Assomption

Classé dans : 365 petits riens | 2

Elle est dans ma maison, depuis que Nathalie a vendu celle de ses parents, il y a de cela quelques années,  elle n’a pu la ramener en Autriche, le pays où elle vit, elle est donc restée en Provence, elle m’a raconté qu’elle était déjà chez sa grand mère et que sa couronne amovible servait aux maquisards pendant la guerre à cacher des messages. Elle est dans l’entrée, et je la regarde souvent, elle est le symbole pour moi de la résistance et de l’histoire. Elle représente ces voisins qui ont beaucoup compté dans ma vie, et leur fille qui au delà de tout,  a su que sa vierge resterai auprès de moi. Il y a des gens qui vous connaissent mieux que ceux que vous imaginiez être de votre famille.  Elle a vécu, elle est abimée, mais elle possède cette beauté immense qui apporte la sérénité.

Je ne pouvais que vous en parler aujourd’hui, le 15 août.

Et le verre s’illumina, Saint Bernadette vous disiez ?

Classé dans : 365 petits riens | 1

 

Mes retours de chine sont toujours exaltants, d’un inventaire à la Prévert, je me retrouve avec des objets qui sont heureux de se retrouver ensemble, vieux réveils, poupées à garder dans leur jus, à ne surtout pas défigurer parce qu’elles n’ont de valeur que celle que je leur donne, témoignage d’un passé bien révolu, pour ne pas dire totalement disparu, une demoiselle d’Europe de l’Est, et une dont je n’arrive pas à situer le costume, une petite alsacienne qui me rappelle que bientôt ma virée dans les forêts magiques de cette région sublime c’est pour bientôt. Des rêveils qui arrêtent le temps, car ils ne savent plus se remonter , un miroir de petite sorcière, un vieux panier, et tout ce joyeux fatras prend vie autour de moi.

Et puis il y a Bernadette, ensevelie sous un flot de poussière, en pâte de verre, de l’époque où les miraculés étaient légion.

J’avais une photo d’une de ces miraculés,  je ne la retrouve pas dans mes archives, l’histoire familiale raconte que Mémé Augusta alors jeune fille, en voyage à Lourdes au début des années 1900, avec son amie handicapée, se retrouvera malgré elle, l’objet de toutes les attentions. Son amie en béquilles d’un coup se leva et se mis à marcher vers la grotte, mon arrière grand mère stupéfaite ramassa les béquilles et se mis à courir derrière elle, en brandissant les dites béquilles, les pélerins se retournant  sur son passage, dans un murmure de stupéfaction, pensant que c’était elle la miraculée. Cette histoire j’aimais l’écouter, racontée par ma grand tante, qui ne pouvait s’empêcher de pouffer de rire entre chaque mot quand elle la racontait, se souvenant qu’elle et sa soeur (ma grand mère) adoraient que leur mère la leur raconte dans un éclat de rire.

Ainsi, lorsque je croise une kitcherie de Sainte Bernadette, je ne peux m’empêcher d’y penser.

Bon tout ça pour vous dire, que la pâte de verre sur ma table s’est mise à s’illuminer à la clarté du soleil, et c’était pour ne pas dire divin (Dieu et moi nous sommes encore un peu en froid, mais les relations semblent s’améliorer) mais totalement magique.

Je vais peut être essayer de déchiffrer la partition du petit chevrier corse.

 

ps : il va vraiment falloir qu’un de ces jours, j’ouvre une brocante.

 

EnregistrerEnregistrer

Saint Etienne de Cadenet

Classé dans : 365 petits riens | 2

Dieu et moi, nous ne sommes jamais en phase, rarement d’accord, et rarement sur la même longueur d’onde, une vieille séquelle qui date de mon adolescence en pension pour jeunes filles où l’histoire religieuse assénée à grands coups de certitudes coulait sur moi comme l’eau sous les ponts sans jamais vraiment s’arrêter. Aucune illumination chez moi, et bien peu de foi, aucune lumière divine ne m’éclaire ou si peu. Mais j’aime les églises, temples des croyances humaines, témoins des siècles et de l’Histoire. Art exclusif à la gloire de Dieu ou de quelques seigneurs riches du comté.

L’église de Cadenet en est chargée, et y entrer est comme un grand pas dans le passé, j’y regarde les chapelles privés aujourd’hui ouvertes aux manants,  on y découvre surpris, un fond baptismal un peu spécial,  la cuve est une partie d’un sarcophage romain représentant le réveil d’Ariane à Naxo, j’y vois un Christ enrubanné de tulle rouge et blanc, plus indien que Ganesh. Et je continue mon chemin, car j’aime l’art chrétien et religieux.

Belle journée à vous, plus tard je vous parlerai, d’André Estienne, le tambour d’Arcole, et surtout de l’histoire de sa statue, mais ce sera pour plus tard, bien plus tard. Belle journée à vous.

