I’am back avec un petit rien

Classé dans : 365 petits riens | 7

 

Je vous avais un peu abandonné  et j’en suis désolée, les fidèles auront vu que j’avais préparé la bannière 2019 des petits riens, depuis le 1er janvier, mais sans rien depuis.  Je reviens, je reviens pour vous souhaiter une bonne année, je la souhaite quand je veux et ce n’est pas le mois de février qui va me contredire, et puis dans quelques jours c’est la fête du Têt, alors c’est un début d’année.  Je vous avais abandonné parce que j’ai un peu détruit mon appareil photo (mauvaise excuse elle a son téléphone) parce que j’avais énormément de travail (oui il y a Aiguilles en Luberon qui arrive à grand pas) et parce que je ne trouvais plus à cause de mon travail, de la beauté dans le quotidien, je voyais un peu trop la vie en morose, alors moi la princesse des petits riens, il fallait que je réagisse, … je reviens, la vie est belle et pleine de douceurs, et de petits riens qui ne coûtent rien ou presque.

Hier j’ai trouvé un canevas fini, vous me direz qu’un canevas fini tout le monde en trouve … oui c’est vrai, mais celui là m’a fait traverser le temps, je me suis retrouvé dans le salon de mes grands parents tous deux décédés en 1981. Bientôt 40 ans qu’ils sont partis, ce canevas est important, parce que devant la cheminée, mon grand père brodait le même, je le vois choisir ses fils, je le vois enrouler sa toile sur le métier qu’il avait construit, et je le vois faire point par point, les chevaux de Camargue qu’il affectionnait tant, je le vois me parler de son enfance à Bellegarde, pas très loin de Arles . Mon grand père brodait et ce n’était pas un homme raffiné, il était plombier et jardinier, il bricolait dans sa remise, mais le soir au coin du feu, il sortait son ouvrage. C’est un image qui me reste, sa silhouette imposante, sa chevelure de neige, ces lunettes noires et carrées, il brodait sagement, sans dire un mot, ou si peu.

Je suis heureuse d’avoir trouvé ce canevas, au hasard d’une recyclerie. Les petits riens d’enfance sont les plus doux, et je vois mon Papé, mon Papé Jean et son canevas.

7 Responses

  1. Annie de Laragne

    Bon retour sur les petits riens … J’ai aussi eu ma période canevas … Celui-ci représente des chevaux magnifiques… bonne journée …

  2. BILLOT Annick

    Bonjour Nathalie, tes petits riens me manquaient et en même temps je pensais que tu etais occupée pat la préparation de Aiguilles en Luberon. J’ai eu ma periode canevas il y a tres longtemps, j’y prenais beaucoup de plaisir et puis c’est passé, c’est devenu ringard. J’ai une amie qui dans sa boutique « aux Arts Tissus » à Issoire fabrique de magnifiques sacs avec d’anciens canevas (elle a une page FB). Le plus important quand même dans mon message c’était que je voulais te dire que j’ai aimé l’histoire de ton Papé, elle m’a donné des frissons. Merci et bon dimanche.

  3. Marie-pierre

    Ravie de lire ces petits riens
    Surtout ce beau récit. J’aime les souvenirs de famille
    Belle fin de journée

  4. Elisa

    Bonne année! Je suis contente de retrouver vos petits riens qui me font ouvrir les yeux sur la beauté du quotidien. J’aime les couleurs de ce canevas et la belle histoire de Papé Jean…

  5. Claudie

    Bonsoir, alors ça y est, la princesse est revenue hahaha, nous on comptais sur toi pour que la morosité s’éloigne de nous, enfin un peu de nouvelles et nous « revoilou » le baume au coeur, j’ai trouvé le temps long… long… ne nous laisse pas sans nouvelle si longtemps. Bonne soirée, bisous.

  6. Alegria

    Je ne connaissais pas ton Papé, mais grâce à ton joli souvenir devenu une belle histoire je vais m’endormir sereinement.

  7. Jo

    Bon retour! Et merci pour ce très beau souvenir, mon grand-père était seulement jardinier. Le canevas est magnifique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.