis aperçue en discutant avec tout le monde que j’étais bien varoise dans mon coeur, le Var est le département dans lequel j’ai le plus vécu dans ma vie, et de papoter des quartiers de Toulon, des plages de Sanary ou des corniches de la Seyne c’était un joli moment. J’ai levé ma tête sous les bulles de boutis, éclatantes de pureté, et j’ai flâné sur les stands esbaudie par tant de beauté.

Chacun explique, chacun raconte,  chacun transmet, chacun parle du passé et cet art résolument moderne qui attire tant les hommes par la pureté des lignes, oui beaucoup d’hommes font du boutis, j’apprends à chaque moment, je découvre, je détaille, j’ai eu du mal à partir, surtout en découvrant mon taureau blanc réinterprété, et qui sera l’objet d’une suprise dans la prochaine revue de France Boutis.

En rentrant la lune rousse m’a fait de l’oeil dans le chemin des huguenots, un peu rebelle, un peu sorcière, elle a rajouté de la magie à la journée. Tant que des humains seront animés par une passion si belle, le monde n’ira pas si mal que ça, il ne fera que vaciller, il ne tombera pas. Merci Henriette de m’avoir invitée à vous rendre visite.

 

 

« C’est elle qui dans l’hiver du monde, préparera le fruit » Albert Camus

Classé dans : 365 petits riens | 2

 

 

C’est du fruit de l’amandier, qu’elles naissent les cornes de gazelle. J’imagine les mains de femmes orientales ou méditerranéennes qui les confectionnent. De Marseille, à Abu Dhabi, elles sont ancrées dans ma mémoire comme la Madeleine de Monsieur Proust. Celles que ma tante confectionnait pour les fêtes, celles que la maman de mon amie d’enfance cuisinait et celles que je choisissais scrupuleusement dans un souk de 5ème district.

Elles font rêver les cornes de gazelles, de Tataouine à Alger, de Rabat à Al Ain … et moi je les mange en fermant les yeux,  je voyage immobile dans mon salon et je pense aux douceurs de l’Orient et à ce texte de Camus sur les amandiers.

« Notre tâche d’homme est de trouver les quelques formules qui apaiseront l’angoisse infinie des âmes libres. Nous avons à recoudre ce qui est déchiré, à rendre la justice imaginable dans un monde si évidemment injuste, le bonheur significatif pour des peuples empoisonnés par le malheur du siècle. Naturel­lement, c’est une tâche surhumaine. Mais on appelle surhumaines les tâches que les hommes mettent longtemps à accomplir, voilà tout.
Sachons donc ce que nous voulons, restons fermes sur l’esprit, même si la force prend pour nous séduire le visage d’une idée ou du confort. La première chose est de ne pas désespérer […] Quand j’habitais Alger, je patientais toujours dans l’hiver parce que je savais qu’en une nuit, une seule nuit froide et pure de février, les amandiers de la vallée des Consuls se couvri­raient de fleurs blanches. Je m’émerveillais de voir ensuite cette neige fragile résister à toutes les pluies et au vent de la mer. Chaque année, pourtant, elle persistait, juste ce qu’il fallait pour préparer le fruit.
Ce n’est pas là un symbole. Nous ne gagne­rons pas notre bonheur avec des symboles. Il y faut plus de sérieux. Je veux dire seulement que parfois, quand le poids de la vie devient trop lourd dans cette Europe encore toute pleine de son malheur, je me retourne vers ces pays écla­tants où tant de forces sont encore intactes. Je les connais trop pour ne pas savoir qu’ils sont la terre d’élection où la contemplation et le cou­rage peuvent s’équilibrer. La méditation de leur exemple m’enseigne alors que si l’on veut sau­ver l’esprit, il faut ignorer ses vertus gémissantes et exalter sa force et ses prestiges. Ce monde est empoisonné de malheurs et semble s’y com­plaire. Il est tout entier livré à ce mal que Nietzsche appelait l’esprit de lourdeur. N’y prê­tons pas la main. Il est vain de pleurer sur l’es­prit, il suffit de travailler pour lui.
Mais où sont les vertus conquérantes de l’es­prit ?
Nietzsche les a énumérées comme les ennemis mortels de l’esprit de lour­deur. Pour lui, ce sont la force de caractère, le goût, le «monde », le bonheur classique, la dure fierté, la froide frugalité du sage. Ces vertus, plus que jamais, sont nécessaires et chacun peut choi­sir celle qui lui convient.

Devant l’énormité de la partie engagée, qu’on n’oublie pas en tout cas la force de caractère. Je ne parle pas de celle qui s’accompagne sur les estrades électorales de froncements de sourcils et de menaces. Mais de celle qui résiste à tous les vents de la mer par la vertu de la blancheur et de la sève.
C’est elle qui, dans l’hiver du monde, préparera le fruit. »

Albert Camus  – « L’été » (1940)

 

Japan Expo Sud

Classé dans : 365 petits riens | 2



Toujours aussi surprenant, toujours aussi génial, toujours aussi inspirant, une grande fête que je ne manquerai pour rien au monde, l’année prochaine, costume, pardon Cosplay …. et on va s’y mettre à l’avance, enfin surtout mes filles, pas moi … quoique le costume de Princesse Fiona … ;-) Rattrapage de petits riens, ma mère m’a dit qu’elle en avait ras le bol de voir les remparts du Château de la Tour d’Aigues. Belle Journée à vous, je rattrape, je rattrape c’est promis.


