15 ème Nuit de la Broderie, broder autrement

Classé dans : Inspiration | 4

Je vous avertis, cette vidéo est … étoilée comme une nuit de septembre …… 1822_5bd07

1822_5bd07

Je vous avais promis de vous apprendre à broder autrement, ici même, j’ai failli à mon devoir …. ce n’est que partie remise … quelques semaines encore à patienter.

Mais c’est pour la bonne cause, la Créatrice Rurale va aller à Paris … oui, dans la mythique boutique Au Ver à Soie, je suis tellement émue d’aller passer une nuit avec vous, là bas, dans ce lieu chargé d’histoire,  pour la 15ème nuit de la broderie.

de découvrir une collection de tapettes à mouches à fées …. que j’en pleurerai …

Je vous présenterai tous les ouvrages de « Broderie Poétique, l’été de la princesse des petits riens », et nous ferons un petit atelier si vous le voulez bien, ou nous papoterons de fées épinglées.

Je vous attends … Paris est un si vieux souvenir pour moi, qu’il me hâte d’y être.

Je vous attends au coeur de la capitale,  pour un cocon de féérie, si ça vous tente.

 

dsc_0077

La 15 édition de la Nuit de la broderie sera le vendredi 30 septembre 2016 à  Paris

Tous à la Nuit de la broderie, spécial Cocon de Féerie !

Vendredi 30 septembre 2016, dans les locaux historiques de « Au Ver à Soie » au coeur du Sentier, à Paris,

Rendez-vous incontournable de la rentrée, cette manifestation est organisée par Once upon une fois et Au Ver à Soie pour la 7eme année consécutive !

Dans un cadre magnifique datant de 1930, de nombreuses activités vous seront proposées autour du thème « Cocon de Féerie» :

– une exposition exclusive de modéles brodés par une artiste textile exposant pour la première fois à Paris :

Nathalie Locquen, brodeuse émérite (c’est moi là)  à l’univers  tout en douceur illustré à merveille dans son dernier ouvrage  » Broderie Poétique »

et organisatrice depuis 2009 d’Aiguilles en Lubéron, exposition d’art textile sur plusieurs villages du sud du Lubéron !

– une vente privée d’articles d’Au Ver a Soie et de Once upon une fois,
– des kits et produits exclusivement dessinés pour cette occasion,
– des cadeaux et animations proposés par Nathalie Locquen

– l’exposition du défi « Tapettes à mouches customisées » lancé par Olivia Lopez intervenante «couture & techniques» à l’atelier d’arts Rrose Sélavy.

108602527_o

Attrape fée par Nathalie Dentzer

Informations pratiques pour la 15ème Nuit de la broderie
Lieu : Au Ver à Soie – 102, rue Réaumur – 75002 Paris – Métro Sentier
Horaires de la Nuit de la Broderie : vendredi 30 septembe 2016 de 17 h à 23h. Séances d’une heure par groupes de 50 personnes maximum.
Entrée libre, uniquement sur rendez-vous pour la Nuit de la Broderie
Plus d’informations et inscriptions sur http://nuitdelabroderie.over-blog.com/

Alors ça vous tente cette folle nuit ?

ob_e937b9_logo-500

Magie de Noël par Kristin Lagebraaten

Classé dans : Inspiration | 0

aux Editions de Saxe

J’ai craqué c’est une merveille ….

 

Les ouvrages de Thérèse

Classé dans : Ouvrages | 5

Le calendrier de l’avent

Thérèse m’a envoyé les photos de ses ouvrages qu’elle a confectionné d’après mes publications revue et blog. Merci Thérèse …si vous saviez ;-)

il parait que l’oiseau est en préparation …

le refuge des fées et l’horloge de Noël

je ne sais pas vraiment comment vous le dire, mais recevoir ses ouvrages confectionnées en photos c’est très … comment dire, je n’ai pas de mot, mais merci.

les petits riens de Noël 2012

Merci encore Thérèse.

Elle s’appelait « Création Passion » c’était la fin des années 90

Classé dans : Inspiration, Je n'ai rien inventé | 10

Comme vous le savez après 4 déménagements en 5 ans et ce n’est pas fini ;-) j’ai enfin un peu de temps pour ranger mon atelier. Ce n’est pas un scoop non plus si je vous dis que je suis papiermaniaque (c’est ma façon à moi d’épingler mais pas sur Pinterest ;-)) , je garde toutes les revues, les journaux, les livres … hier en ouvrant les cartons et en rangeant  ma petite, grande, gigantesque, incommensurable pagaille, je suis tombée sur huit revues que j’avais oubliées.