« Photos un peu floues, désolée, il faisait presque nuit dans l’église »

Cadenet fête l’osier et la vannerie

Classé dans : 365 petits riens | 7

 

Un bonheur du dimanche, la fête de l’osier et de la vannerie, que dire de plus, si ce n’est l’histoire d’un village, l’histoire de l’économie du village qui est venue jusqu’à nous, la fabrique de vannerie « la glaneuse »  devenue aujourd’hui un musée.

Des hommes et des femmes recherchent chaque jour des solutions au chômage, il suffirait peut être de remettre quelques fabriques dans nos villages.

et j’essaye d’imaginer :

La sucrière de Villelaure

La glaneuse à Cadenet

La magnanerie à Saint Martin

La glacière et les moulins à farine de Cucuron

ou même l’école de couture de la Bastidonne et les drapiers de la Tour d’Aigues

du papier à la soie, des savonneries aux cartonnages et papeterie … j’imagine tous ces gens partant travailler, c’était hier, c’était avant, c’était il y a des siècles.

Belle journée à vous, je vous invite à découvrir les merveilles des vanniers de nos jours, rencontres fantastiques, partages et transmissions, j’ai même acheté des plants d’osier, on ne sait jamais ça peut servir.

 


 

Edito du 11 juillet 

Pour toutes les questions que l’on m’a posé, depuis hier

J’ai retrouvé le nom de quelques exposants

Les maisons pour les oiseaux

La Glaneuse, Vannerie Sauvage c’est ICI

Les statues sublimes sont l’oeuvre des Ateliers du Gévaudan, Laurent Polo Riva et ICI vous en saurez un peu plus

Nicolas Appel, Vannier à Beaumont de Pertuis, son site est ICI

et l’association organisatrice bien sûr pour avoir plus d’informations ….sur leur Facebook

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

La Belle Brocante

Classé dans : 365 petits riens | 1

Ballade matinale dans la grisaille du ciel, autour du château. Se repaître de la poésie de l’instant, un légère bruine rafraîchissant l’air encore moite de la nuit. Des touristes, beaucoup de touristes s’enthousiasmant du French Provence Touch. Rencontrer une amie, prendre un café en terrasse de la brasserie, rire ensemble des prix d’un autre temps, et puis refaire un petit tour et craquer sur un  objet improbable pour faire un cadeau. Et surtout ne pas acheter Sainte Bernadette et ses moutons devant l’apparition de la Vierge … et ainsi éviter un divorce, je me serai bien laisser tenter, mais ma raison l’a emporté sur le délire kitch qui m’habite. La Belle Brocante se balade de villages en villages au cœur du Luberon, j’ai hâte la prochaine.

Trésors oubliés, est ce une reine ou un valet ?

Classé dans : 365 petits riens | 1

Est ce de l’os ? Est ce de la corne ? Est ce la poignée d’une canne de berger ? Est ce un objet d’art populaire? Ou africain ? Est ce une antiquité venue du fond des âges ? Je me pose tant de questions ….

Dans mes songes, je la vois comme un reine oubliée, peut être la souveraine d’un grand échiquier perdu dans les méandres des mémoires et de cet échiquier abandonné, j’invente l’histoire d’une reine solitaire à la recherche de son peuple. Mon imaginaire, s’enflamme et raconte une légende égarée, qui t’a sculptée dans ce viel os, belle altesse ciselée ?

Mignonne allons voir …. aux poubelles ….

Classé dans : 365 petits riens | 5

 

Il y a des roses dont on oublie le nom, on oublie même qu’on l’a plantée et puis un jour elle se décide à fleurir et c’est un moment magique.

Il y a des jours où on va machinalement jeter dans la benne à ordure sa petite poubelle, et l’on revient totalement victorieuse un vieux nécessaire à toilette à peine ébréché dans les bras, toute fière de son trésor, qui va encombrer le jardin et tenir compagnie aux soupières. C’est ainsi, certains oublient leurs rosiers, d’autres leurs ancêtres, peu de gens s’encombrent des souvenirs, peut être devrais je faire comme eux. Belle journée à vous.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

La Saint Jean

Classé dans : 365 petits riens | 0

Je ne veux pas vous raconter l’histoire chaque année, de traditions séculaires venues du fond des âges, mais j’aime la Saint Jean.

l’année dernière c’est ICI, vous pourrez lire le texte, j’aime fêter le solstice d’été, à mi chemin entre le paganisme et la chrétienté. Le bonheur des enfants qui dansent et jouent en toute liberté.

Je crois que j’ai toujours connu la Saint Jean dans mon village, depuis toujours.

Bon dimanche à tous

PS / La prochaine fois je filmerai avec mon APN et pas avec mon téléphone, pas glop les vidéos.

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

1 2 3 4 10