Avant les orages

Classé dans : 365 petits riens | 1

Avant les orages, la lumière est toujours irréelle, le chat prend des pauses dans le soleil couchant, la lumière vespérale, j’aime ce mot vespéral, je le préfère au mot couchant. Dans vespéral, il y a l’espoir d’une prochaine journée. De nouvelles fleurs au jardin, et même une fleur prohibée, celle d’une jacinthe d’eau.  Prohibée parce qu’invasive, elle survit pratiquement jamais à l’hiver. Savez vous que dans certains pays, pour retirer les jacinthes d’eau d’un lac, ils sont obligés d’employer des explosifs. Il pleut depuis cette nuit, sans discontinuité, la terre se rassasie, nous sommes même en vigilance orange, orages inondations.

Pauline a cuisiné des palets bretons, pur beurre salé et fleur de sel, difficile de prendre une photo, il en reste quelqu’uns mais plus pour très longtemps, un moment de douceur avec son café. Un moment de douceur à l’heure des grandes décisions à prendre, certaines décisions permettent de mieux appréhender l’avenir et sont je l’espère raisonnables. Demain sera un autre jour. Bonne fin d’après midi. Prenez soin de vous..

C’est le temps des cerises

Classé dans : 365 petits riens | 4

C’est le temps des cerises au jardin, entre deux orages, elles n’ont pas trop souffert, ce sont des tardives et non traitées, une espèce ancienne,  il faut les consommer tout de suite, sinon elles s’abiment très vite. Pas le temps de faire du stock. On les ramasse au fur et à mesure de nos besoins, pour le plus grand plaisir des oiseaux. Les cerises ont une grande importance dans ma vie, ces arbres que mon père a planté il y a presque 50 ans, ce moment important pour les enfants et les petits enfants quand il était temps de cueillir les fruits, ils sont les précurseurs des grandes vacances. Ces robes cousues pour mes filles toutes petites avec des cerises sur le tissu, pour aller chercher leur père sur le quai d’un port militaire, parce que papa reviendra quand les cerises seront mûres sur le cerisier, au bout de tant de mois de mer, la seule façon de les faire patienter, elles avaient 6 et 2 ans, c’était hier ou presque, c’était il y a 14 ans, et leur bonheur de savoir qu’elles allaient les porter. Les bagarres avec mon frère et ma soeur, pour avoir le yaourt au goût de cerises, d’un temps où personne ne vendait six yaourts ensemble du même parfum. Je vieillis, dans le temps je grimpais comme un singe dans l’arbre, je grimpais sur le toit de l’appenti pour les cueillir, aujourd’hui je ne suis pas des plus téméraires perchée sur mon échelle et eux ont également bien grandit. Ils vieillissent eux aussi, ils produisent beaucoup moins. Je me souviens également d’un paquet de cerises envoyées au bout du monde, car il n’y en avait pas où je vivais. Les cerises de notre jardin. Alors Rosy a fait un clafoutis et chaque année on rajoute des souvenirs.

Quand nous en serons au temps des cerises

Et gai rossignol et merle moqueur

Seront tous en fête

Les belles auront la folie en tête

Et les amoureux du soleil au cœur

Quand nous chanterons le temps des cerises

Sifflera bien mieux le merle moqueur

Paroles: Jean-Baptiste Clément. Musique: A. Renard 1867

 

Remèdes de grand mère, l’herbe de la Saint Jean

Classé dans : 365 petits riens | 3

Le Millepertuis (Hypéricum perforatum), j’aime les plantes qui soignent, ma grand mère préparait chaque année son huile de millepertuis, qui trônait dans la cuisine, pour toutes sortes de brûlures. On l’appelle l’herbe de la St Jean, ou l’herbe à mille trous, il a fallut que je regarde de près mes photos pour voir les milles trous. Puis pertuis en vieux français veut dire trou, pour ceux qui s’en souviennent.

On raconte (cf wikipédia) que jadis, l’Hypericum perforatum était considérée comme une plante magique associée à la magie blanche. Le millepertuis perforé est un très ancien chasse diable, c’est-à-dire qu’il faisait fuir les esprits tourmenteurs. C’est devenu le phytomédicament le plus prescrit contre la dépression nerveuse.

L’usage médicinal du millepertuis (Hypericum perforatum) remonte à au moins 2400 ans, date où Dioscoride le préconisait dans ses ordonnances.

Réputé au Moyen Âge pour éloigner la mélancolie, le millepertuis avait aussi pour nom « herbe de Saint-Jean » (St John’s wort en anglais) ou « chasse-diable », et il n’était pas rare de trouver accrochés un bouquet aux portes des granges.

Inscrit à la pharmacopée française en 1818, il tomba dans l’oubli à la fin du xixe siècle. La pharmacologie moderne redécouvre certaines de ses propriétés thérapeutiques.

Alors comme le fond du champ est  un champ de millepertuis, j’ai suivi la recette du Père Christophe qui doit être celle de ma grand mère également, un bocal, des fleurs fraiches, et remplir ce bocal de fleurs, rajouter de l’huile d’olive à ras bord, mettre au soleil tout l’été, au moins 6 semaines jusqu’à ce que l’huile ait une belle couleur rouge, filtrer et transvaser dans de jolies bouteilles (ca tombe bien j’en ai des bouteilles de pharmacies).

J’irai ramasser d’autres fleurs pour les faire sécher, il parait que cette herbe magique a encore de nombreuses propriétés

Un autre jour je vous parlerai du lys blanc.

Finalement j’aime bien jouer les gentilles sorcières.