Création Passion, il a duré une année a peu près, sa parution a commencé fin 98 pour se terminer vers avril 2000 si je me souviens bien, peut être m’en manque-t-il un mais je n’en suis pas sûre ?

On y découvre des créatrices comme Léa Stansal, Stéphanie Boiteux Gallard, Beatrice Tollu, Rouge du Rhin, Judith Dessons et  les coeurs en bouton de nacre de Laura Fronty que j’adore toujours autant.

Les aumonières écussons inspirées des aumonières anciennes de nos grands mères communiantes … si si je vous assure, regardez la photo d’Augusta elle en porte une ….

les broderies aux rubans en ceinture corset, bijoux, pochettes ou chemise


Des tricots somptueux …

du point du croix  merveilleux ….

Ces revues n’ont pas pris une ride, à moins que ce ne soit moi qui n’ai pas évolué en une quinzaine d’années ;-)

Si vous avez à partir du numéro 9, je crois qu’ hélas il n’existe pas, dites le moi, je serais curieuse de le découvrir.

 

Le sermon sur la chute de Rome – Jérôme Ferrari

Classé dans : Decouvrir un artiste, Inspiration | 3

Mon livre de chevet du moment, et j’aime, j’aime parce que c’est la Corse, j’aime parce que les mots deviennent chair, j’aime et pissétou …

(Ca c’est une critique littéraire constructive ….. je vous le dis …. )

Pour en savoir plus

Ici

et

En plus je crois que l’auteur aime autant les Emirats Arabes Unis que moi et ce n’est pas peu dire.

Motifs protecteurs des Pirogues de Saint Louis – Le Bibliofil.

Classé dans : Inspiration | 13

pirogues

« Je pensais bien, sur cette interminable route, bordée de baobabs, qui nous menait de Dakar à Saint Louis, que la Venise d’Afrique ne tiendrait pas ses promesses ………… la misère s’écrit avec un grand « M » ….. »

J’ai découvert le livre de Thierry Chiche Portiche, comme on découvre un trésor, un trésor d’enfance qui m’a ramené dans l’Afrique de mes rêves, celle qui j’imaginais en regardant Daktari quand j’étais petite, vision fausse d’une Afrique qui n’existe que dans des clichés, chaque photo des pirogues est un hommage aux pécheurs de Saint Louis, qui au delà de la dure et difficile vie que ce métier leur fait subir, ornent leurs pirogues de dessins protecteurs d’une immense poésie, offrande aux dieux tout-puissants, hommage à une nature nourricière et dévastatrice. Et là,  j’imagine au milieu des détritus de la plage, sur le rivage, un enfant, rire à pleine dent, d’un sourire éclatant nous renvoyant en pleine tête, une joie de vivre que nous,  européens, avons oubliée.

J’aime l’Afrique et j’aime la mer, comment ne pas succomber à ces photos et dessins, un livre fait de planches à exploiter, de couleur à interpréter,  toute ma famille connait l’Afrique sauf moi … mais je sais qu’un jour j’irais … découvrir cette terre oubliée de tous.

Je vous laisse regarder quelques images de ce livre, qui ouvre des possibilités immenses à mon imagination créative, motifs brodés, appliqués, mélange des genres, mon esprit vagabonde et brode déjà en de motifs celtes ou appliqués de popeline, ce petit coin mystique d’Afrique. Alors peut être que je vous donnerais envie à vous aussi, de broder l’Afrique comme un hommage à tout un peuple qui s’évertue à rire même dans le malheur.

 

pirogues

Cet article je le dédis à ma soeur, médecin en Afrique pendant quelques temps et qui un jour m’a écris alors que je me posais des questions sur un ouvrage que j’avais fait.