Syrie, de Damas à Alep

Classé dans : 365 petits riens | 11

 

C’est sous la douche, bien souvent que des idées apparaissent pour disparaitre comme le savon dont on s’est tartiné sous l’eau chaude, sauf que ce matin, en gestionnaire déplorable et mère indigne que je suis, plus de gel douche … il est temps d’aller faire des course, j’ai un tiroir secret dans ma salle de bain où s’entassent les savons que j’ai aimé et dont personne dans la famille ne voit l’utilité depuis que les gels douches ont envahi nos vies.

J’ai ouvert mon tiroir et une très grande nostalgie, une immense tristesse m’a terrassée.

J’ai acheté ces savons en 2011, peu après le début de la guerre dans une petite échoppe syrienne entre la 3ème et la 5ème rue d’Abu Dhabi. Oublié dans un tiroir de ma salle de bain, comme au fin fond de moi même. Tout me revient en mémoire, les rues, les gens, les Syriens qui s’inquiétaient pour leur famille, l’odeur des parfumeries, le sourire des commerçants.

Et je me pose des tonnes de questions, existera-t-il encore une industrie pharmaceutique en Syrie lorsque je vois les massacres et les ruines, les 82 personnes qui travaillaient pour cette entreprise que sont ils devenus ?   Un petit rien comme tant d’autres, posté un matin de Saudade comme dirait mon amie portugaise, et je n’ose imaginer l’avenir, et d’aucun me dirait que je me pose trop de questions. Mais je voudrais tant que l’on me réponde.

 

 

 

 

 

 

« nu ta do nu mè » les tentures du Bénin

Classé dans : 365 petits riens | 5

 

Elles sont dans mon armoire depuis tant de temps, les tentures du royaume du Dahomey, ramenées de Cotonou ou de Ouidah par mon marin, il n’arrive pas à se souvenir. Il se souvient d’un monsieur africain, dans son échoppe les confectionnant, appliquant les pièces et les cousant à la main, assemblant les grandes bandes dans le ronronnement de roues d’une antique machine à coudre à pédale.

J’ai eu besoin aujourd’hui de les déplier, de sentir l’odeur de l’Afrique.   Des toiles au service des rois, des toiles au service d’un peuple, elles sont l’histoire d’un pays. Elles racontent l’histoire d’un peuple, et moi je rêve de forêt sacrée, d’arbres sacrés, de divinités vaudoues et de sorciers africains.

Vous avez envie d’en savoir un peu plus sur les tentures du Bénin, ou comme on les appelIe les toiles appliquées de Dahomey.

Ca fait du bien quelquefois de laisser vagabonder son esprit et oublier juste pour un instant notre vieux continent poussiéreux et suffoquant, et dans ma tête claquent les syllabes « nu ta do nu mè » comme des incantations, comme une prière aux dieux et aux esprits de la terre.

Boutique éphémère du Sud

Classé dans : 365 petits riens | 2

 

C’est à Trets, cette année que la boutique éphémère nous donne rendez vous, dans un lieu magnifique, à quelques kilomètres d’Aix en Provence, au pied de la Sainte Victoire, 18 créateurs vous attendent et c’est magique, un moment de douceur et de rêve dans un monde tourmenté, j’ai été si heureuse de retrouver Mo, Domie, Christine, Delphine que pour certaines j’ai oublié les photos alors Delphine je t’ai piqué une photo.

Il ne vous reste qu’aujourd’hui, pour plonger dans un monde onirique chez ces créatrices atypiques …. ca ouvre à 9h00 vous avez le temps de vous préparer.

Un peu plus d’info c’est sur la Boutique éphémère du Sud

 

 

 

dsc_0950 dsc_0951 dsc_0952 dsc_0953 dsc_0954 dsc_0956 dsc_0958 dsc_0959 dsc_0960 dsc_0961 dsc_0962 dsc_0963 dsc_0965 dsc_0967 dsc_0969 dsc_0970 dsc_0971 15095432_1143221752392213_2441053766927578108_n 14589775_1118272951553760_5286430792234185475_o

La 5 ème dimension

Classé dans : 365 petits riens | 8

dsc_0711 dsc_0713 dsc_0715

 

Passer de la quatrième dimension à la cinquième en dix minutes c’est possible … bienvenue dans le futur, la fusion, le plasma, l’avenir, sous une alerte orange orages et inondations, bienvenue dans le gigantisme d’un chantier où 35 pays travaillent ensemble. C’est … en fait je n’ai pas de mot.

 

dsc_0717 dsc_0719 dsc_0721 dsc_0729 dsc_0734 dsc_0737 dsc_0739 dsc_0746 dsc_0747 dsc_0748 dsc_0751 dsc_0757 dsc_0758 dsc_0759 dsc_0762 dsc_0764 dsc_0769 dsc_0777 dsc_0781 dsc_0783 dsc_0784 dsc_0788 dsc_0790 dsc_0793 dsc_0799 dsc_0803

Il est temps

Classé dans : 365 petits riens | 5

dsc_0682 dsc_0683 dsc_0684 dsc_0688

 

La  couleur du ciel, et le peu de luminosité  font que nos journées en Provence sont placées en vigileance Orange, je suis à saturation de collection de nuages, il est temps que j’ouvre à boite à trésors pour préparer Noël et illuminer mes soirées, j’ai horreur de cette période de l’année où je pars il fait nuit, je rentre, il fait nuit … Que faire, 25 dessins sont nés ce week end, des dessins d’Improbables, mais ils prendront leur envol, plus tard, bien plus tard, j’ai tant de choses à faire, ils dorment bien dans mon cahier,  ils sont pour le printemps et les beaux jours. Alors ce soir je crayonne et je vous tiens au courant …

dsc_0693 dsc_0694 dsc_0696
dsc_0702

1 2 3 4 14