Le 6ème jour d’après le 11 mai – Dimanche d’automne

Classé dans : 365 petits riens | 2

Le temps joue avec nous, toutes les saisons en une journée, soleil, pluie, vent, pluie, soleil, c’est assez délirant, l’herbe pousse à toute vitesse, le mois de mai n’est jamais très beau dans le midi, mais c’est assez délirant de subir tout ça en quelques heures. Mais la lumière est incroyable.  Le salon est terminé, on a commencé à remettre les meubles, le plus heureux est le vieux labrador, il a enfin récupéré mon son canapé avec de bons gros vieux soupirs d’aise. Je n’ai pas pu faire mes plantations, alors j’ai brodé, rangé et fait des découvertes, des tonnes de choses que j’avais oublié. Retrouver mes oeufs de carton dessiné, m’a donné envie d’en refaire. J’ai joué avec mon ombre. Demain il y aura de la brume.


 

Le 5 ème jour d’après le 11 mai – 1er week end

Classé dans : 365 petits riens | 3

Le salon de Rosy va reprendre figure humaine, depuis le temps …. mais le temps c’est ce qui manque le plus dans ce monde. Bouchage, poncage … et maintenant la peinture, les filles aident leur père, et merci à elles, il y a deux choses que je déteste au monde, peindre et peindre …. de mon côté j’ai nettoyé trois dames jeanne, vous savez que les dames jeanne et moi c’est une grande histoire d’amour, si vous vous souvenez de ce petit rien là c’était …. il y a déjà 5 ans, le temps passe vraiment trop vite. Exercice musculairement éprouvant, mais le karcher m’a bien aidé, elles sont transparentes. Le weekend s’annonce confiné et laborieux.  Faites très attention à vous. Bonne journée.


Le 4ème jour d’après le 11 mai – Jungle Queen

Classé dans : 365 petits riens | 3

Ca y est c’est la jungle, du soleil, de la pluie presque chaque jour depuis une semaine, je me prends pour la reine de la jungle. Les plantes dites tropicales s’en donnent à coeur joie, le citronnier est en fleur, l’herbe qui pue la charogne (dracunculus vulgaris) n’a jamais été aussi grande, les Aloes sont en train de faire des fleurs, le normal, l’arborescent et les yucca également. Pétard que j’aime ça. Mon coin pacifique s’est refait une beauté avec son guerrier maori et ses coquillages. Le rosier aux minuscules roses blanches (le rosier du jardin de curé de Tata Pierrette) continue à pousser sur la route, il est devenu fabuleux malgré les travaux,  j’enrage, je veux qu’il revienne dans la maison, sinon des boutures vont s’imposer. Il y a des iris jaunes que je me souviens pas avoir planté.  Un escargot prend un bain de soleil sur la chaise longue.  Et puis comme tous les matins j’ai eu de la visite au petit déjeuner, genre … et nous on peut avoir le petit déj ….  les jours se ressemblent et ne se ressemblent pas. Ils sont à inventer à chaque instant. C’est vrai, comme le dit si bien Yvan Audouard,

« Il faut vraiment manquer d’imagination pour se croire obligé de mentir, alors qu’il y a tellement de fantastique dans le quotidien »,

oui c’est la maxime des petits riens, vous la lisez à chaque fois que vous entrez sur ce blog.

Prenez soin de vous, comme disait une des grand mères qui a traversé ma vie

« On n’est pas sorti le cul des ronces » ….. bonne journée.

Le 3ème jour après le 11 mai – Mignonne allons voir …

Classé dans : 365 petits riens | 1

Sur les divers groupes virtuels dont je fais partie, chacune y va de ses fleurs pour mon plus grand plaisir, et certaines ont des rosiers magnifiques, pour ne pas la citer, ma belle soeur Sophie Cristalline, son rosier c’est une tuerie, tout comme ces bijoux, dès que nous pourrons faire plus de 100 km, j’irai lui piquer des boutures . Ca m’a donné envie, d’aller voir un peu comment allaient les nôtres. Elles se portent a peu près bien, après des années de travaux. J’aime les regarder, les respirer, les surveiller,  les roses anciennes et les autres, le jaune frisé va bientôt éclore. J’en ai profité pour photographier les ancolies que je croyais perdues à jamais sous les lames de la tondeuse, et puis le muflier et le rhododendron qui font les fiers. Le temps est toujours approximatif, pluie, pas pluie, jardin, désherbage ou atelier, chantier ou nettoyage, je vais déjà nettoyer le chantier, mon mari a poncé le placo hier, on se croirait au ski et puis on verra, j’ai fait le point fixe dans l’atelier, fait un bouquet de rose et de menthe, parce que la menthe et les roses c’est géant, sorti les crayons et quelques fils au cas l’inspiration me viendrai tout de suite. Bonne journée, faites attention à vous.