« Moi je suis le vilain petit canard de la famille je ne sais tenir une aiguille qu’avec des gants stériles et un être humain en mauvais état…chère soeur, tu dis ne pas savoir quoi faire de ton oeuvre mais à quoi sert une oeuvre d’art ? A réfléchir c’est tout ! Demande à la Joconde son utilité  !!!!  Une femme qui racommode le monde avec son enfant ça n’a pas besoin de servir , de Kandahar , au Darfour en passant par N’djamena, Téhéran, Grozni, Gaza, Banda Aceh et autres,  nos soeurs continuent à racommoder pour leurs enfants alors on ne se pose pas la question et comme m’a dit Marcelle Awa,  un jour de déprime africaine « fille t’as de la chance d’être libre !! » alors mesdames continuez à être libres et à creer, une oeuvre c’est éternel. »

A nos aiguilles ….. pour Madame Marcelle Awa et toutes les autres femmes qui ne pleurent jamais, car pleurer c’est gaspiller de l’eau. Parce qu’elle a dit aussi, toi tu as la montre, nous, on a le temps.

pirogues

le Sale Boulot par Marc La Mola

Classé dans : Bibliothèque | 8

A l’heure actuelle, où de simples gens peuvent visionner et se repaître de vidéos insoutenables sur internet sans que cela n’inquiète quelqu’un, j’avais envie de vous parler d’un livre, sans rapport ni avec l’art textile, ni avec la broderie, seulement vous parler d’un témoignage. Il est né ce livre, comme on enfante dans la douleur après des années de gestation dans le malheur, il est né après quelque chose que l’on nomme pudiquement le burn out, ce désarroi qui vous brûle de l’intérieur, et que rien ne peut arrêter, cette souffrance terrible qui vous dévore sans que ne puissiez rien y faire .

Je voulais vous parler de ceux qui un jour, alors qu’ils ont tout pour être heureux, saccagent leur vie à cause de leur profession, pour un métier qui les bouffe mais qu’ils aiment.

Ils sont nombreux dans ce cas là, policiers, militaires, professeurs, cadres, techniciens, médecins, infirmiers, chacun à une échelle différente, chacun avec leurs propres démons.

Alors si vous avez le temps, attardez vous sur ce livre, qui décrit l’épouvantable douleur  d’un homme comme vous et moi devant la misère, la violence et la cruauté du monde.

Ils sont policiers, mais ils ne sont pas préparés à supporter l’insupportable, à accepter l’inacceptable. Quand leur quotidien est le sordide, l’indicible horreur, comment font ils pour y survivre, et avec quelles séquelles ?

 Plus qu’un livre, ce témoignage nous emmène bien loin des super flics, héros de séries américaines, bien loin de notre vieux pépère franchouillard Navarro ou de son célèbre cousin Moulin. Il nous emmène très loin, dans la réalité, dans la vraie vie, où le sang n’est pas de l’hémoglobine de synthèse et les accidents n’ont rien d’effets spéciaux. Il nous emmène, où il n’est pas de bon ton de s’égarer, un endroit où les policiers sont des humains et non des robots, avec leur détresse, leurs défauts, leurs états d’âmes, une vie personnelle souvent chancelante, ratée ou inexistante, ils sont seuls dans un siècle où demander de l’aide est un signe de faiblesse et où se retrouver désarmé devant l’innommable est trop souvent une faute professionnelle.

Interview sur la Provence du  jeudi 31 mai 2012

 Pour acheter « Le Sale Boulot »

marc.lamola(at)sfr.fr

Librairie Maupetit à Marseille

Le blog de Marc La Mola ICI

La Sorcière de Portobello Paulo Coelho

Classé dans : Bibliothèque | 0

Parce qu’on a tous des blancs à combler pour en savoir plus ICI

Ainsi en parle Paulo Coelho dans l’interview que vous trouverez ci dessus

« Je crois qu’il y a en ce moment un grand conflit entre les personnes qui nient complètement la possibilité de quelque chose au-dessus d’elles, et celles qui croient ; et parmi les personnes qui croient, il existe un conflit encore plus grave, il y a celles qui veulent simplement se rendre à une manifestation religieuse au sens classique de la religion, et celles qui vont à une manifestation spirituelle, et là, finalement, un choc se produit, tout le monde voulant reporter sa responsabilité sur la religion et oubliant sa responsabilité, tandis que l’être humain présent à ce moment-là est responsable de ce monde. Alors c’est ce côté spirituel qui est le fil conducteur de « La Sorcière de Portobello », ou leurs propres conflits dans la quête de ce côté spirituel, et je crois que c’est le mode central du livre. »

1 2