On quitte tout doucement l’hiver

Classé dans : 365 petits riens | 3

 

 

Dans  le  matin  qui  pointe  tout  doucement  son  nez,  le  soleil  illumine  lentement  et  avec  douceur  le  Luberon. Les  floches  de  brumes  s’étiolent  peu  à  peu. Je  reprends possession de mon territoire, comme si le fait de ne faire qu’un avec cette terre m’aidait à avancer. Je suis un arbre, je suis une forêt, je suis une montagne … je suis ma terre.

 

Et ces quelques vers de Pablo Neruda me reviennent en mémoire :

Etre arbre. Un arbre ailé. Dénuder ses racines
Dans la terre puissante et les livrer au sol
Et quand, autour de nous, tout sera bien plus vaste,
Ouvrir en grand nos ailes et nous mettre à voler.

Ser un árbol con alas.
En la tierra potente desnudar las raíces y entregarlas al suelo
y cuando sea mucho más amplio nuestro ambiente
con las alas abiertas entregarnos al vuelo!

Je suis un amandier … je vous souhaite une belle journée.

 

3 Responses

  1. Mamillon du Luberon

    le Luberon est majestueux , beau , je comprends à présent ppourquoi les oies sauvages, aiment passer au dessus,une belle immensité bleu , une nature encore conservée . merci pour tes photos,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.