 



Bonjour le mois de juin

Classé dans : 365 petits riens | 4

Ma copine de tous les week ends, et même de la semaine, ma tondeuse GTI (gazon tondu impeccable ou enfin presque) , surtout en ce moment, pluie soleil, soleil pluie, ils ont prévu de la pluie pour toute la semaine prochaine avec des sacrés orages, tant mieux ça sera plus facile à désherber, et  ça sera bien vert. le potager prend forme, on a joué Jack et les haricots magiques, ils ont poussé quasiment dans la nuit. Les premières tomates les cocktails arrivent, les aubergines sont en fleurs, et les courgettes font des feuilles, tranquillement. Les petits pois sont à leur tout début. J’ai vu des nigelles que je n’avais pas plantées et des fleurs blanches que j’avais plantées mais dont je ne me souviens pas le nom. La clématite qui a enfin trouvé sa place. La volière attend toujours une illumination de ma part, en attendant je lui ai mis de la lumière. Les oliviers sont en fleurs. J’ai rajouté des graines pour les tourterelles, elles ne se sont pas faites prier.  Et puis comme dans la vie il y a des choix impossibles, ça a été poules et potager, un fil electrique le long des potimarrons, elles iront faire leur bain de terre ailleurs, sinon à moi la poule grillée ;-). J’habite en Provence, où il fait doux, et pourtant mes légumes sont en retard, l’année prochaine, j’installe une serre. Et puis comme toujours, il y a un chat, un chien,  un cheval ou une caravane quelque part. Bon lundi de Pentecôte à vous. 

Montés en graine

Classé dans : 365 petits riens | 2

Il y a des petites choses du quotidien, qui deviennent magiques, juste parce qu’on les a laissé libres de vivre leur vie. C’est fantastique dans le champ, ces fleurs immenses qui éclosent quasiment toutes en même temps, avec un pudique lenteur, elles se dévêtent doucement de leur robe, alors qu’on ne savait même pas que ça faisait des fleurs, je vous laisse deviner ?  C’est si beau, si graphique qu’on a envie de les dessiner, un graphisme épuré digne de la Belle Epoque. Ben c’est fait je viens de tomber en amour pour des fleurs de poireaux.  La poésie se niche vraiment dans rien. L’hymne à l’Allium ampeloprasum var. porrum. Demain j’y vais au lever du soleil, trop envie de voir les bulbes noirs se détacher dans le feu du ciel.

Bon week end à vous. 

Ces plantes qu’on n’imagine pas fleurir.

Classé dans : 365 petits riens | 1

C’est étrange, il y a des plantes que l’on n’imagine pas fleurir, le pilae par exemple ou le buis, qui fait attention à la fleur de buis, celles de la vigne ou de l’olivier, celles des platanes ou de la carotte sauvage et pourtant elles fleurissent toutes dans ce processus de reproduction qui nous émerveille à chaque fois. Les aloes ont fleuri, les yuccas également et c’est toujours un peu la fête quand ils sont en fleurs.

C’est orageux aujourd’hui, doucement orageux comme si l’été n’osait pas venir trop vite.  Un papillon bleu s’est posé à mes côtés, il fait doux.

Prenez soin de vous.

Avoir besoin de broder …

Classé dans : 365 petits riens | 10

J’ai une nouvelle collègue de travail, c’est sa robe, qui m’a donné envie de broder du rose et du bleu. J’ai quelquefois envie de broder, de me réfugier chez moi, ce besoin est irrépréhensible, le dessin se fait seul sur la toile, et les couleurs s’assemblent tout doucement. Il y a des moments où je ne suis pas du tout le dessin, et d’autres où scrupuleusement je remplis les vides tenant mon aiguille comme un crayon de couleur. J’avance sans trop savoir à quoi ça ressemblera fini. Les plantes qui sont restés à l’intérieur, se croient dans la jungle, la chaleur les rends exubérantes. J’ai ramassé des muscaris en graine, pour faire un bouquet, c’est si fragile, les petites graines noires qui s’échappent doucement de la fleur séchée, frêle comme du papier de soie.  J’ai quelquefois besoin de ces moments là, j’ai besoin de regarder un caillou qui dort, j’ai besoin de sentir les pousses folles sous mes doigts, j’ai besoin du regard bienveillant d’une vieille poupée, et j’oublie tout.

 

Prenez soin de vous.

J’arrête de compter – Rêves de brocante

Classé dans : 365 petits riens | 2

J’ai arrêté de compter, je me suis dit qu’au bout de 15 jours, je pouvais, et puis ma petite vie, a presque repris son rythme, je suis allée porter mes appareils photos à réparer et en passant, je n’ai pu m’empêcher de m’arrêter. Je me suis perdue dans les limbes du passé, comme un voyage temporel involontaire. les pampilles, le dorures, les trumeaux, juste de quoi rêver, et rêver encore, et rêver toujours,  à ces merveilles de brocante qui me laissent émerveillée, comme un gamin devant son gâteau d’anniversaire. Que du beau, du beau et du magnifiiiiiique, pas de l’Arcopal hein, du vrai beau à se faire damner un saint. J’ai même fait croire à mes filles que j’avais trouvé un autre « chiotte princesse » 2, étant donné que le 1 est pour l’atelier. Elles sont sans voix, et c’est comment dire assez inhabituel. Je sens que les affaires reprennent et mes envies de déco également, ça me plait bien.

Bonne journée où que vous soyez, prenez soin de vous.

Je suis encore sous le charme, de l’ombre des ancêtres que j’ai croisé ce matin.