Le 2ème jour d’après le 11 mai – Vivre autrement

Classé dans : 365 petits riens | 2

Il pleut encore, les Saints de glace font des siennes, j’ai fait un bouquet de sureau et de seringa et d’un arbre à clochettes dont je ne connais pas le nom, je l’ai installé dans mon atelier, j’ai du travail à faire. J’avais envie que l’atelier soit joli pour y passer la plupart de mon temps, hier j’ai trouvé des plants de tomates anciennes, une rangée de plus de tomates va enrichir le potager, de la verveine également, j’aime les verveines. J’aime me promener dans les brumes, j’ai l’impression que je vais y croiser un renard ou une biche. je sais que dans quelques jours, quelques semaines, la canicule prendra la place. Le jardin se repose et moi aussi, je n’arrose pas ainsi. Je commence à aimer la pluie. J’ai quasiment coupée  tout contact avec le monde extérieur, je ne sais pas ce qu’il se passe et je m’en porte très bien, Je dois retourner faire des courses ce matin, certains produits étaient en rupture de stock, peut être aujourd’hui seront ils livrés, je n’imaginais pas un jour dire ça, j’ai l’impression d’être sur une île éloignée de tout, à la merci d’un bateau qui livre quand il peut en fonction de la météo. On s’adapte, l’humain a cette faculté d’adaptation, enfin certains, cette faculté qui lui permet de survivre à tout ou presque. Certains ont su lâcher prise, d’autres pas.  Les fleurs sous la pluie ont une dimension onirique qui me transpose dans un monde irréel, et ce n’est pas pour me déplaire. Les chevaux se sont roulés dans la boue, et les tourterelles viennent me rendre visite, je vais cueillir des fleurs de sureau pour faire des beignets.

1er jour d’après le 11 mai – les fileuses de brumes

Classé dans : 365 petits riens | 3

Dans le brouillard du matin, je suis allée me promener, dans le petit bois j’ai regardé les fileuses de brumes, qui ont paré de milles perles leur toile, ça me donne envie de perler un ouvrage, elles sont mon inspiration.

Je n’ai pas trop de temps ce matin, le devoir m’appelle, je pensais être sereine au niveau de la situation actuelle, mais non ….

Tenez bon, et surtout faites attention à vous.

 



Le 55ème jour d’après – 55 jours de bonheur.

Classé dans : 365 petits riens | 4

A midi, il a eu 55 jours que nous étions « enfermés » chez nous. J’en ai profité pour regarder une à une les photos de ce confinement forcé et salutaire. 55 jours de bonheur,  les jours d’anniversaire, les jours de neige, les jours des bouquets des champs, celui des cages de lumière, celui des oiseaux libres, des chats sereins, des chevaux placides et des chiens actifs, celui des poules téméraires, des poissons rouges et des grenouilles heureux comme des poissons dans leur bassin. C’est 55 jours d’une vie, ces jours on a pris le temps de les vivre, l’école à la maison, les repas en famille, au soleil, les premiers bains, des masques cousus, les boissons féériques et celles moins douces les énergisantes, les salades de fleurs, les gâteaux d’anniversaires, les cadeaux d’anniversaires faits main, les plantations au potager, celles des fleurs qui vont grimper sur des teepees de fortune, un vieille volière qui deviendra une jardinière, une caravane à repeindre. 55 jours de broderie et de jardins de grand mère, 55 jours d’amour, les fêtes à rattraper. 55 jours de plantes vertes à chouchouter.

Le soleil et la pluie, le vent et la neige, 55 jours d’une vie. 55 jours d’attestations de sortie, 55 jours de stress pour aller faire quelques courses. 55 jours à se demander s’il rentrera en bonne santé.  C’est peut être la seule fois de notre vie où on se souviendra de 55 jours d’affilée. De tous ces petits riens qui ont fait que les angoisses de cette période particulière ont été moins difficiles à supporter.

Mon oiseau est terminé, prêt à s’envoler prudemment vers sa nouvelle liberté.

55 jours à résister en étant chez soi, plutôt facile, pendant que d’autres se battaient sur tous les fronts, une pensée immense à ceux qui ont perdu un être cher dans cette « guerre » sans ennemi, dans cette guerre contre la maladie.

L’épidémie n’est pas tout à fait endiguée, le confinement va trainasser un peu plus longtemps que nécessaire chez nous. Faites attention à vous. Sortez masqués.

A demain peut être sans compte de jour.

 



54ème jour d’après – Un jour j’aurai un jardin à l’anglaise

Classé dans : 365 petits riens | 3

Le jardin s’est fardé ce matin, violet, fushia, rose Schiaparelli … les ancolies ont fini par fleurir malgré le tondeur fou, qui leur a coupé plusieurs fois la tête, les aillum s’évertuent à montrer leur tête au milieu de folles herbes. Les aulx sauvages ne sont qu’aux prémices d’une boule magnifique,  Il pleut ce matin, il fait gris, le jardin et les grenouilles remercient le ciel, j’ai des tonnes de graines à planter encore, dont celles que j’affectionne le plus les nigelles de damas et des pavots orientaux. Peut être qu’un jour mon jardin ressemblera à ces sublimes jardins anglais que j’affectionne tant. Connaissez vous Monty Don, ce jardinier anglais, spécialiste d’horticulture, dont les émissions sur Netflix étaient des merveilles, d’un simple tas de sable, il en fait un jardin d’Eden,  j’ai appris des tonnes de trucs sur les jardins que jamais je n’aurai appris dans les livres, je ne sais pas si elles sont encore en ligne.

Demain nous seront au 55 ème jour de confinement, et la fin du confinement, je suis inquiète et en même temps soulagée, le pic de l’épidémie est passée. Restons prudent. Je vous souhaite un bon dimanche et demain sera un autre jour. Faites attention à vous.