Retrouver sa terre

Classé dans : 365 petits riens | 1

Ca y est, nous sommes le 17 septembre, ils sont presque tous rentrés chez eux, les touristes à marmaille ou à boite de nuit sont partis. Il ne restent plus que les personnes âgées, belges, anglaises ou parisiennes, incapables de se serrer sur les routes ou de se garer correctement, mais ils sont peu, ils sont nos bêtes curieuses, on les aime bien, ils se perdent souvent et sont respectueux presque toujours, à vélo ou en rando, ils sont en groupe comme les oies sauvages que je guette, bientôt, elles repartiront. On se réapproprie tout doucement nos terres, nos chemins. Ca y est enfin seuls, enfin entre nous, les brumes matinales donnent des petits airs de Toscane et adoucissent le paysage. Les vieilles fermes somnolent, un peu abandonnées, ce sont les vendanges. Seul le moteur des tracteurs au loin, une voiture croisée en des signes amicaux, on se reconnait enfin. Les étourneaux commencent à bavasser. C’est le calme absolu, on oublie tout, le virus, les gens, la stupidité du monde. Je suis chez moi.

  1. Carole Houde

    On! Vous avez retrouvé votre calme fini la grande période de tourismes….. moi j’ai connu des coins pays près de chez toi durant ces périodes de calmes…. j’ai pas connu la période achalandé, et j’ai aimé et encore aimé….. Elle est belle ta campagne <3 merci de nous la partager bises xxxx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.